Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > International

Quatre Palestiniens tués par les forces israéliennes

vendredi 4 novembre 2022


Quatre Palestiniens, dont l’auteur d’une attaque et un combattant, ont été tués ce 3 novembre par les forces israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem, dans un contexte de violence liée au conflit israélo-palestinien.


Dans l’après-midi, l’armée israélienne a indiqué mener un raid à Jénine, bastion des factions armées dans le nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967. « Il y a deux martyrs tués par balle par les forces d’occupation et quatre personnes blessées (...) », a déclaré dans un communiqué le ministère palestinien de la Santé.

Selon des sources locales, citées par l’Agence France Presse, l’un des deux hommes tués est Farouq Jamil Salameh, un commandant des brigades al-Qods, branche armée du Jihad islamique, second mouvement islamiste palestinien après le Hamas.

Dans la Vieille Ville de Jérusalem, située dans la partie orientale occupée depuis 1967 par Israël, un Palestinien de 20 ans, Amer Bader, a été abattu par les forces de l’ordre après avoir blessé trois policiers dans une attaque.

L’homme « a sorti un couteau et a poignardé un officier », a indiqué la police israélienne. « Du fait de cette attaque au couteau, trois officiers de police ont été blessés » au total. L’hôpital Shaare Zedek a indiqué avoir traité deux blessés, dans un état stable. « L’un souffrait de coups de couteau dans le torse et l’autre avait des blessures par balles dans la jambe. »

Des heures plus tôt, les forces israéliennes ont tué un Palestinien lors de heurts à Beit Duqqu, village situé juste au nord Jérusalem, en Cisjordanie. Selon des témoins et le ministère palestinien de la Santé, Daoud Mahmoud Khalil Rayan a été tué par « balle réelle en plein cœur » lors d’une marche en hommage à un Palestinien tué la veille après avoir mené une attaque anti-israélienne.

Ces violences surviennent après les élections législatives du 1er novembre en Israël qui devraient permettre à Benjamin Netanyahu de gouverner grâce à ses alliés : les partis religieux et de l’extrême droite.

Plusieurs attaques meurtrières ont eu lieu en Israël en mars et avril, incitant l’armée israélienne a mené plus de 2 000 raids en Cisjordanie, notamment dans les secteurs de Jénine et Naplouse.

Ces raids, et les heurts qui y sont parfois associés, ont fait plus de 120 morts côté palestinien. Ce bilan est le plus lourd depuis sept ans et le deuxième plus élevé depuis la fin de la seconde intifada, soulèvement palestinien du début des années 2000, selon l’ONU.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus