L’invité(e)

« Pérenniser notre emploi en appliquant la loi »

Association Assistants d’éducation

Témoignages.re / 11 mars 2009

La bataille commencée par les emplois-jeunes en 2003 pour la pérennisation de leurs emplois continue six ans plus tard pour des jeunes qui sont aujourd’hui des assistants d’éducation. Une loi votée en 2005 permet leur intégration, et donc la fin de la précarité. Ils demandent donc l’application de cette loi qui a permis en France à près de 9.000 jeunes de voir leur contrat précaire transformé en CDI.

Depuis combien de temps travaillez-vous ?

- Cela fait plus de 10 ans que nous sommes dans l’Éducation nationale. Nous étions d’abord emplois-jeunes, aides éducateurs pendant cinq ans. En 2003, nous avons manifesté pour la pérennisation de nos emplois. D’aides éducateurs, nous avons vu notre contrat évoluer en assistants d’éducation. Pour certains, ce contrat est renouvelable chaque année.
Nous arrivons maintenant à l’échéance de notre contrat, six ans, et nous ne savons pas quel sera notre avenir.

Quel est votre niveau de diplôme ?

- Nous avons tous des diplômes au-dessus du Bac, certains ont même un Bac +4. Nous avons aussi une expérience, nous travaillons depuis des années dans les lycées, les collèges, les écoles primaires et maternelles.

Quelle issue pouvez-vous envisager ?

- Nous demandons notre intégration à l’Éducation nationale. En 2005, une loi a été votée, elle permet l’intégration en CDI des personnes qui ont notre statut. En France, 8.932 personnes ont été intégrées, mais nous ne voyons pas cela à La Réunion. Si aujourd’hui, comme le 5 mars, nous sommes dans la rue, c’est pour faire avancer les revendications du COSPAR, mais c’est aussi parce que nous demandons la pérennisation de notre emploi par l’intégration dans notre administration, nous demandons tout simplement l’application de la loi.
Pour donner plus de force à notre combat, nous avons créé une association appelée "Assistants d’éducation". Nous regroupons des jeunes de tout l’Est, de Saint-Denis à Sainte-Rose en passant par la Plaine des Palmistes. Et une structure de ce type est en cours de création dans l’Ouest et le Sud.