Déplacements - Transports

Dumazile relance la question de l’aménagement de La Réunion

Le réseau routier durement éprouvé par le passage d’un cyclone à plus de 300 kilomètres

Manuel Marchal / 6 mars 2018

Dumazile s’éloigne et les traces de son passage sont encore visibles notamment sur le réseau routier. La circulation est impossible entre le Nord et l’Ouest en raison des fermetures des routes du littoral et de la Montagne. Les habitants de Salazie et de Cilaos sont bloqués car les routes qui les relient au littoral sont coupées. À Saint-Louis, la fermeture du radier du Ouaki oblige les habitants de la La Rivière à passer par le centre-ville ce qui complique la circulation. Une fois de plus, la question de l’aménagement est posée.

JPEG - 98.3 ko
Le passage au large de Dumazile rappelle l’importance de reconstruire un train à La Réunion.

Le cyclone Dumazile est passé à plus de 300 kilomètres de La Réunion. Il a pourtant fait des dégâts considérables en raison des fortes pluies et de la houle. Ce passage bien au large a fortement éprouvé le réseau routier dans toute l’île.

Les fermetures les plus importantes sont celles de la route du littoral, de celles de la Montagne, de Cilaos, de Salazie. Cela signifie que les habitants des deux cirques sont isolés et que tout passage direct entre le Nord et l’Ouest est impossible. La seule issue est la route des Plaines, qui impose un détour d’une centaine de kilomètres pour aller du Port à Saint-Denis. De plus, la route des Plaines est une route de montagne, qui n’est pas prévue pour accueillir les plus de 50.000 véhicules par jour qui entrent à Saint-Denis par l’Ouest.

Le viaduc ne règlera rien

Une fois de plus, le problème de l’aménagement est posé. Concernant la liaison entre le Nord et l’Ouest, force est de constater que le projet de route en mer ne règlera pas le problème. En effet, l’idée d’une livraison en plusieurs tranches fait son chemin. La première, celle du viaduc entre Saint-Denis et la Grande-Chaloupe, pourrait survenir dans quelques années, 2020 au plus tôt. Ceci obligera les usagers à continuer à rouler sur une partie de la route actuelle. Ils seront donc soumis aux mêmes risques qu’aujourd’hui : la houle et les chutes de pierre. En conséquence, les périodes de fermeture ne changeront pas, que le viaduc soit en service ou pas.

Pour Cilaos et Salazie, c’est la question récurrente de la chute de pierres qui revient. À Cilaos, une solution provisoire d’ouverture intermittente a été mise en place depuis la première fermeture causée par les pluies de Berguitta. Mais des investissements importants seront nécessaires pour réduire le risque sur l’itinéraire actuel. Ceci en attendant qu’une solution définitive soit donnée par la création d’une nouvelle route.

Ponts Bailey et Office des routes

La fermeture du radier du Ouaki vient rappeler la fragilité de ce type d’ouvrage. Comme lors du passage de la tempête tropicale Berguitta, l’infrastructure a été emportée par la rivière en crue. Il faudra donc tout reconstruire. La facture s’élève à chaque fois à plus de 100.000 euros. Ailleurs dans l’île, les radiers ont débordé ce qui a isolé des quartiers.

Là aussi, des investissements sont nécessaires pour sécuriser le franchissement de toutes les ravines à La Réunion.

Quelques jours après le passage de Berguitta au mois de janvier, le PCR avait tenu une conférence de presse durant laquelle il a rappelé quelques propositions. Ces dernières avaient été également diffusées par voie de tracts auprès de la population.

Concernant les radiers, le PCR préconise le recours aux ponts Bailey. C’est un système utilisé par le génie militaire pour franchir des cours d’eau en moins de 24 heures.

Le Parti communiste réunionnais propose également la création d’un Office des routes pour qu’il n’y ait qu’un seul interlocuteur pour régler ces problèmes qui sont communs à tous les réseaux, qu’ils relèvent du Département, de la Région ou des communes.

Avec un train, pas de coupure

Enfin, la fragilité du réseau routier rappelle l’importance d’une alternative à ce mode de transport pour relier les régions les plus peuplées de l’île. Si La Réunion avait un chemin de fer franchissant le massif de la Montagne par un tunnel, la liaison entre le Nord et l’Ouest ne serait pas interrompue à la suite du passage d’un cyclone. Les personnes et les marchandises pourraient continuer à circuler.

