Co-développement

Une compagnie maritime régionale pour 2009

OCEAN INDIEN

« La création d’une compagnie maritime régionale peut intervenir dès 2009 », a déclaré le président en exercice de l’Union des CCI de l’Océan Indien, Pascal Plante, à l’issue d’une réunion de la Commission exécutive de l’UCCIOI, qui s’est tenue le 30 avril à Saint-Denis de La Réunion.

JPEG - 29.2 ko
(CCI - de gauche à droite) : Serge Castel, Raj Mohabeer, Pascal Plante, Marday Venkatasamy, Pascal Pacaut, Saïd Ali Athouman.

L’annonce faite mercredi par le Président de l’UCCIOI, Pascal Plante, à l’issue d’une réunion de la Commission exécutive qui se tenait pour la première fois à La Réunion (à l’exception du Forum Economique 2006) s’inscrit dans les prévisions du Livre Blanc de l’UCCIOI adopté en 2005. Le calendrier initial du plan opérationnel à 5 ans (2007-2012) prévoit en effet une étude de faisabilité et la mise en œuvre, en 2009, d’une compagnie maritime régionale. Les membres de la CE réunis à Saint-Denis ont confirmé cet engagement, en anticipant le lancement de l’étude. Autour de Pascal Plante se trouvaient réunis MM. Raj Mohabeer, chargé de mission pour la COI, Pascal Pacaut, Directeur de l’AFD-Réunion, Serge Castel, Président de la CCI Mayotte, Marday Venkatasamy, Vice-président de la CCI-Maurice, et Saïd Ali Saïd Athouman, Secrétaire général de la CCI-Comores, qui accueillera le prochain Forum Economique des îles.

La décision politique émane de la COI, qui a désigné l’UCCIOI comme maître d’œuvre d’une entreprise à laquelle participe aussi l’association des Ports de l’Océan Indien (APOI), qui a livré une première étude à partir des échanges observés entre La Réunion, Madagascar et l’île Maurice. Selon cette étude d’approche, « une compagnie maritime peut être viable avec 50% du volume transportable dès la première année », a indiqué le président de l’Union.
Le volume des échanges actuels entre les pays membres de la COI se situe, selon cette source, à 12.000 équivalents vingt-pieds (EVP). « Avec une compagnie régionale, il pourrait être beaucoup plus important que ce qu’effectuent actuellement les grosses compagnies maritimes », a ajouté le président de l’Union.
Ces grosses compagnies ne voient pas d’un mauvais œil l’arrivée d’une compagnie régionale « qui leur enlève une épine du pied », ajoute Serge Castel. Notons au passage que “l’épine” dans le pied de ces grosses compagnies capitalistes, ce sont les populations de l’Océan Indien dont certaines - et c’est le cas de Mayotte - peuvent déjà témoigner de l’irrégularité de l’approvisionnement, dans un monde assujetti à la rentabilité.
L’APOI a notamment pour rôle de discuter avec l’ensemble des acteurs portuaires dans la recherche d’un équilibre régional « pour que chaque port ne cherche pas le surdimensionnement », a indiqué Pascal Plante.
Forts de ces premières études partielles, et aussi parce que des rumeurs circulent sur les velléités d’acteurs économiques privés d’aller dans cette direction, l’UCCIOI active une enquête plus complète et la réflexion sur la forme que pourrait prendre la compagnie maritime. « Cela peut être fait dès 2009 et cela pourrait être soit tout privé, soit tout public, soit un mixte des deux », indiquent les membres de l’Union, qui se dirigeraient volontiers pour cette création vers un Partenariat Public-Privé (PPP), ou tout autre architecture « répondant à l’intérêt général et à la fiabilité fonctionnelle d’une entreprise », a précisé le président. C’est, entre autres, ce que doit définir l’étude en cours.

On en saura plus lors du prochain Forum Economique, qui doit réunir en octobre de cette année à Moroni « environ 200 opérateurs économiques », a précisé Saïd Ali Saïd Athouman, en donnant les grandes lignes du programme de l’événement.
Quatre thèmes principaux vont guider la rencontre : 1/ La mise en œuvre des accords intérimaires APE et les échanges intrarégionaux ; 2/ Les Comores, porte ouverte sur le Golfe persique et sur l’océan Indien ; 3/ Les NTIC et 4/ Sécurité alimentaire et pénuries.
L’Union des Chambres de Commerce et d’Industrie de l’océan Indien existe sous sa forme actuelle depuis le 1er Forum économique organisé en 2005 à Madagascar. Depuis plus de 3 ans, ce Forum a lieu en octobre, chaque année dans un pays différent : Madagascar (2005), La Réunion (2006) et Maurice (2007). Les acteurs économiques des pays de la COI (Commission de l’Océan Indien) ont ainsi réactivé la fédération des CCI de l’OI créée à l’initiative de la COI le 20 février 1989 par le regroupement des CCI des Comores, de Madagascar, de Maurice, de La Réunion et des Seychelles.
Force de propositions auprès des acteurs économiques de la zone, tant publics que privés, l’UCCIOI agit selon le principe de subsidiarité aux CCI qui la composent, en lien avec les axes stratégiques de la COI, représentée au sein de sa Commission exécutive.

P. David




Facebook Twitter Google plus