Actualités

Front réunionnais et mutualisation des crédits

Propositions du PCR

Témoignages.re / 3 novembre 2016

Lors de son passage dans Devant La Réunion, émission politique hebdomadaire de Réunion Première Radio, Maurice Gironcel a été interrogé sur l’état de santé du PCR. Sa réponse a permis de présenter le Front réunionnais, et les deux grands services d’intérêt public dans l’environnement et l’aide à la personne.

JPEG - 109.9 ko
La Réunion fait partie du Patrimoine mondial, la création d’un service d’intérêt public dans l’environnement est un moyen de valoriser cette contribution à la richesse du monde, tout en créant des emplois durables.

Interrogé sur l’état de santé du PCR lundi dans l’émission Devant La Réunion de Réunion Première Radio, Maurice Gironcel a fait la réponse suivante :

« Nous sommes autour de 3.000 adhérents. Le constat, c’est que beaucoup d’hommes et de femmes politiques reprennent dans leur analyse celle du PCR. Nos idées ont avancé. Dans un journal il n’y a pas longtemps, un article avait pour titre : l’autonomie une solution d’avenir.

Nous pensons que compte-tenu que beaucoup reprennent nos idées, alors passons aux actes et allons travailler ensemble. C’est un Front réunionnais. Ce n’est pas l’union de la gauche, c’est l’union avec des progressistes qui veulent travailler pour l’avenir de La Réunion.

Nous avons nos préoccupations, mettons-nous d’accord sur un projet réunionnais.

Le projet réunionnais doit prendre en compte l’emploi. 1463 emplois d’avenir arrivent en fin de parcours. Mme la ministre a répondu que l’on est en fin de contrat. C’est dur pour le jeune d’entendre cela.

Comment préserver la biodiversité, c’est par des emplois. Nous proposons un grand service d’intérêt public dans l’environnement en mutualisant les crédits d’emplois aidés.

La Réunion aura 150.000 habitants de plus dans 15 ans. Les plus de 60 ans vont doubler. Il faudra les accompagner. Des enfants vont naître. Combien d’emplois cela peut créer ? nous proposons la création d’un service dans l’aide à la personne.

Pour le financement, c’est mutualiser l’argent qui vient à La Réunion. Une des propositions du rapport Lurel, était de tenir compte de la différence de PIB avec la France, 12.000 euros par an par personne. Si on multiplie par 850.000, cela fait des milliards. »