Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > International > Madagascar-Grande Ile

Un appel émouvant à renforcer les liens d’amitié entre Malgaches et Réunionnais

Coonférence de la docteure Alice Pélerin sur sa traversée à pied de Madagascar

lundi 29 juin 2009


Lundi dernier, Alice Pélerin, docteure en médecine au Port, a présenté avec ses ami(e)s de l’association Ny Valiha « la grande traversée sentimentale, ethnologique et initiatique d’une femme malgache sur son île natale, de Diego Suarez à Fort Dauphin ». Cette conférence a montré les nombreuses richesses et difficultés de Madagascar, ce qui encourage les peuples malgache et réunionnais à élever toujours davantage le niveau de leur co-développement solidaire afin de mieux vivre ensemble leur destin partagé.


Un public nombreux s’est retrouvé lundi soir à l’ancien hôtel de ville de Saint-Denis « au cœur de l’Île Rouge » pour écouter la docteure Alice Pélerin raconter — avec 200 belles photos en guise d’illustrations — la merveilleuse et courageuse aventure dans laquelle elle a voulu se lancer l’an dernier. Entre juillet 2008 et février 2009, ce médecin portois a parcouru à pied quelque 2.250 km du Nord au Sud de Madagascar. Les étapes étaient de 20 à 25 km par jour en moyenne. Elles étaient parcourues par un groupe d’une demi-douzaine de personnes environ — surtout des femmes — et, finalement, une cinquantaine de randonneurs de La Réunion, de Madagascar et de France ont participé à une partie ou à la totalité de cette longue marche.
D’emblée, Alice Pélerin a expliqué qu’à l’occasion de ses 50 ans, elle a eu l’idée de réaliser cet exploit pour rendre hommage à ses parents, à son pays natal, à ses racines et pour approfondir sa culture en valorisant l’Histoire commune des Réunionnais et des Malgaches. Avec quelques membres de son association Dia 50, elle a souligné que la randonnée s’est bien déroulée et que l’accueil des Malgaches fut « fabuleux ».

Un sens très profond

Outre le plaisir de suivre pas à pas cet itinéraire, rempli de charme et d’émotions, ce qui a surtout plu au public est le fait que les acteurs de cette balade lui ont donné un sens très profond.
Ils ne se sont pas contentés de prendre le plaisir d’effectuer une randonnée touristique, en profitant du charme de la Grande Île. Ils ont aussi et surtout voulu cultiver des valeurs de haut niveau, comme par exemple la solidarité entre les peuples et la nécessité de faire face aux souffances des plus pauvres, qui se sentent victimes de l’absence de valorisation de leur travail.
Les randonneurs ont également souligné la nécessité d’être attentif aux atouts de la biodiversité et aux graves atteintes à l’environnement. Enfin, ils ont plaidé fortement pour la reconnaissance et la valorisation des richesses de la culture malgache à travers ses contes et ses rites.
Alice Pélerin a notamment souligné — images à l’appui — combien une bonne partie de nos frères et sœurs malgaches ont du mal à faire valoriser leur travail. « Le repiquage du riz ou le cassage des pierres est très laborieux mais mal payé ».
Elle a montré aussi combien le pays est endommagé par la déforestation, « des incendies menacent Madagascar, la terre s’en va, les plateaux se dénudent ». Les randonneurs ont d’ailleurs mené une campagne d’information tout au long de leur parcours sur les avantages du four solaire artisanal et ils ont mené une opération relai de village en village pour planter des arbres de manière symbolique.

Une démarche très importante

La responsable du groupe a également insisté sur les atouts que constituent à la fois le métissage et l’unité du peuple malgache, sur la générosité des plus pauvres et sur l’importance de transmettre aux enfants les contes, les berceuses. « Nous ne devons pas sacrifier ce qui fait l’âme d’un peuple », a déclaré Alice Pélerin.
Elle a aussi souligné à quel point « il est important de regarder notre Histoire, de la connaître et d’en tirer des enseignements pour ne pas répéter les erreurs du passé ». Elle a également mis en avant les liens historiques entre les peuples malgache et réunionnais.
D’ailleurs une des images les plus émouvantes du diaporama fut celle de la pose des randonneurs à leur arrivée dans le village de Mahatalaky, près de Fort-Dauphin, d’où sont partis les premiers Réunionnais, avant que des Malgaches soient déportés par milliers comme esclaves dans la colonie bourbonnaise. Une stèle a d’ailleurs été érigée à cet endroit il y a quelques années, à l’initiative de l’historien Sudel Fuma, en hommage à nos ancêtres malgaches.
Voilà pourquoi la démarche d’Alice Pélerin et de ses proches est très forte et très importante. Elle va dans le même sens que celle des Réunionnais et des Malgaches qui souhaitent depuis des dizaines d’années renforcer les liens de coopération solidaire et libre entre nos pays.

Correspondant


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus