Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Mobilite > Mobilités

Metro Express à Maurice de Port-Louis à Curepipe : le retard de La Réunion s’amplifie

Quand l’intérêt général prime sur celui de quelques-uns, tout un pays peut avancer

lundi 25 juillet 2022, par Manuel Marchal


Pendant que les Réunionnais sont confrontés quotidiennement aux aléas du tout-automobile, les Mauriciens bénéficient d’un train de 350 places toutes les 10 minutes. Les essais du Metro Express sur une nouvelle extension entre Phoenix et Curepipe ont commencé jeudi dernier pour une mise en service au plus tard en octobre, avec deux mois d’avance sur la date prévue. Un trajet de plus de 30 kilomètres sera alors possible en à peine 40 minutes avec la certitude d’un horaire respecté dans de confortables rames ultra-modernes. Pendant ce temps à La Réunion, les 1,3 milliard obtenus par Paul Vergès pour construire le tram-train ont été dépensés dans une route en mer dont seulement la moitié sera mise en service cette année, ce qui condamne les Réunionnais à encore de longues années d’embouteillages et de dépendance au tout-automobile.


Essai entre Vacoas et Curepipe. (Source Metro Express Ltd)

La presse mauricienne salue le début des essais du train Métro Express sur la nouvelle ligne construite entre Phoenix et Curepipe. C’est notamment le cas de notre confrère « Le Mauricien » :

« La phase d’essai du métro sur le trajet de Phoenix à Curepipe débute ce jeudi 21 juillet. Les Light Rail Vehicles (LRVs) vont ainsi défiler entre ces deux régions jusqu’à sa mise en opération officielle. (…)
Pour rappel, le trajet Port-Louis/Curepipe sera opérationnel fin septembre-début octobre, au lieu de décembre 2022. Sept stations en construction seront prêtes à temps pour que le Metro Express soit pleinement opérationnel de Curepipe à Port-Louis. »

En orange, le réseau en service et en gris, les extensions prévues. La branche Sud sera en service au mois d’octobre. (Source Metro Express Ltd)

Un train de 350 places toutes les 10 minutes à Maurice actuellement

Ce sont 12 kilomètres de voies ferrées supplémentaires qui permettront au réseau d’atteindre pour le moment une longueur d’une trentaine de kilomètres. Entre les 2 terminus, la durée du trajet le plus lent sera de 41 minutes, le plus rapide de 33 minutes. Sera ainsi desservie par le train la région la plus peuplée du pays, de la capitale Port-Louis à Curepipe, en passant par Rose Hill et Quatre-Bornes. La prochaine extension reliera notamment la Cybercity d’Ebène et l’Université à ce réseau.
Avec Metro Express, les Mauriciens bénéficient de trains ultra-modernes d’une capacité de 350 places. Une rame circule toutes les 15 minutes entre 6 heures et 22 heures, amplitude actuellement réduite de 6 heures à 19 heures avec un train toutes les 10 minutes en raison de la crise COVID-19. Les travaux avaient été lancés en 2017, pour une livraison du premier tronçon en janvier 2020. Depuis, le réseau s’est étendu.
Pendant ce temps à La Réunion, le projet de train stoppé en 2010 par Didier Robert ne pourra pas sortir de terre avant de nombreuses années. L’argent qui était prévu pour le construire avait été obtenu de l’État par Paul Vergès en 2007.

L’argent du train à La Réunion dépensé dans une demi-route en mer

La mise en service du Tram-train de La Réunion était prévue en 2013, soit 4 ans avant la première pierre du Metro Express et 7 ans avant sa livraison. Les études réalisées et les premières emprises de la voie ferrée à La Réunion avaient déjà été construites quand, en 2010, Didier Robert a négocié avec Paris la réaffectation de cet argent public à la construction d’une hypothétique route en mer dont seulement une moitié sera mise en service cette année, 12 ans plus tard. Réaliser l’autre moitié nécessitera un investissement supplémentaire de 840 millions d’euros.
L’argent du train ayant été utilisé pour autre chose, il sera nécessaire de trouver de nouveaux financements pour reconstruire le train à La Réunion. Rappelons que le coût du tram-train entre Sainte-Marie et Saint-Paul était de 1,3 milliard d’euros, un coût important dû en grande partie à la nécessité de construire des tunnels de plusieurs kilomètres pour franchir le massif de la Montagne entre Saint-Denis et La Possession.
A Maurice, le coût annoncé du Metro Express est inférieur à 500 millions d’euros, mais sans tunnel à creuser.

M.M.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus