Di sak na pou di

Relancer la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise

Radjah Veloupoulé / 6 juillet 2021

« Une longue marche commence toujours par un premier pas », cette citation est souvent attribuée à différents auteurs, Lao Tseu entre autres, j’en donne volontiers la paternité à Paul Verges, tant elle symbolise son parcours politique, ainsi que ses multiples réalisations.

JPEG - 70.4 ko

Ayant collaboré à sa mandature de 2004 à 2010, il plaçait souvent le projet de MCUR en tête de ses priorités, car il fallait restituer aux Réunionnais, toute la richesse et la valeur de leurs origines. Nous savons ce qu’il en advint avec l’arrivée au pouvoir de Didier Robert, qui, non seulement a privé les Réunionnais d’un tram train indispensable, mais a aussi envoyé aux oubliettes, cette structure plus que nécessaire pour la valorisation de notre passé et de nos racines.

Aujourd’hui, Mme la Présidente Hugette Bello, serait bien inspirée de redonner vie à cette inspiration visionnaire, qui, toutes les études de faisabilité ayant été bouclées, serait opérationnelle après construction. Car, faut-il le rappeler, un Réunionnais est-il seulement un citoyen européen et français, comme mentionnés sur carte d’identité et passeport, ou tire-t-il toute sa force de ses ancêtres, arrivés sur le territoire comme esclaves, engagés, commerçants, volontaires, et peut-il tirer un trait sur ses origines, qui conjuguées, font de lui un citoyen du monde ?

Ma position est connue, et n’a pas bougé d’un iota : nous avons le devoir et le droit de connaître, faire connaître, toutes les dimensions de notre identité réunionnaise, identité interculturelle, et non multiculturelle, comme on l’entend ou le lit trop souvent. En effet, être Réunionnais, c’est puiser au fond commun de six civilisations différentes (Afrique, Inde du Nord, Inde du Sud, Chine, Europe, espace indo océanique, avec Madagascar, Maurice, Mayotte, Comores, Seychelles) qui ont contribué à l’édification de la culture Réunionnaise, ainsi qu’à sa langue, ses religions, ses coutumes et sa manière de voir le monde.

Prenons le Musée des civilisations de la Méditerranée à Marseille, et nous aurons une idée du succès, de l’affluence et du rayonnement d’un tel espace éducatif, pédagogique, de recherche, sur la zone Océan indien. Tous les peuples, fiers de leurs racines communes, exposent aux yeux du monde, la généalogie de leur mode d’exister, en quoi les Réunionnais seraient-ils différents ? Est-ce que l’aliénation assimilatrice serait devenue un obstacle insurmontable ? Je suis certain que non, et je propose à la présidente du Conseil Régional d’en apporter la preuve indiscutable au peuple Réunionnais.

Radjah Véloupoulé