Changement climatique

50 degrés au Canada : le résultat du capitalisme

Conséquence de la quête du profit au mépris de l’humain et de la nature

Manuel Marchal / 1er juillet 2021

Les températures exceptionnelles dans le dans le sud-ouest du Canada et le nord-ouest des États-Unis sont sans équivalent depuis que les relevés existent. Elles découlent d’un phénomène amplifié par le réchauffement climatique. Cette déstabilisation du climat est la conséquence du recours massif aux énergies fossiles pour faire tourner les industries génératrices de profits pour les bénéficiaires du capitalisme.

JPEG - 148 ko

Les jours passent et les records tombent du côté de Lytton, du côté canadien. Avant-hier une température incroyable de 49,6 °C a été mesurée. C’est un record non seulement pour une ville à plus de 50° de latitude nord et aussi pour une ville qui se trouve à plus de 45° de latitude nord. C’est la température la plus chaude relevée dans ce pays, 30 degrés au-dessus des normales saisonnières. Plus près de la mer, 46 degrés ont été enregistrés à Portland lundi, et plus de 41 degrés à Seattle.
Cette situation s’explique par un phénomène météorologique connu, le « Dôme de chaleur ». De l’air chaud stagne au-dessus d’une région, il forme une bulle qui se réchauffe. C’est un phénomène analogue qui explique la canicule de 2003 en France qui fit plusieurs dizaines de milliers de victimes. Mais cette année dans le sud-ouest du Canada et le nord-ouest des États-Unis, le phénomène est beaucoup plus intense en raison de sa durée. La vague de chaleur a déjà fait plus de 100 victimes.

Influence du réchauffement climatique

Pour Aurélien Ribes, chercheur au Centre national de recherches météorologiques (CNRM), et Samuel Morin, directeur du Centre National de Recherche en Météorologie, si le réchauffement climatique n’est pas à lui seul la cause de ce « dôme de chaleur », il contribue de manière significative à son intensité, expliquent-ils à « 20 Minutes » : « Les études montrent que les vagues de chaleur sont influencées par le réchauffement climatique, avec des températures plus élevées et des vagues de chaleur plus fréquentes ». « Pour chaque degré supplémentaire de réchauffement climatique, on accroît la fréquence et l’intensité de ces événements de température ».
Le changement climatique augmente la fréquence des températures record. À l’échelle mondiale, la décennie qui s’est terminée en 2019 a été la plus chaude avec des records et les cinq années les plus chaudes des cinq dernières années.
Tout près de La Réunion, le changement climatique est également meurtrier. Il est la cause de la persistance de la sécheresse dans le Sud de Madagascar, avec des conséquences catastrophiques. Cela pousse des milliers de personnes à quitter leurs terres pour survivre ailleurs, elles deviennent des réfugiés climatiques. Ceci rappelle donc que les 50 degrés relevés au Canada sont la partie émergée de l’iceberg.

Origine du réchauffement climatique

Le changement climatique est en effet bien enclenché, avec des températures moyennes déjà supérieures de 1 degré par rapport à celles du milieu du 19e siècle. Or, l’Accord de Paris fixe comme limite 1,5 degré de plus, limite trop souvent interprétée comme donnant la possibilité d’aller jusqu’à 2 degrés.
Cette hausse de 1 degré en une très brève période à l’échelle de la vie de la Terre a déstabilisé le climat à l’échelle du monde. Le risque de l’emballement est à considérer, compte tenu des masses considérables de puissants gaz à effet de serre qui risquent de s’échapper des sols gelés des régions polaires en cas de poursuite de la hausse de la température.
Le point de départ de ce réchauffement climatique date de la première Révolution industrielle en Europe, qui a vu l’extension du capitalisme. Ce capitalisme a eu besoin des énergies fossiles telles que le charbon et le pétrole pour faire tourner les industries génératrices de profits. Ce modèle dominant est donc clairement responsable de la catastrophe climatique. C’est pourquoi les près de 50 degrés observés au-delà du 50e parrallèle au Canada sont un des résultats du capitalisme.

M.M.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Selon l’étude de The Eco Experts, quels sont les pays les plus pollueurs ?
    Les pays les plus pollueurs sont :
    Arabie Saoudite
    Koweït
    Bahreïn
    Qatar
    Émirats arabes unis
    Oman
    Tukmekinstan
    Libye
    Kazakhstan
    Trinité-et-Tobago
    Bien que ça puisse vous surprendre, les barèmes utilisés dans cette étude attribuent un taux de toxicité environnemental plus important qu’à certains pays comme la Chine, l’Inde ou les Etats-Unis.
    Selon un autre barème basé sur les émissions de CO2 en 2019, les 10 pays les plus pollueurs sont :
    CHINE
    Etats-unis
    Inde
    Russie
    Japon
    Allemagne
    Iran
    Corée du Sud
    Arabie Saoudite
    Canada
    Si on se demande quels sont les pays les plus pollueurs par habitant en 2017, le classement change légèrement :
    Qatar
    Koweit
    Arabie Saoudite
    Canada
    Etats-unis
    Allemagne
    CHINE
    Espagne
    France
    Thaïlande
    Comme vous pouvez vous en apercevoir, le ranking des pays les plus pollueurs change selon le barème utilisé, néanmoins, on retrouve souvent les mêmes pays en tête de liste, peut-être que ces gouvernements devraient comprendre qu’il n’y a aucun mérite à se trouver en tête de ce classement...

    Article
    Un message, un commentaire ?