Déplacements - Transports

NRL : le Groupement GTOI-SBTPC-VINCI réfute les accusations de Didier Robert

Les majors du BTP répondent au communiqué du président de la Région Réunion

Témoignages.re / 25 juillet 2020

Le 22 juillet, un communiqué de Didier Robert, président de la Région Réunion, avait affirmé en réponse à la manifestation des transporteurs : « j’affirme ici avec force, que la Région Réunion ne cédera en aucun cas, ni au chantage, ni à la pression, ni à la désinformation opérés ces dernières semaines. Je déplore également le fait, que les transporteurs soient eux-mêmes victimes d’instrumentalisation ». Un communiqué du Groupement attributaire du marché de la route en mer rétablit les faits : « depuis le 21 octobre 2019, par décision de la Région Réunion, le Groupement n’est plus autorisé à poursuivre les travaux du marché MT 5.2 (la partie de la route en mer qui doit être construite en digue - NDLR) », souligne-t-il, rappelant que le redémarrage du chantier est suspendu à la signature par la Région d’un accord visant à « rechercher l’ensemble des solutions minimisant le coût de réalisation des ouvrages ».

JPEG - 60.7 ko

Le Groupement composé des sociétés GTOI, SBTPC et VINCI Construction Terrassement, attributaire du marché de construction d’une section de 2,7 km de digue de la Nouvelle Route du Littoral (marché MT5.2) réfute fermement les allégations de pressions exercées sur la Région Réunion et d’instrumentalisation des transporteurs.

Le Groupement rappelle les éléments suivants :

Le 18 octobre 2019, Monsieur le Préfet de La Réunion a réuni l’ensemble des acteurs du projet dans le cadre d’une table ronde qui a conclu à l’ouverture d’un espace de travail sous l’égide du Secrétariat d’État chargé des Transports.
Depuis le 21 octobre 2019, par décision de la Région Réunion, le Groupement n’est plus autorisé à poursuivre les travaux du marché MT 5.2.

A l’issue de nombreux échanges qui se sont tenus en parallèle de la médiation judiciaire en cours, le Groupement s’est engagé à achever la réalisation de cet ouvrage dans les conditions du relevé de décisions du 22 janvier 2020 établi avec la Région Réunion, en présence de l’État.

Le relevé de décisions du 22 janvier 2020 permet :

- au Groupement de réaliser, sur la base de prix établis en transparence, 500 mètres de digue à partir d’andains, dans l’attente d’une solution d’approvisionnement pérenne ;

- la mise en place d’un Comité de suivi qui a pour mission de valider étape par étape les montants relatifs à la poursuite des travaux sur la même base de transparence ; et

- de rechercher l’ensemble des solutions minimisant le coût de réalisation des ouvrages.

Les travaux reprendront dès la signature d’un accord formalisant les conclusions de ce relevé de décisions.

Pour mémoire, le projet de construction des digues de la Nouvelle Route du Littoral rencontre, depuis son démarrage, des difficultés d’approvisionnement en matériaux nécessaires à sa réalisation. L’ouverture de l’ensemble des carrières nécessaires au projet (Lataniers, Bellevue et Bois Blanc - Ravine du Trou…) s’est heurtée à l’accroissement des contraintes administratives et sociétales.

Les ordonnances rendues par le Tribunal Administratif de Saint-Denis le 29 avril 2019, ont suspendu l’exploitation de la carrière de Bois Blanc - Ravine du Trou. Les motifs de ces décisions ne sont imputables ni au Groupement ni au carrier. Elles visent notamment l’annulation de la révision du Schéma Départemental des Carrières intervenue en 2018. Le Groupement reste à la disposition de la Région Réunion et de l’État pour définir les modalités de la mise en œuvre du relevé de décisions.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Si pour construire votre caze, il n’y a pas les éléments nécessaires et votre budget est limité, vous n’envisagez pas de bâtir une villa avec piscine. Le groupement reconnait aujourd’hui qu’au démarrage du chantier l’approvisionnement en galets était déjà le problème majeur. Donc au démarrage de ce chantier , tous les partenaires Région, transporteurs et constructeurs étaient informés que le contrat ne pouvait être respecté dans les délais puisqu’il n’y a pas de matériaux. Pourquoi ont-ils insisté dans cette mauvaise voie ? Pourquoi continuer dans l’erreur alors qu’ils avaient une solution de rechange, le viaduc. Pourquoi ont-ils foncé tête baissée dans l’impasse rejetant actuellement la faute sur les écologistes et une partie de la population qui réclament la protection de l’environnement et une meilleure étude d’impact sur la nature face à la demande d’ouverture de carrières supplémentaires. Pourquoi dilapident-ils les ressources de l’île ? Comment fera la prochaine génération pour construire habitations et les autres infrastructures ? Sera-t-elle obligé d’aller en mer pour récupérer les andins et roches ? Pourquoi la digue, plutôt pour qui la digue...pour les transporteurs ou bien d’autres à qui DR a promis un contrat sur mesure ? Maintenant, il promet une demie RL pour 2021 et la totalité pour 2024 en espérant qu’il sera toujours président. Le doute est de rigueur, mais il est sur que la prochaine majorité régionale ainsi que l’ensemble des Réunionnais hériteront un lourd fardeau et moins de budget pour réparer tous les dégâts causés.

    Article
    Un message, un commentaire ?