Cet effort de modernisation des infrastructures de La Réunion suppose de mener une autre politique.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Dans les montagnes, pour raccourcir, se protéger, des rochers, de l’eau, de la neige, des arbres même parfois, on fait des tunnels et des passage protégés par une dalle, comme un écran-bouclier aux endroits sensibles aussi bien pour les routes, les voies ferrées. Il faut faire la même chose comme il existe déjà vers la fin de la route statégique "St Denis-Possession" en arrivant, juste avant la caserne Lambert.
    Pour Cilas, et pourquoi pas Salazie, il faudrait faire des téléphériques comme à St Denis bientôt. Ainsi, on va tout droit, quelque soit le relief, comme pour aller skier mais là, ce sera pour aller acheter du vin et des lentilles. Les touristes apprécieront et n’oublieront pas de le signaler dans les guides style "le guide du toutard" et "Lonely Planet". Ecologiques, comme le train, il estlargement temps de le faire, pour le progrès, l’avenir de l’île, qui servira d’exemples ailleurs, comme la géothermie, Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • La construction d’une route à 4 voies allant de Sainte Rose jusqu’à Saint Joseph ouverte en tout temps et en toute sécurité est indispensable , mais il est aussi urgent d’offrir au réunionnais la possibilité prendre le train pour réaliser ce trajet .

    En effet il y a déjà près de 500000 véhicule automobiles ( toutes catégories confondues ) qui circulent à l’île de la Réunion , et plus on créera des nouvelles routes et qu’on améliorera les routes existantes , plus le parc automobile va continuer de grossir , car avec la baisse du prix des petites voitures et les facilités d’acheter à crédit accordées même au plus démunis par les banques et organismes de crédit , tout le monde peut maintenant s’acheter une petite voiture neuve ou d’occasion même ceux qui gagnent moins de 1000 euros par mois . Si bien que le moindre accident grave sur une route pourra créer des bouchons énormes qui bloqueront des milliers d’automobilistes pendant des heures .

    Il faut bien entendu pour faciliter les déplacements et accélérer le développement économique réaliser des routes transversales dans les hauts de L’ouest et de l’Est , entreprendre la construction d’une nouvelle route permettant de traverser l’ile d’Est en Ouest en passant par le cirque de Cilaos ( c’est possible en reliant le col des boeufs ou de la fourche à la route de l’ilet à cordes en passant par le col de taïbit puis en remontant vers les hauts de Saint Leu en passant par la forêt de Tapcal ) , mais parallèlement à ces travaux il est absolument nécessaire de réaliser très rapidement une voie de chemin de fer pour relier Saint Rose et Saint Joseph .

    Sur ce plan la Réunion est en retard par rapport à sa voisine l’île Maurice qui a déjà commencé les travaux pour la construction d’une ligne de métro ou de tram train reliant Port louis à la ville de Curepipe . Nos voisins mauriciens ont déjà pris de l’avance sur nous dans de nombreux domaines, nous démontrant que même avec un PIB plus faible que le notre ils arrivent à progresser rapidement, en tout cas plus vite que nous .

    Qu’attendons nous pour suivre leur exemple et ouvrir ces nouveaux chantiers prioritaires que sont la ligne de chemin de fer entre Sainte Rose et Saint Joseph et la liaison entre Saint André et Saint Leu ou Saint Paul en passant par Cilaos ? Tous les hauts de la Réunion ont été classés patrimoine mondiale de l’humanité par l’UNESCO et ce classement nous oblige à rendre ce patrimoine accessible à tout le monde .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • La nouvelle transversale entre saint André et Saint Leu ou Trois bassins et Saint Paul ne devrait pas nécessiter plus de 25Km de nouvelles routes . Le tracé de ces 25km de nouvelles routes pourrait partir du col des bœufs ou de la fourche sur les remparts de Grand Ilet à Salazie, traverser la plaine des tamarins en direction de Marla dans le cirque de Mafate, puis passer en tunnel sous les trois Salazes ou en lacets par le col de Taïbit pour rejoindre la route de l’ilet à cordes ,puis rejoindre la Forêt de Tapcal et monter en lacets vers les hauts de l’ouest en passant au dessus de la ravine de la vierge du côté de Bétoung , ou descendre vers le bras de saint Paul pour monter vers l’ouest en passant par l’ilet Songe ou l’ilet Sources et redescendre vers la route forestière de l’ouest en passant par la caverne du piton rouge . A partir de cet endroit les automobilistes pourront se diriger vers soit vers saint leu soit vers les Trois bassin , soit vers saint Paul . Le temps de trajet pour passer de Saint André à Saint Leu ne devrait pas dépasser une heure et trente minutes si la route est en bon état . Le coût des travaux ne devraient pas dépasser 12 millions d euros le KM soit environ 300 millions au total . Comme cette nouvelle route pourrait permettre l’exploitation des forêts de la plaine des tamarins dans le cirque de Mafate et de et Tapcal dans le cirque de Cilaos ,les travaux pourraient être réalisés en régie par l’ONF sur une période de 5 à 6 ans . Cette route serait évidement une route nationale et les fonds nécessaires seraient fournis par l’Etat , l’union européenne , et la Région Réunion complétée éventuellement par le département , mais comme elle permettrait à l’EDF d’exploiter le potentiel hydroélectrique existant dans les cours d’eau situés sur le tracé , elle pourrait également apporter sa contribution au projet .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Merci pour ces idées qui confirment les miennes, alors à quand la prise de conscience de la réalité quel’on voit, que l’on vit tous les jours avec cette folie gaspilleuse d’énergie polluante ET non renouvelable ? C’est vrai que le nombre de véhicules progresse mais hélas avec ceux qui fument. On entend des fois les gens dire qu’heureusement que tous les conducteurs ne prennent pas leurs bagnoles en même temps car leur surface totale dépasserait celle des routes réunionnaises ! Rien que ça !
    Alors il est temps de changer, en mieux, rouler sur rail ou voyager sur l’eau. Pourquoi pas faire un embarcadère à St Denis qui nous permettrait de relier le chef-lieu au Port, futur noeud de circulation d’un côté et vers St André où un port serait en projet par la municipalité ? Il faut oser pour changer, au début, les gens, soit ils approuvent ou bien disent que c’est utopique ; Mais il fallait l’être pour créer la Sécurité Sociale, les congés payés, l’école gratuite et obligatoire etc..... Bon WE à tous et toutes, Arthur .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Cette nouvelle route transversale qui pourrait relier Saint André aux communes de l’ouest ne nécessiterait qu’environ une trentaine de kilomètres de nouvelles routes et un aménagement des routes existantes qu’elle devrait prolonger notamment de la route de la route de Salazie jusqu’au col des bœufs et de la route de Cilaos vers l’ilet à Cordes et peut être de la route des hauts de Saint Paul qui lui permettrait de rejoindre la route des tamarins

