Actus

Komité Miguel : Marche blanche pour la vérité et la justice

Importante mobilisation samedi à Saint-Denis

Mathieu Raffini / 18 janvier 2021

Ce samedi matin avait lieu une marche blanche à l’initiative du Komité Miguel dans le but d’obtenir la vérité et la justice sur les circonstances du drame ayant entraîné la mort de Miguel Kameni le 16 janvier 2020.

JPEG - 101.8 ko

Le jeune homme aurait ce 16 janvier 2020 percuté une voiture de la BAC d’après les forces de l’ordre après avoir voulu échapper à un contrôle.
La famille et le Komité réfutent cet argumentaire et considèrent, renforcés par plusieurs témoignages qu’il s’agit là d’une bavure policière, la BAC ayant entamé une course-poursuite et heurté le véhicule de Miguel Kameni.

La marche, qui a regroupé une centaine de personnes, s’est élancée depuis les rampes de St François, à l’endroit même où s’est déroulé le drame. Elle a continué jusqu’au niveau de la Poste des Camélias, où plusieurs prises de paroles ont eu lieu.
Il a tout d’abord été rappelé le but de cette marche, à savoir faire avancer le dossier pour obtenir la justice et la vérité sur cette affaire et que les citoyens présents et organisant cette marche étaient originaires de toute l’île et avaient pour but de montrer leur soutien à la famille et aux Camélias, pour démontrer leur capacité à construire et à réussir.

Puis Dominique Assama, la mère de Miguel s’est exprimée sur les circonstances de la mort de son fils, qui seraient plus que douteuses. Un des principaux éléments qui n’est pas concordant avec la version policière est que la moto de Miguel aurait été déplacée sur les lieux du drame, ce qui est évidemment interdit et remet ainsi en cause la version policière.
De plus, la famille est toujours dans l’attente du dossier médical de Miguel, ce qui permettrait d’éclaircir les circonstances du drame.
Enfin, elle a rappelé que des vidéos du drame existaient mais qu’elles n’avaient pas été prises en compte lors de l’enquête. En effet, la course-poursuite s’étant déroulée au niveau de la centrale EDF de St François, une des deux caméras aurait dû pouvoir filmer ce qu’il s’est réellement passé. Or aucune vidéo n’a été exploitée. De même, une riveraine aurait un film à sa disposition, mais le disque dur aurait été saisi sans plus d’informations par la police.

Les propos de Dominique Assama ont été appuyés par les propos du père de Stéphane Fruteau, qui aurait lui aussi été tué par la police à l’issue d’une course-poursuite le 24 janvier 2018 et pour qui la justice ne fait que peu de choses.
La prise de parole s’est terminée par un morceau nommé « Ansamn », condamnant les violences policières.

La marche a par la suite continué en direction de la rue Malartic, siège du Commissariat de police de Saint-Denis où Dominique Assama, appuyée d’une vidéo confirmant que la moto de Miguel avait été déplacée par la police, a tenté d’être symboliquement reçue au commissariat afin de faire avancer le dossier sur la mort de son fils. Elle n’a évidemment pas eu de réussite ce jour-là mais a annoncé continuer avec le Komité le combat judiciaire pour obtenir la vérité et la justice sur le drame ayant entraîné la mort de Miguel Kameni.

Mathieu Raffini