Transports aériens

• Un appel d’offres de 60 millions d’euros pour les lignes entre la France et les DOM
• Un tarif ’social’ de 440 euros HT payé par le passager

L’État achètera au moins 50.000 allers-retours La Réunion-Paris aux compagnies aériennes

Témoignages.re / 31 janvier 2009

À la sortie de la présentation de la stratégie de croissance pour l’outre-mer, Yves Jégo a rencontré les journalistes pour expliquer plus en détail ces annonces. Parmi elles, le lancement d’un appel d’offres de 60 millions d’euros lancé par l’État à destination des compagnies aériennes afin d’acquérir des billets d’avions qui seront revendus ensuite à un tarif qualifié de « social », par exemple 440 euros hors-taxe pour un aller-retour La Réunion-Paris.

Après avoir annoncé au monde économique les mesures contenues dans la stratégie de croissance pour l’Outre-mer et la déclinaison du plan de relance dans l’Outre-mer, Yves Jégo a détaillé plusieurs de ces mesures aux journalistes.
Il a d’abord évoqué la question du prix des billets d’avion. Deux étapes pour régler ce problème selon le ministre avec tout d’abord la charte d’engagement volontaire, et ensuite la continuité territoriale avec la transformation de l’ANT en Agence de la mobilité, et la remobilisation des crédits. Yves Jégo annonce que l’État va lancer un appel d’offres de 60 millions d’euros pour les liaisons entre la France et les DOM, ouvert à toutes les compagnies aériennes, y compris celles qui n’opèrent pas dans les DOM. L’objectif de cet appel d’offre est d’acheter massivement des billets (au moins 50.000 allers-retours pour La Réunion par exemple) afin d’utiliser le levier de la commande massive pour faire baisser les prix.
Ceci permettra ensuite à l’État de réserver ces billets à des bénéficiaires d’un dispositif social de mobilité dont les critères ne sont pas encore définis.
La référence est un prix de 2 centimes d’euros par kilomètres hors taxe. D’après Yves Jégo, cela signifie qu’une personne bénéficiant d’un tarif social mis en place par l’État devra payer 440 euros hors taxe pour un aller-retour entre La Réunion et Paris. Le secrétaire d’État indique que le gouvernement tente de négocier l’inclusion de la surcharge carburant dans ce prix hors taxe, afin que le passager paie au final 440 euros plus les autres taxes (aéroport...). Yves Jégo annonce le démarrage de ce dispositif pour le mois de septembre.
Parallèlement à cet appel d’offres, le système des congés bonifié sera réformé. Le ministre annonce ce que souhaiterait le gouvernement. L’État n’achèterait plus de billet pour les mettre à la disposition des fonctionnaires. Il verserait une prime au fonctionnaire, à charge à ce dernier d’acheter son billet. Cette proposition doit être négociée avec les partenaires sociaux, précise Yves Jégo.
Malgré tout, le montant de cet appel d’offres destiné à la population des quatre départements d’Outre-mer est inférieur à ce que l’État consacre à la continuité territoriale pour la Corse : 60 millions pour l’Outre-mer, 187 millions pour la Corse.

Manuel Marchal


Des mesures anti-crise

Relance dans le BTP : l’État "facilitateur"
Le secrétaire d’État a annoncé que 100 chantiers d’un montant de 250 millions d’euros issus de la commande publique ont été repérés. Ce sont 250 millions d’euros toute collectivité confondue, c’est-à-dire des chantiers programmés par la Région, le Conseil général, les communes ou l’État. L’action de l’État sera de mettre « la part qui manque » dans les financements des dossiers montés afin qu’ils puissent démarrer cette année. La contribution de l’État sera fonction de chaque dossier. La liste de ces chantiers sera publiée « au fur et à mesure », a dit Yves Jégo.

Défiscalisation : au moins 300 millions d’euros pour le logement social ?
Le secrétaire d’État a annoncé hier une hausse de la LBU qui se traduira par une « augmentation de 15% par logement des financement d’État pour accélérer la construction de logements sociaux. Pour tout l’Outre-mer, les crédits seront de 250 millions d’euros. Se basant sur des prévisions, le secrétaire d’État indique que la défiscalisation pourra apporter 300 à 350 millions d’euros au financement du logement social outre-mer.

27 millions d’euros pour 135.000 familles : 200 euros versés au mois d’avril
Le ministre annonce que 135.000 familles à faible revenu se partageront une enveloppe de 27 millions d’euros versée en avril, soit 200 euros par famille.

Hausse des salaires : financement par la défiscalisation
Pour le ministre, les exonérations fiscales et sociales accordées aux entreprise, notamment dans les zones franches globales d’activité, doivent être utilisées en partie pour faire augmenter les salaires. Selon Yves Jégo, à La Réunion, les entreprises économisent 500 euros par salarié avec les exonérations.


Défiscalisation et environnement

Yves Jégo a déclaré hier que les fermes photovoltaïques seront défiscalisées selon le même taux que celle dont le premier panneau a été posé la veille à Sainte-Rose. Rappelons que sur un investissement de 80 millions d’euros, 20 millions seront subventionnés par l’État sous forme de défiscalisation.


Carburant : libéralisation totale ou fixation des prix par la Région ?

Selon le ministre, le système de fixation actuel fait que celui qui décide, le préfet, n’a aucune marge de manœuvre, notamment parce que les compagnies pétrolières fixent leurs prix librement.
La présence de la mission d’inspection du 9 au 13 février devra déboucher sur des propositions de réformes du système actuel de fixation des prix. Yves Jégo a évoqué deux possibilités. Soit une libéralisation totale des prix, soit une fixation par la Région sous prétexte que cette collectivité perçoit les taxes.


Air France et l’Outre-mer

2% du trafic, 10% des bénéfices

Ces chiffres sont ceux enregistrés par Air France et communiqués hier par Yves Jégo. Le secrétaire d’État indique que pour Air France, l’Outre-mer représente 2% trafic mais 10% des bénéfices.