    . Compte tenu des nombreux ouvrages d’art qu’il faudra réaliser pour franchir les ravines et pour passer en tunnel , son coût serait relativement élevé , environ 300 millions d’euros si on considère qu’elle nous coûtera environ deux fois et peut être un peu plus que le coût du kilomètre de route secondaire à deux voies construit en France et dans les pays d’Europe , mais si elle est réalisée en régie par les services de l’ONF comme cela a été le cas pour toutes les routes forestières de la Réunion elle pourrait coûter moins chère et permettrait d’employer de nombreux habitants des hauts qui sont condamnés au chômage .

    Son intérêt économique et social ,une fois terminée, est évident. Non seulement elle rendra accessible à tout le monde les hauts de la réunion classés comme patrimoine mondial de l’humanité et contribuera au développement économique de l’ile de la Réunion par l’augmentation des touristes qu’elle entrainera ,mais elle permettra d’éviter l’enfermement des habitants de Cilaos en leur offrant une autre alternative que d’emprunter la route actuelle pour se rendre dans l’Est ou dans le nord et permettra également d’offrir à tous les réunionnais de nouveaux sites pour leur promenades dominicales . Saint André et saint Paul ne seraient plus qu’à une heure de Cilaos au lieu de plus de deux heures actuellement .

    Bien entendu l’itinéraire que je propose n’est pas le seul possible pour offrir une autre sortie du cirque de Cilaos, on peut envisager un passage par l’Entre Deux sous le Dimitile ou de relier le Bras Sec à La Plaine des cafres par le côteau Kervéguen , ou encore de descendre vers l’ouest en passant par le cirque de Mafate , mais s’il faut préserver le cirque de Mafate et faciliter l’exploitations des deux magnifiques forêt de Tapcal et de la plaine des tamarins, cet itinéraire s’avère à mon avis être le meilleur et peut être le plus rentable d’une manière général sans que cela ne coûte forcément plus cher .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Très bonne idée mais quand est-il du projet de liaison téléphérique entre Cilaos et Saint-Leu ? Aucune nouvelle depuis des mois, bien avant les derniers évènements dramatiques survenus sur la route : éboulements de roches, chute d’eau, de boue... ?
    Je suis certain que comme pour les autres téléphériques prévus à St Denis, 5 en tout, le premier coup de pioche pour le 1° approche, cela fera du travail, tout comme pour le beau projet étudié, programmé et mis de côté pour le moment (jusqu’à quand ?) de retour du train, un TER -PEI, électrique cette fois, car on doit développer les énergies propres, renouvelables, un mix énergétique entre l’utilisation du soleil, du volcan, de la houle et des vents. Comme par hasard, notre président, Emmanuel Macron, Ségolène Royal et Nadia Ramassamy, une des députée de l’île de la Réunion sont en ce moment, en Inde pour un séjour de 3 jours, avec pour but, justement, d’encourager le développement de ce types d’énergies gratuites au départ. La Réunion fait partie, ça tombe bien, des lieux placés sous les tropiques, zones privilégiées pour ça, alors on y va ! Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?