Déplacements - Transports

Sécurité routière : 80 radars tourelle au lieu d’une bride imposée aux véhicules importés

Le choix de sanctionner les usagers plutôt que d’imposer une contrainte aux constructeurs automobiles inondant les routes de leurs produits à La Réunion

Témoignages.re / 7 octobre 2020

A La Réunion, la vitesse maximale autorisée est de 110 kilomètre par heure. Pourtant, la quasi-totalité des plus de 20.000 véhicules importés dans notre île est homologuée pour dépasser cette limite et donc pour violer la loi. Plutôt que d’imposer une bride aux importateurs, les autorités décident de quadriller le territoire par des radars chargés de photographier les contrevenants pour ensuite faire payer une amende.

JPEG - 138.4 ko
La quasi-totalité des voitures importées à La Réunion sont homologuées par la France pour violer la loi votée par les parlementaires français.

« La circulaire du ministère de l’Intérieur en date du 28 mars 2018 prévoie un déploiement de radars tourelles à La Réunion à partir de fin 2020. Ce programme correspond à une nouvelle doctrine du contrôle automatisé et à une globalisation du contrôle dans le département.
Sur les 14 radars automatiques fixes existants, treize seront remplacés par la nouvelle génération à compter du 5 octobre 2020. Leur mise en service est prévue pour la fin de l année.
Le 14ᵉ radar, situé sur la RN 1 route du littoral, reste inchangé et en service dans l’attente de la livraison de la NRL.

Le programme de déploiement se poursuivra en 2021 pour une prévision totale de 80 radars tourelles sur le département.
Les radars tourelles, équipements de nouvelle génération, ont pour objectif de contrôler la vitesse sur une zone étendue en organisant la rotation de radars dans des cabines vides qui assureront la fonction de leurre.
Les conducteurs devront ainsi en permanence respecter les limitations de vitesse de manière continue sur toute la zone, et non à un point précis comme c’est le cas actuellement.

Actuellement, le radar tourelle est homologué pour le contrôle vitesse et le franchissement feu rouge (en agglomération). C’est un appareil évolutif, multi-fonctions, qui pourra à terme contrôler d’autres infractions actuellement à l’étude : distances de sécurité, franchissement de ligne continue, utilisation du téléphone en conduite.
Le financement du déploiement et de la maintenance des systèmes automatiques de contrôle et de sanction provient du produit des recettes des amendes radars. »