L’invité(e)

« Beaucoup de choses sont à changer »

Loïc, EMC et Kevin : Jeunesse Quart Monde

Manuel Marchal / 5 mars 2009

Loïc, EMC et Kevin ont publié ’Jeunesse Quart Monde’, un CD produit par ATD Quart Monde et avec le concours de Thierry Gauliris. Ces trois jeunes du Port étaient hier après-midi les invités de KOI. Pour ’Témoignages’, ils évoquent leur parcours, leurs projets et ils donnent leur point de vue sur la journée de mobilisation aujourd’hui. Comme beaucoup de jeunes, ils seront dans la manifestation.

Que représente pour vous le CD que vous venez présenter ?

- C’est le fruit de tout un travail. Nous organisions en 2007 des week-end pour les jeunes, des petits spectacles dans les quartiers. Ce CD, c’est le résultat de plusieurs années.
Les paroles sont inspirées de nous mêmes, ce n’est pas du "copier-coller". Elles sont en créole, en français, et mélangent aussi le créole et le français dans la même chanson. Jeunesse Quart Monde, c’est du rap, du reggae, du dance-hall, du maloya.
Nous aimerions vivre de la musique, mais c’est difficile à La Réunion.

Quel message voulez-vous exprimer à travers votre musique ?

- C’est un message de solidarité. Il faut arrêter avec les clichés. La vie est difficile, nous avons du mal à trouver un travail. Des préjugés existent parce que nous vivons au Port. Et puis, les gens jugent trop à l’apparence.
Nous positivons notre rage dans la musique. Nous créons au lieu de casser-briser.

Que pensez-vous de la journée d’action du 5 mars ?

- Entièrement d’accord avec les revendications. Nous serons dans le chemin pour manifester. Mais nous pensons que ce n’est pas une seule journée qui va faire bouger les choses. Il faudra plus d’actions, prolonger le mouvement. On voit qu’en Guadeloupe, cela fait 40 jours qu’ils font grève et cela ne bouge pas beaucoup.
Augmenter les salaires ne suffit pas, car souvent les prix augmentent derrière. Allons plus loin, beaucoup de choses sont à changer dans la société pour que tout aille mieux. Par exemple, allons faire plus de produits locaux.

Propos recueillis par Manuel Marchal