Transports aériens

Le président de Région Réunion impliqué dans les décisions stratégiques d’Air Madagascar

Didier Robert dans le Conseil d’administration d’Air Madagascar

Manuel Marchal / 22 novembre 2017

Air Madagascar a un nouveau Conseil d’administration dans le cadre de son partenariat stratégique avec Air Austral. Le président d’un Conseil régional, en tant que représentant du propriétaire de 98 % des actions d’Air Austral, figure dans cette instance chargée de déterminer la stratégie d’Air Madagascar, porte-drapeau d’un État souverain. Dans Air Seychelles où il existe un partenariat stratégique avec Etihad, le président du gouvernement de l’émirat d’Abu Dhabi ne siège pas au Conseil d’administration.

JPEG - 33.2 ko

Témoignages d’hier relayait les interrogations de « l’Express de Madagascar » au sujet de l’entrée d’Air Austral dans le capital d’Air Madagascar. La date butoir du 31 octobre était en effet largement dépassée, et aucune déclaration officielle n’indiquait où en étaient les discussions.

La réponse est venue hier sous la forme d’un communiqué diffusé par Air Austral. Il annonce la composition du nouveau Conseil d’administration d’Air Madagascar. Nombreux sont les observateurs à être étonnés de la présence du président du Conseil régional de La Réunion au sein de cette instance qui décide de la stratégie d’Air Madagascar. Il y représente en effet les intérêts de la SEMATRA, qui détient 98 % du capital d’Air Austral. La SEMATRA est une société d’économie mixte, et si le président de la Région est à sa tête, c’est parce qu’il s’est octroyé ce poste en estimant qu’il lui revenait de droit du fait que la Région est le plus important actionnaire de la SEMATRA. Si la SEMATRA veut siéger au Conseil d’administration d’Air Madagascar, n’a-t-elle pas la possibilité de confier ce mandat à une personne qui n’a pas de responsabilité politique à La Réunion ?

Rappelons qu’Air Madagascar est la compagnie nationale d’un État souverain. L’État malgache conserve d’ailleurs plus de 50 % du capital d’Air Madagascar, qui est un porte-drapeau de ce pays dans le monde.

Dans notre région, un autre partenariat stratégique de ce type existe. Il s’agit de celui liant Air Seychelles à Etihad, compagnie d’un État composant les Émirats arabes unis. Etihad a acquis 40 % des actions d’Air Seychelles, l’État seychellois conservant 60 %. Dans le cadre de ce partenariat, c’est Etihad qui nomme le directeur général d’Air Seychelles et elle est représentée dans la direction stratégique de la compagnie nationale seychelloise. Force est de constater que le Conseil d’administration d’Air Seychelles ne comprend aucun responsable politique d’Abu Dhabi.

M.M.