Actualités

Forte abstention et éléction de Jean-Luc Poudroux

Législative partielle dans la 7e circonscription

Témoignages.re / 1er octobre 2018

Le second tour de l’élection législative partielle pour remplacer le député Thierry Robert démis d’office par le Conseil constitutionnel s’est déroulé hier. Même s’il ne restait que deux candidats en lice, cela n’a pas beaucoup plus mobilisé les électeurs que lors du premier tour le dimanche précédent.

JPEG - 77.9 ko
Geste accompli hier par moins d’un électeur sur trois.

Avec quasiment 70 % de taux d’abstention, la législative partielle d’hier a battu un record. C’est le prolongement du premier tour où seuls 23 % des électeurs s’étaient déplacés pour choisir entre 13 candidats.

Cette donnée doit faire réfléchir tous les responsables politiques, car dans ce contexte, la personne qui va représenter à La Réunion à l’Assemblée nationale n’a été élue qu’avec 17.228 voix sur 110.967 inscrits.

Dans ce contexte, c’est Jean-Luc Poudroux qui a remporté une large majorité des suffrages exprimés. Avec près de 60 %, il devant Pierrick Robert de près de 20 points. Ce dernier défendait les couleurs du parti du député démissionnaire d’office. En conséquence, le LPA n’a plus de député.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Lorsqu’une élection n’arrive pas mobiliser plus de 30% des électeurs inscrits le candidat élu représente moins de 15%de son électorat et par conséquent il ne dispose pas de la légitimité politique qui est la base même de la démocratie pour agir au nom du peuple .

    Les absents ont toujours tort mais lorsque l’absentéisme dépasse les 70% du corps électoral la démocratie est malade et il faut absolument trouver les remèdes qui pourront la guérir .

    Il y a sans doute de nombreux remèdes à ce mal qui touche la plupart des pays gouvernés selon les principes démocratiques mais à mon avis l’un de ces remèdes serait d’instituer une inscription obligatoire sur les listes électorales et de sanctionner ce ceux qui ne vont pas voter par des amendes pénales qui pourront être majorées en cas de récidives mais de prévoir également la suppression de certains droits pour ceux qui ne votent pas . Je pense notamment au droit d’accès à des emplois ou marchés publics ou encore au droit de se présenter aux élections . Pourquoi permettre à ceux qui ne votent pas de participer la vie politique .Il faut être cohérent .

    Enfin si ces mesures ne suffisaient pas pour ramener les électeurs aux urnes il faudrait également envisager de comptabiliser les votes blancs comme suffrage exprimés et de prévoir qu’aucune élection ne pourrait être acquise lorsque le nombre de vote blanc serait supérieurs à 50% des électeurs inscrits .

    Comme les moyens informatiques actuels nous permettent de gérer des fichiers l’échelle nationale , ces réformes ne devraient pas poser de problème particulier et pourraient être mise en application rapidement .

    Certains diront que le droit de vote est un droit individuel que chacun peut appliquer comme il veut mais d’un autre côté il faut aussi se dire que c’est par les élections que les citoyens décident des grandes orientations de leurs pays ou de leurs régions et que c’est pour eux un devoir commun de voter .Lorsque le droit individuel débouche sur un devoir collectif ce droit devient aussi collectif et ceux qui sont responsables de la société doivent veiller à son application collective et obliger les gens à aller voter lorsque le devoir les appelle .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Comptabiliser les votes blancs comme suffrages exprimés oui certainement ; au moins au premier tour.
    Priver les abstentionnistes de certains droits ; pourquoi pas ? Reste à voir lesquels. La dissuation aurait un effet très différent suivant la catégorie de la population.
    Amende comme en Belgique ? En fait cette amende n’est presque jamais perçu. Cela encombrerait les tribunaux, déjà surchargés..
    Il est clair que cela montre surtout que les électeurs sont fatigués d’avoir des élus dont l’immense majorité pense surtout à eux et à leurs proches. Une petite minorité qui voit l’intérêt de leur parti. Enfin très peu travaillent vraiment pour la population.

    Une promesse électorale non tenue est un pléonasme, non ? Glop

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • C’est vrai que la comptabilisation des votes blancs comme suffrage exprimer pourrait aboutir à bloquer le fonctionnement des institutions . Mais Il offre au moins l’avantage de permettre aux électeurs de s’exprimer sincèrement et de ne pas fausser les résultats de certaines élections en choisissant un candidat non pour ses idées ou pour ce qu’il représente réellement mais pour sanctionner un autre homme politique ou une autre politique .

    Depuis quelques années chaque élection devient l’occasion de sanctionner l’action du président de la république qui n’aura pas tenu ses promesses électorales et on constate par exemple des changements de tendances injustifiées aux élections locales ou régionales ou encore européennes . Ce qui enlève aux scrutins concernés leur sincérité et par voie de conséquences leur légitimité politique . On ne vote plus pour élire un maire mais pour sanctionner le président de la république . Chaque élection devrait se dérouler en fonction de son objectif mais lorsque le président de la république se positionne sur tous les fronts et symbolise à lui tout seul tous les pouvoirs quand on veut le sanctionner on vote contre les candidats qui se réfèrent lui .

    La comptabilisation du vote blanc comme suffrage exprimé permettrait d’éviter ce genre de comportement et de redonner à chaque scrutin sa sincérité originelle . Mais pour éviter qu’une majorité de vote blanc répétée à chaque tour de scrutin ne vienne bloquer le fonctionnement des institutions et empêche de choisir un représentant du peuple dans de bonnes conditions , il faudrait prévoir bien entendu des garde fous .Comme par exemple le maintien en place des élus sortant en attendant les résultats de nouvelles élections qui interviendraient après un délai de de six mois, ou encore l’installation d’une délégation spéciale qui gérerait les affaires courantes jusqu’à ce que les électeurs parviennent se décider pour un candidat .ou une liste ; on pourrait également envisager que après deux tours de scrutin qui déboucheraient toujours sur une majorité de vote blanc notamment pour l’élection des élus nationaux au scrutin uninominal ou au scrutin de liste les postes correspondant resteraient vacants jusqu’aux prochain renouvellement général des élus concernés . Evidement dans ce cas les circonscriptions électorales des listes seraient au moins les département ou les régions pour les petites régions . Etcet …..

    Le président Macron a prévu d’inclure une dose de proportionnelle pour l’élection des élus nationaux dans son projet de réforme constitutionnelle . C’est une excellente chose qui pourrait ramener aux urnes de nombreux électeurs mais je crains qu’une dose de 15% de proportionnelle soit insuffisant pour créer une véritable mobilisation des électeurs . Il faudrait peut être aller jusqu’à au moins 25% Mais en même temps envisager sérieusement la comptabilisation des votes blancs comme suffrage exprimé quelque soit le mode de scrutin qu’il soit uninominal ou de liste . Cette réforme aurait au moins le mérite d’éviter la multiplication des candidatures fantaisistes que l’on constate pratiquement chaque élection .

    Enfin pour dissuader ces nombreuses candidatures fantaisistes qui empêchent les électeurs de se prononcer sérieusement peut être qu’il faudrait envisager de pénaliser un peu plus les candidats qui n’arriveraient pas à réunir sur leur nom au moins 5% des suffrages exprimés lors d’une élection .

    Tout cela n’empêche pas bien entendu de prévoir l’obligation de s’inscrire sur les listes électorales et des sanctions pour ceux qui refusent d’accomplir leur devoir de citoyen .

    Article
    Un message, un commentaire ?