Culture et identité

Les auteurs en parlent... - 3 -

Salon du Livre d’expression populaire et de critique sociale d’Arras (28 avril - 3 mai 2008)

Témoignages.re / 22 mai 2008

JPEG - 33 ko
(Photo FL)

• Reynaldo Montserrat, Association An Grèn Koulèr - Ecritures Sociales, Ile de La Réunion

L’image de La Réunion

La délégation : un rayonnement extraordinaire de gentillesse, rire, disponibilité. Une palette de talents présentée au public : art oratoire d’aujourd’hui et traditions orales, écritures engagées et romanesques se sont métissées dans chaque manifestation, montrant la grande perméabilité de notre culture. Richesse des échanges entre auteurs réunionnais qui se découvraient, et avec les auteurs étrangers, ce qui a débouché sur des esquisses d’écriture et de nouveaux projets.

Intérêt du public

Le stand : très coloré, très enjoué, détonne dans un ensemble assez austère. Il attire une foule de personnes qui y trouvent ce qu’elles attendent d’un rêve : couleurs, beauté, sourires accueillants des enfants de JACE et des auteur(e)s, une Réunion riche en titres, variée en approches littéraires. Journée extraordinaire où un public très différent n’a cessé de prospecter notre espace : familles populaires, militants politiques, alternatifs, intellectuels... et Réunionnais de Métropole émus par les retrouvailles avec leur culture ou par la poignée de main inespérée échangée avec un Daniel Honoré si proche, simple, généreux.
Concernant les écritures sociales, nous avons constaté que les libraires métropolitains présentant dans le Salon Jeunesse des livres politiques ou très connotés dans la lutte contre les exclusions vendaient très facilement leur stock, ce qui démontre l’intérêt du public pour les livres qui questionnent la société et sont écrits en direction des jeunes.
La délégation a été très sensible à l’engagement politique du Président du Conseil général et des différents responsables de Colères du Présent. Les paroles se sont croisées et auront des répercussions dans les mois qui viennent dans des actions conjointes à La Réunion (ateliers d’écriture en associations, actions autour de la Mémoire, écriture de nouvelles se basant sur des problématiques sociales...).

L’Internationale littéraire

De même, l’ensemble de la délégation a été très intéressé par la création de l’Internationale Littéraire. Nous mettrons en commun toutes nos informations et connaissances sur l’océan Indien pour, dans un premier temps, installer la Fête internationale du Livre d’expression populaire et de critique sociale. J’ai demandé, pour ma part, que l’oralité soit intégrée dans l’intitulé de la Fête, le livre (des langues et castes dominantes) ayant bien souvent participé à la destruction de bon nombre de cultures orales. La parole verbale traditionnelle ou contemporaine peut croiser l’écrit, alimenter le livre, enrichir durablement le fonds patrimonial, mais n’en est pas obligatoirement liée. Le slam conduit un public défavorisé vers la liberté de parole, réactive les vieux conteurs et poètes, rend nécessaire la recherche livresque...
En perspective, An Grèn Koulèr accueillera une délégation de Colères du Présent pour mettre en place la Fête Internationale de 2009, en partenariat avec Réunion des Livres et les associations d’éducation populaire pendant la Semaine Créole 2008.

Un grand merci à Yannick Lepoan et à La Réunion des Livres pour l’énorme travail accompli dans la finalisation de l’opération.
Toute notre reconnaissance à la Région Réunion pour nous avoir permis de vivre cette expérience.

Reynaldo Montserrat