Di sak na pou di

A propos de la prorogation de l’état d’urgence sanitaire dans les territoires ultramarins

Paul Dennemont / 11 septembre 2021

Sans surprise, le Sénat a adopté ce jeudi 9 septembre la prorogation de l’état d’urgence sanitaire en 0utre-mer jusqu’au 15 novembre, projet de loi déjà approuvé par l’Assemblée Nationale mardi. Rappelons que dans le contexte actuel, l’état d’urgence sanitaire est une disposition qui permet au Préfet en cas de nécessité de prendre les mesures qui s’imposent, comme le couvre feu, le confinement..etc.

JPEG - 69.6 ko

La situation épidémiologique reste à ce jour très préoccupante dans certains territoires ultramarins, surtout aux Antilles et en Polynésie Française, d’où la décision du gouvernement d’engager cette procédure. A l’occasion du débat à l’assemblée nationale, ce mardi, l’attitude adoptée par certains parlementaires – même s’il s’agit d’une petite poignée – rejetant sèchement le projet de loi, interroge et ce, quelle que soit leur appartenance politique. Passons – et ce n’est pas une excuse pour autant – pour ces parlementaires « gaulois » déconnectés des véritables vérités ultramarines, mais elle est plus étonnante quand il s’agit de députés ultramarins.

En effet, dans le contexte sanitaire actuel, quel est l’intérêt d’un(e) député (e) de l’Outre Mer – si ce n’est par pur calcul politicien – à s’opposer à une loi permettant le Préfet d’agir en cas de besoin ? Cela saute aux yeux, l’obsession de rempiler un prochain mandat – ou la crainte de ne pas y parvenir – leur font oublier la véritable mission qui est la leur. Et ils (elles) n’ont pas encore compris que ces bla bla bla concernant la « privation de la liberté » ne font plus recette et deviennent à la longue agaçants.

Les élections législatives auront lieu les 12 et 19 juin 2022. Il est peut-être temps que ces messieurs, dames cessent leurs spectacles et leurs gesticulations ridicules, et se montrent dignes pour le peu de temps qu’il leur reste à siéger. Neuf mois ! « Le temps de faire un zanfan », disait souvent avec humour, Paul Vergès.

Paul Dennemont