Transports aériens

Coronavirus : déjà 86 millions d’aides publiques pour Air Austral

« Après quelques semaines de travail et de négociations complexes »

Témoignages.re / 16 mai 2020

Un communiqué d’Air Austral annonce que la compagnie bénéficie d’ores et déjà d’une aide publique de 86 millions d’euros sous forme de PGE (56 millions) et d’une avance de trésorerie de 30 millions d’euros accordée par la SEMATRA, actionnaire d’Air Austral à plus de 90 % présidé par la Région Réunion.

JPEG - 112.6 ko
Marie-Joseph Malé, PDG d’Air Austral, et Didier Robert, président de la Région Réunion. (photo d’archives)

Le communiqué d’Air Austral annonce que « ces mesures ont inclus :
· La négociation avec les gouvernements du report de paiement de taxes, de cotisations sociales et de diverses redevances ;
· La négociation avec ses fournisseurs importants des reports d’échéances ;
· La mise en œuvre de mesures d’activité partielle pour la quasi-totalité de ses 950 employés
· L’appel à la participation des salariés par entre autre le don volontaire de congés payés pour marquer la solidarité de son personnel
· La recherche de financement complémentaire pour sécuriser les niveaux de liquidités adéquats et faire face aux besoins courts et moyens termes.
Après quelques semaines de travail et de négociations complexes, Air Austral a aujourd’hui obtenu, le soutien de son actionnaire de référence, la Sematra, et des institutions bancaires.

Les parties ont trouvé les voies d’un accord de financement pour accompagner Air Austral et comprenant :

· Un prêt d’actionnaire de la SEMATRA, d’un montant de 30 millions d’euros, apportés en compte courant d’associés
· Un Prêt Garanti par l’Etat français (« PGE ») d’un montant de 56 millions d’euros octroyé par 3 banques à Air Austral, bénéficiant d’une garantie de l’Etat.

Ce dispositif apporte à Air Austral une contribution vitale, qui va lui permettre de couvrir son besoin de financement . Celui-ci s’appuit sur son scénario d’activité établi pour les mois à venir à partir des différentes analyses d’experts, et tient compte des spécificités de nos marchés de l’océan Indien, avec en particulier l’importance du trafic « affinitaires ». 

Il prévoit le maintien d’un impact fort sur l’activité de la compagnie, prévue très en retrait jusqu’en juillet, une haute saison au ralenti et un retour progressif à la normale d’ici à la fin de l’année 2020. »