Actualités

Conférence territoriale élargie : la proposition rassemble

Deux jours après la publication de la tribune libre de Mgr Aubry

Manuel Marchal / 7 mars 2019

Ce 6 mars, le débat lors de la séance plénière du Conseil départemental a confirmé que la proposition d’une conférence territoriale élargie est partagée au-delà des clivages politiques. C’est ce qu’ont rappelé les soutiens de la sénatrice Nassimah Dindar et du président du Département, Cyrille Melchior, deux jours après la publication dans la presse d’une tribune de l’évêque de La Réunion proposant la tenue d’une conférence territoriale élargie à toutes les forces vives pour travailler sur un projet pour La Réunion.

JPEG - 65.1 ko
Maurice Gironcel.

Le premier sujet à l’ordre du jour de la séance plénière d’hier au Conseil départemental était un rapport sur la situation de la collectivité en matière de développement durable. Il vise à travailler sur un plan basé sur les principes suivants : réduire les inégalités, économiser l’espace en tenant compte des effets du changement climatique, privilégier la production locale avec l’économie circulaire, promouvoir la participation, la concertation, et la coopération avec les pays voisins.
Lors du débat qui a suivi l’exposé, Maurice Gironcel a pris la parole. Il a tout d’abord salué le succès de la seconde Marche réunionnaise pour le climat, avec plus de 1000 participants. Il a proposé une convention entre le SIDELEC-Réunion et le Conseil départemental pour soutenir les orientations présentées dans le rapport. Il a également rappelé la contribution de Sainte-Suzanne, commune dont il est le maire, à cette bataille. Grâce aux énergies renouvelables, cette ville de 24.000 habitants produit de l’électricité pour l’équivalent de 35.000 personnes. Et avec l’installation de nouvelles éoliennes et de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments publics, cette capacité de production passera à un équivalent de 45.000 habitants.

A la fin de son intervention, il a souligné l’importance de travailler ensemble pour relever les défis de La Réunion, d’où son évocation de la conférence territoriale élargie : « face à la situation de crise généralisée, je me félicite, en tant que communiste Réunionnais, de la prise de position de l’Évêque de La Réunion, qui dans une tribune libre a appelé de ses voeux à la tenue d’une Conférence Territoriale élargie à toutes les forces vives du Pays, pour élaborer avec l’État un projet pour La Réunion. Les Réunionnais ont un avis, une expertise sur les sujets qui concernent leur territoire. Les Réunionnais sont capables de décider de leur avenir et de celui de La Réunion dans la République ».

Soutien de Nassimah Dindar

Nassimah Dindar s’est également exprimée sur ce point. Elle a rendu hommage aux apports de Paul Vergès et du Parti communiste réunionnais au sujet du développement durable. S’adressant à Maurice Gironcel, elle déclara : « avec ceux du Parti, vous nous avez donné des dossiers très porteurs dont ceux de la transition écologique, du changement climatique ». Revenant sur la période où le Conseil général était dirigé par trois composantes (PCR-PS et Modérés), elle souligna que « à l’époque nous avions formé une coalition de toutes les bonnes volontés ». « Il faut une conférence territoriale élargie, pas sous la forme de la Conférence territoriale de l’action publique (NDLR, conférence composée uniquement d’élus). Il faut une conférence qui ne soit pas institutionnelle mais élargie ».

Cyrille Melchior « pour une conférence territoriale élargie »

Ce point de vue a été partagé par Cyrille Melchior, président du Département. « L’action politique doit être tournée vers le citoyen. Nous avons à inventer un nouveau modèle de fonctionnement pour notre société. Il faut croire en nos forces, La Réunion n’est pas qu’une terre avec des difficultés, elle a des atouts », a-t-il dit, appelant « à partir de nos atouts », à élaborer un modèle. « Il faudra construire un modèle plus endogène pour se projeter dans les années futures », a-t-il poursuivi, proposant la constitution d’une équipe territoriale. Cyrille Melchior est « pour une conférence territoriale élargie à celles et ceux qui veulent travailler avec nous. Le Groupe de dialogue interreligieux, les associations représentatives ont vocation à travailler avec nous à l’élaboration de ce modèle ».

M.M.