Actualités

Adoption à l’unanimité du budget 2018 du Département

Premier budget de la présidence Melchior

Manuel Marchal / 15 mars 2018

1,629 milliard d’euros, c’est le plus gros budget des collectivités d’outre-mer qui a été adopté hier à l’unanimité au Conseil départemental. Il comprend un pacte de solidarité territorial destiné à aider financièrement les communes. Plus de la moitié des dépenses de fonctionnement est destinée au RSA, soit 615 millions d’euros.

JPEG - 72.6 ko

Le premier budget de la présidence de Cyrille Melchior a été voté hier à l’unanimité. C’est une somme totale de 1,629 milliard d’euros sur laquelle les conseillers de tous les groupes se sont accordés.

Ce budget tient compte de l’encadrement des recettes de fonctionnement par l’État. La hausse des recettes doit en effet ne pas dépasser 1,2 % sous peine de sanction. Sur ce plan, le budget prévisionnel prévoit une augmentation de 0,8 % des dépenses de fonctionnement selon le périmètre défini par l’État. Les grands postes prévoient la répartition suivante. 190 millions d’euros seront consacrés à l’enfance, la jeunesse, la famille, le logement, la culture et les sports ; 270 millions sont destinés aux personnes âgées et porteuses de handicap ; 649 millions d’euros pour les dépenses à destination des bénéficiaires des revenus et mesures d’insertion ; 92 millions d’euros pour le développement territorial ; 17,7 millions d’euros pour l’agriculture ; 255 millions d’euros pour les dépenses de personnel ; 62,5 millions d’euros pour le SDIS.

Soutien financier pour les communes

La nouveauté soulignée unanimement par les groupes est la création de pactes de solidarité territoriale qui pourront lier le Département et les communes. 75 millions d’euros sont programmés sur trois ans pour l’investissement, et 15 millions d’euros sur la même période pour le fonctionnement. Ces contrats permettront de soutenir les investissements et les dépenses sociales des communes.

La somme programmée pour l’investissement est de 205,5 millions d’euros, dont 145 millions d’euros en crédits d’investissement. Le budget prévisionnel 2018 annonce une épargne brute de 79 millions d’euros. La capacité de désendettement se monte à près de 3 ans.

Après le débat, ce budget a été adopté à l’unanimité. Le président Cyrille Melchior a salué le sens des responsabilités des élus. Il a souligné une situation saine grâce aux efforts internes de la collectivité, « mais une augmentation du nombre de bénéficiaires du RSA peut remettre en cause la stabilité budgétaire », a-t-il averti. « L’action sociale pourrait être bridée par les mesures législatives qui encadrent les dépenses de fonctionnement », a-t-il précisé.

Cyrille Melchior a également mentionné l’ouverture d’un nouveau chantier avec la création d’un plan social pour les personnes âgées, « ce sera l’étape qui suivra la solidarité avec les communes et les personnes défavorisées ».

Quatre motions votées à l’unanimité

La séance plénière s’est conclue par le vote à l’unanimité de quatre motions présentée par l’Intergroupe majoritaire.

La première portait sur la lutte contre la propagation de la dengue. Les élus demandent que l’État consacre plus de moyens contre la prolifération des moustiques, avec notamment « la mise en place d’un grand chantier « ravine » pour éradiquer le vecteur aedes sur l’ensemble de l’île ».

La seconde demandait à l’État « la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle et de calamités agricoles pour l’ensemble des communes de l’île » en raison des dégâts consécutifs au passage au large du cyclone Dumazile. Les pertes causées par les effets successifs des tempêtes Ava, de la forte tempête tropicale Berguitta et du cyclone Dumazile s’élève à 3 millions d’euros selon la Chambre d’agriculture.

La troisième motion visait à l’amélioration de la prise en charge du transfert sanitaire de patients devant recevoir des soins en France.

La quatrième motion a renouvelé la revendication d’une compensation intégrale par l’État des dépenses liées au transfert au Département des allocations individuelles de solidarité.

M.M.