Madagascar

Élections communales le 12 décembre 2007 : vers une abstention accrue ?

Bernard Yves / 25 octobre 2007

L’ordonnance 2007-001 adoptée en Conseil des Ministres le 8 octobre dernier a décidé que les élections communales auront lieu sur tout le territoire national le mercredi 12 décembre 2007.
Parmi les innovations de ce prochain scrutin, par rapport aux élections municipales antérieures, on peut relever les suivantes :

- le nombre des conseillers municipaux est revu à la baisse, alors que la population - partant les électeurs - a augmenté. Ainsi, dans la capitale Antananarivo, le nombre de conseillers municipaux est fixé à 55 pour une population de plus de 1 million d’habitants.

- les Maires seront élus le même jour que les membres des Conseils municipaux, mais selon deux modes de scrutin différents.

- les Maires seront élus au suffrage direct et au scrutin majoritaire à un seul tour.

- les conseillers municipaux seront élus au scrutin de liste proportionnel à la plus forte moyenne.

Les retombées des élections législatives du 23 septembre

Ces élections convoquées à la hâte surviennent alors que les résultats des élections législatives du 23 septembre figurent encore au centre des discussions, dans tous les milieux. En effet, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), seule habilitée à proclamer officiellement les résultats de toutes les élections, rendant son verdict le 13 octobre, a annulé les résultats du 23 septembre dans deux circonscriptions électorales (districts), ceux de Bealanana (dans la Province de Mahajanga) et Mananara-Nord (dans la Province de Toamasina). Les élections sont à refaire dans ces deux circonscriptions, elles ont été fixées au 14 novembre.
Par contre, la HCC n’a retenu aucune des autres dizaines de requêtes (il y en eut une quarantaine) en annulation pour fraudes, inversions des voix obtenues par des candidats, ingérences de l’administration dans tout le processus électoral, pressions multiformes des agents de l’Etat sur les électeurs au profit des candidats du TIM, etc...
Mais le plus surprenant a été que la proclamation de la HCC n’ait pas mentionné le taux de participation, lors de ce scrutin du 23 septembre.
Ainsi, l’Observatoire de la Vie Politique ou SEFAFI, composante notoirement connue de la Société Civile, dans une déclaration datée du 17 octobre, relève cette anomalie :
« En effet (dit le SEFAFI), la presse a fait état d’une participation inférieure à 20% dans la capitale, et si le KMF/CNOE (Comité National pour l’observation des élections), dans sa déclaration post-électorale du 28 septembre 2007, concluait que le scrutin avait été marqué par un très faible taux de participation (30%), le Conseil National Electoral (CNE), quant à lui, avait surpris plus d’un observateur en faisant état d’un taux de 46%... ».
Et le SEFAFI d’ajouter :
... nous rejoignons ici l’analyse du KMF/CNOE lorsqu’il s’interroge sur la représentativité de députés qui n’auront été élus que par 15% des électeurs inscrits.....
La situation actuelle résulte de ce que, aux termes de la Constitution du 4 avril 2007, les membres de l’Assemblée nationale sont élus au scrutin majoritaire. Dans ce contexte, Tsimbazaza (où s’exerce le pouvoir législatif) ne risque-t-il pas d’être seulement la caisse de résonance d’Iavoloha (où s’exprime le pouvoir exécutif) ?

Nombreux sont ceux qui ne se font plus d’illusion quant à l’efficacité de l’Assemblée nationale, qui compte plus d’une centaine de députés TIM sur ses 127 membres. Notons que l’Assemblée est convoquée en session budgétaire ce 23 Octobre, et devra par ailleurs élire son Président et son Bureau permanent

Vers une abstention accrue

Toutes ces raisons font que bon nombre d’observateurs prévoient pour le 14 décembre un taux d’abstention encore plus important que celui du 23 septembre dernier. Ils soulignent à ce propos :

- la méconnaissance des électeurs du rôle des Maires et des conseillers

- la multiplicité des scrutins programmés en un court laps de temps, qui lassent les électeurs

- la complexité du mode de scrutin pour les maires et conseillers à élire le même jour

- la proximité des fêtes de fin d’année.
Mais pour ces observateurs, la cause principale du désintérêt des électeurs réside dans l’aggravation des conditions de vie de la majorité des Malgaches qui luttent chaque jour pour leur survie. Les statistiques publiées par différents organismes internationaux confirment que 75% de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté (soit avec moins de 1 dollar par jour), et la célébration de la “Journée Mondiale de l’Alimentation” a révélé que :

- deux malgaches sur trois sont sous-alimentés (ne consommant qu’une ration quotidienne de 2.000 kcal, contre le minimum de 2.300 kcal fixé par les Nations Unies)

- cette sous-alimentation est due principalement à la faiblesse du revenu et du pouvoir d’achat résultant du niveau élevé du sous-emploi, de la faiblesse des salaires et de l’inflation.
Ainsi, les lecteurs ne croient plus guère en une quelconque amélioration de leur situation, qui sortirait des urnes le 12 décembre prochain.

Bernard Yves



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Par rapport aux dernières élections précédentes ( référendum, élection législative) le taux de participation à cette élection municipale a connu une hausse à Antananarivo Ville. Dans tous les bureaux de vote de la Capitale Commune urbaine Antananarivo le candidat Jeune Andry Rajoelina dit Andry TGV, a obtenu plus de 60% des voix exprimées. La population Tananariviene veut démontrer au régime actuel, que désormais , la pratique de la pensée unique dans l’administration de la République n’est plus tolérable ! Wait and see

    Article
    Un message, un commentaire ?