Déplacements - Transports

Conversion vers les voitures électriques : 40.000 enfants obligés de travailler dans des mines de colbalt

Quand le capitalisme tente de s’adapter au changement climatique qu’il a créé : derrière le greenwashing, le travail des enfants dans notre région

Manuel Marchal / 21 juillet 2020

Un rapport de la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement fait état d’une des conséquences de la transition écologique du parc automobile du moteur à explosion à l’énergie électrique : jusqu’à 40000 enfants sont contraints de travailler dans des mines de cobalt pour des salaires de misère afin de fournir aux constructeurs automobiles un composant indispensable aux batteries des voitures électriques. Derrière le greenwashing, le travail des enfants dans notre région.

JPEG - 145.8 ko

De 2010 à 2018, la production mondiale de cobalt extrait est passée de 89 500 tonnes à 140000 tonnes. La majeure partie du cobalt extrait au cours de cette période provenait des opérations de cuivre-cobalt en République démocratique du Congo
L’exploitation des matières premières évoquée dans ce rapport peut avoir des implications sociales et environnementales. Par exemple, la majeure partie du cobalt fourni aux marchés mondiaux provient de la République démocratique du Congo, dont 20 pour cent provient des mines artisanales où les problèmes de travail des enfants et de droits de l’homme ont été identifiés.

Risques physiques et violences

On estime que jusqu’à 40000 enfants travaillent dans des conditions extrêmement dangereuses, avec un équipement de sécurité inadéquat, pour très peu d’argent dans les mines du sud du Katanga
Les enfants sont exposés à de multiples risques physiques et à des violations et abus psychologiques, pour gagner un maigre revenu pour subvenir aux besoins de leur famille. L’utilisation généralisée du travail des enfants dans l’extraction du cobalt peut avoir des implications sur l’offre mondiale, car l’approvisionnement en minéraux extraits à l’aide du travail des enfants devient de plus en plus inacceptable pour les fabricants de produits dérivés des matières premières.

Encore 5 ans de souffrances...

Le gouvernement de la République démocratique du Congo reconnaît le problème du travail des enfants dans les mines et a adopté des politiques qui favorisent la gratuité de l’enseignement primaire et interdisent l’utilisation d’enfants à des travaux dangereux. Il s’engage à ce que d’ici 2025 le travail des enfants soit éliminé des mines.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Et ben dis donc ! Là encore, on voit que l’exploitation del’homme par l’homme est de vigeur, même les jeuns sont concernés alors !? Ce je pense qu’il faudrait faire, à mon humble avis, il me semble évident de faire bien contrôler que les enfants ne sont pas exploités, comme hélas dans d"autres domaines hélas, les chaussures, les vètements, les mines... Le XXI° siécle a bien commencé côté pollution, exploitation, quel gâchis alors que nous pourrons faire bcp mieux. Arthur qui tousse en vélo.

    Article
    Un message, un commentaire ?