Déplacements - Transports

Il n’y a plus d’argent

Numéro spécial Route des Tamarins

Témoignages.re / 23 juin 2020

Vous avez tous en tête le budget voté par la Région, le 30 janvier 2020. Il était diminué de 248 millions par rapport à l’année d’avant. Cela veut dire 248 millions retirés de l’économie réunionnaise. Cela ne s’était jamais vu ! 

JPEG - 68 ko

En regardant de plus près, on constate que la part consacrée aux investissements pour 2020 est au même niveau qu’en 2009, soit 396 millions. 

Mais, il y a 11 ans, la Région, sous Paul Vergès, livrait la Route des Tamarins, à la satisfaction des dizaines de milliers d’automobilistes bloqués dans l’embouteillage. Cet ouvrage a été réalisé en 4 ans. En 2009, nous étions à la fin d’un gros investissement. Ce n’est pas le cas aujourd’hui ; la NRL est loin d’être terminée. Et, il n’y a plus d’argent. 

Mais alors, qu’a-t-il fait de l’argent des contribuables amassé durant 2 mandats ? 

Il l’a distribué. 

Pendant que les dépenses d’investissement n’augmentent pas, les dépenses de fonctionnement ont explosé, passant de 216 millions à 414 millions ! Doublé ! Bingo ! 

L’argent a servi pour faire du clientélisme. Il prend l’argent qui ne lui appartient pas et il les distribue. Conséquence, si en 2009, 62% de l’argent public étaient consacrés à l’investissement, aujourd’hui, c’est seulement 49% ! 

C’est une honte. 

Car, la Région est une institution dont la compétence c’est la « coordination économique ». L’arrivée du Covid-19 est venue aggraver la situation des individus et entreprises en situation fragile. Le Président s’est transformé en importateur de masques alors qu’il n’a rien fait pour faire fermer l’aéroport. 

Dans 4 mois, en octobre, la Région va commencer à débattre des Orientations Budgétaires pour 2021. D’ici-là, son président n’aura pas trouvé les recettes nouvelles pour combler le trou des 248 millions et ramener le budget au niveau de l’année dernière, soit un milliard. Le manque va donc se reporter d’une année sur l’autre. 

Plusieurs générations vont supporter les conséquences de cette mauvaise gestion.