Déplacements - Transports

NRL : déjà 5 jours de silence sur l’accord qui démine le terrain à Sébastien Lecornu

La Région Réunion repousse la présentation du contenu de l’accord signé avec le Groupement

Manuel Marchal / 5 août 2020

Cela fait désormais 5 jours qu’un accord a été conclu entre la Région Réunion et le Groupement GTOI-SBTPC-Vinci pour le démarrage de la seconde partie du chantier de la route en mer : la digue entre La Possession et La Grande Chaloupe. A ce jour, à part la date du 15 septembre, aucune autre information n’a été officiellement publiée et la présentation ce jour du contenu de l’accord est remis à une date ultérieure. Mais l’essentiel n’est-il pas ailleurs : calmer les transporteurs dans la perspective de la visite de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, le 17 août ?

JPEG - 78.6 ko

Pendant plus d’une semaine, des transporteurs ont manifesté devant le siège de la Région Réunion. Croyant aux promesses de Didier Robert, ils se sont endettés pour acheter 200 camions valant au bas mot 200.000 euros l’unité. Ils pensaient réaliser d’importants profits en transportant des millions de tonnes de roches pour le chantier de la route en mer. Mais ils déchantent aujourd’hui.
En effet, une solution technique a été voulue par la Région Réunion pour ne pas exclure totalement les entreprises réunionnaises du gigantesque marché de la route en mer, 1,6 milliard d’euros selon le prix initial. Le maître d’ouvrage a en effet divisé le chantier en deux. La première partie en viaduc entre Saint-Denis et la Grande Chaloupe et la seconde partie en digue entre La Grande Chaloupe et La Possession, cette seconde partie était le gâteau que devait se partager ces transporteurs.

Date de reprise après la visite ministérielle

Mais dès le départ, la promesse de Didier Robert était mal engagée, faute de matériaux disponibles pour construire la digue. Ceci explique sans doute pourquoi les efforts ont été consacrés aux premiers ouvrages réalisables avec les matériaux disponibles à La Réunion : un viaduc qui ne sera sans doute pas livré avant la prochaine campagne des élections régionales, un pont à La Possession isolé du réseau routier et une digue à l’entrée de Saint-Denis.
Ce n’est que plusieurs années après le premier coup de pioche que la Région Réunion a donné l’ordre de service, obligeant donc le Groupement à construire la digue. Mais malgré ce délai, le Groupement n’a pas réussi à trouver les matériaux nécessaires, malgré le soutien de la Région et de l’État. Au final, dans son dernier avis en date du 22 juillet, l’Autorité environnementale rappelle que l’ouverture tant espérée de la méga-carrière de Bois-Blanc ne pourra pas se faire, à moins de relancer une lourde procédure.
Vendredi à l’annonce de l’accord, des transporteurs n’ont pas hésité à crier « Vive Didier Robert » à l’annonce d’un accord pour redémarrer le chantier dans un mois et demi. Mais au final, la seule information publiée vient de l’État, qui précise seulement ceci dans un communiqué en date de vendredi :

« Engagées jeudi matin à la préfecture de La Réunion sous l’égide du préfet, les discussions entre le Conseil régional de La Réunion et le groupement constructeur de la Nouvelle route du littoral ont abouti ce vendredi à 22 heures.
L’accord conclu permet la reprise des travaux de construction de la digue à partir du 15 septembre prochain. Il contribue ainsi à la relance de l’activité économique à La Réunion par la mobilisation de plusieurs entreprises et de nombreux travailleurs.
L’Etat se félicite de la conclusion de cet accord qui permet de poursuivre la construction de cet ouvrage essentiel à la sécurité des Réunionnais. »

Où sont les matériaux ?

A part cela, rien d’officiel car toutes les autres informations ne sont que des déclarations à la presse. Le contenu de l’accord reste mystérieux. Didier Robert s’était engagé à le communiquer à l’opinion, donc aux transporteurs, cette semaine. Mais 5 jours après, la Région Réunion reste toujours silencieuse. Compte tenu de l’activité médiatique de cette collectivité, un tel silence est sans doute un record.
De plus, une conférence de presse aurait été prévue ce jour par la Région Réunion pour annoncer le contenu de cet accord qui doit promettre une reprise accélérée du chantier.
Selon Imaz Press Réunion, ce report est dû à Didier Robert : le président de la Région Réunion ne peut décaler un rendez-vous personnel. Quelle affaire personnelle peut-elle être plus importante que la relance du chantier de la route en mer ?
Tout ceci montre bien que la route en mer est toujours dans l’impasse, car les matériaux nécessaires à sa construction ne sont toujours pas disponibles à La Réunion.
A ce jour, à part la date du 15 septembre, aucune autre information n’a été officiellement publiée et la présentation ce jour du contenu de l’accord est remis à une date ultérieure. Mais l’essentiel n’est-il pas ailleurs : calmer les transporteurs dans la perspective de la visite de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, le 17 août.

M.M.