Changement climatique

Niveau de la mer 10 à 20 mètres plus haut

Rapport de l’OMM sur les émissions de gaz à effet de serre

Témoignages.re / 31 octobre 2017

Naturellement, la concentration de CO2 a déjà été aussi importante qu’aujourd’hui, c’était avant l’apparition de l’être humain sur Terre, il y a entre 3 et 5 millions d’années. À cette époque, la température moyenne du globe était 2 à 3 degrés plus élevée qu’aujourd’hui, le Groenland était libre de glace tout comme une partie de l’Antarctique. Le niveau de la mer était 10 à 20 mètres plus haut qu’actuellement. Précisions dans un extrait du communiqué diffusé hier par l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

JPEG - 55.2 ko
Inondations en 2013 à Jakarta. La montée du niveau de la mer entraîne de gigantesques travaux d’adaptation.

« Le CO2 est de loin le gaz à effet de serre persistant d’origine humaine le plus abondant dans l’atmosphère. La teneur de l’atmosphère en CO2, moyennée à l’échelle du globe, a atteint 403,3 parties par million (ppm) en 2016, alors qu’elle était de 400,00 ppm en 2015. Cette hausse annuelle record de 3,3 ppm est en partie due au puissant épisode El Niño de 2015/2016, qui a entraîné des épisodes de sécheresse dans les régions tropicales et a réduit la capacité des « puits », tels que les forêts, le couvert végétal et les océans, à absorber le CO2. Les concentrations de ce gaz représentent aujourd’hui 145 % de ce qu’elles étaient à l’ère préindustrielle (avant 1750).

Le taux d’accroissement du CO2 atmosphérique de ces 70 dernières années est près de 100 fois plus élevé qu’à la fin de la dernière période glaciaire. À en juger par les observations directes et les valeurs approchées, ces variations brusques de la teneur de l’atmosphère en CO2 sont sans précédent.

Depuis 800 000 ans jusqu’au début de l’ère industrielle, la teneur atmosphérique en CO2 était inférieure à 280 ppm, mais elle a maintenant atteint 403,3 ppm, soit la moyenne de 2016 à l’échelle du globe.

À partir des plus récentes reconstructions à haute résolution effectuées grâce aux carottes de glace, il est possible d’observer que les variations de la teneur en CO2 n’ont jamais été aussi rapides que ces 150 dernières années. Les fluctuations naturelles du CO2 pendant les périodes glaciaires ont toujours précédé des variations parallèles de la température. Les relevés géologiques indiquent que les niveaux actuels de CO2 correspondent à un climat « d’équilibre » observé pour la dernière fois au Pliocène moyen (il y a 3 à 5 millions d’années), période pendant laquelle la température était de 2 à 3 °C plus élevée et qui a vu fondre les nappes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique occidental, ainsi qu’une partie de la glace de l’est du continent. Cette fonte avait entraîné une élévation du niveau de la mer, qui était supérieur de 10 à 20 m au niveau actuel. »