Actualités

Gilles Leperlier candidat : priorité à l’emploi des Réunionnais à La Réunion

Elections législatives dans la 6e circonscription de La Réunion

Manuel Marchal / 8 mai 2017

Pour la première fois candidat à une élection Gilles Leperlier est soutenu par le Parti communiste réunionnais dans la 6e circonscription de La Réunion. Il a présenté sa candidature samedi à Sainte-Suzanne. À ses côtés, Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne, Nicole Virapinmodely de la Bretagne à Saint-Denis, Larissa Imoucha de Sainte-Marrie, Michèle Caniguy, conseillère départementale, Paul Dennemont de la section PCR de Saint-André et Jennifer Selegamy, section PCR de Sainte-Suzanne..

JPEG - 90.9 ko

C’est samedi au Bocage que Gilles Leperlier a présenté sa candidature aux élections législatives 2017 dans la 6e circonscription de La Réunion, qui va de l’Est de Saint-Denis à l’Ouest de Saint-André en passant par Sainte-Marie et Sainte-Suzanne. La conférence de presse était présidée par Jennifer Selegamy, membre de la section PCR de Sainte-Suzanne et conseillère municipale. Elle avait lieu en présence d’un nombreux public.

Maurice Gironcel a tout d’abord annoncé une présentation des candidats du PCR le 21 mai. Il a appelé à continuer à se mobiliser pour que La Réunion avance. Les différents gouvernements qui se sont succédé ont fait une politique qui a aggravé la situation à La Réunion. Près de la moitié de la population en dessous du seuil de pauvreté, près de 180.000 demandeurs d’emploi, précise-t-il. Au-delà des chiffres, situation de misère, de désespoir et de colère qui s’est exprimée le 23 avril dernier où Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête à La Réunion, et avec plus de 30 % à Sainte-Suzanne.

La Réunion socialement hors-norme

Maurice Gironcel précise que 3290 personnes sont au chômage à Sainte-Suzanne (catégorie A), pour 4400 demandeurs d’emploi au total, soit près de 40 % de la population active. Pendant ces 10 dernières années, au lieu d’aider les communes, les gouvernements ont baissé des dotations. C’est une perte de 220 % entre 2013 et 2019 à Sainte-Suzanne. Le futur président continuera la politique de remise en cause du droit du travail, des retraites, et 120 000 postes de fonctionnaires supprimés. À Sainte-Suzanne, les contrats emplois d’avenir non renouvelés s’élèvent à 89.

Maurice Gironcel relève un échec total de toutes les politiques. « Le système est bloqué. Le vote du premier tour de l’élection présidentielle a confirmé notre analyse : système est à bout de souffle. D’autres personnes ont rejoint cette analyse, pas seulement de la gauche car on habille pas une politique de droite en l’appelant de gauche ».

« L’INSEE qualifie La Réunion de département hors-norme. Les revenus médians dans 2 quartiers prioritaires, à Bagatelle et centre-ville sont de 5500 euros par an à Bagatelle, 4010 euros à centre-ville alors que ce même revenu médian est de 7300 euros à La Réunion. En France, il est supérieur à 9000 euros », poursuit le maire de Sainte-Suzanne.

Soutien à un « camarade de lutte »

Au cours des 5 dernières années, la députée de la circonscription a ignoré totalement la population de Sainte-Suzanne. C’est pourquoi Maurice Gironcel a décidé de soutenir la candidature de Gilles Leperlier. « Gilles est un camarade de lutte qui s’est illustré positivement dans plusieurs combats : UNEF, COSPAR où il fut le porte-parole de la manifestation de 25000 personnes. Il s’est également illustré dans l’AJFER, dans le PCR. Il fait siennes les valeurs de solidarité, de générosité et le souci permanent de la concertation. C’est pour Maurice Gironcel une fierté de militer aux côtés de Gilles Leperlier qui sera un député présent pour Sainte-Suzanne et les quartiers de la 6e circonscription.

Michèle Caniguy constate qu’à La Réunion, les députés se sont ralliés au gouvernement, ils ne sont pas devenus des frondeurs. La députée de la circonscription n’était pas frondeuse, elle n’a pas défendu les intérêts de la population mais ceux du gouvernement. Elle était absente à Cambuston, « qu’à la veille d’une campagne on vienne nous chercher et après plus de nouvelles, cela ne peut plus durer », dit-elle.

« Prendre notre destin en main »

Gilles Leperlier a commencé son intervention par une pensée pour les anciens camarades qui nous ont quittés et tant apportés. « Une pensée particulière pour Paul Vergès auprès de qui j’ai beaucoup appris. La tâche militante la plus difficile a été de présider les obsèques de Paul Vergès », a-t-il précisé.

Depuis plus de 10 ans, Gilles Leperlier milite pour l’emploi des Réunionnais, pour les plus démunis, contre la vie chère. À la veille du second tour de l’élection présidentielle, il a appelé à se préparer à mener la bataille dans les rues et institutions.

« Ils ont tous échoués, la députée sortante est aussi responsable de cet échec. Elle avait un président de la République, une majorité parlementaire de son parti, une ministre réunionnaise. Elle avait tous les moyens, rien n’a été fait, la situation s’est aggravée ».

« Quel avenir pour les 5000 emplois d’avenir sur le bord du chemin ? Ces mêmes élus veulent faire croire que trahir leur parti va effacer leurs échecs. Les Réunionnais connaissent la situation et le bilan des députés », ajouta Gilles Leperlier.

« Ensemble nous pouvons faire de grandes choses. Les législatives sont l’occasion de prendre notre destin en main ».

« Ma proposition de loi est prête »

Il plaide pour « avoir le courage d’aller plus loin. Avec le PCR et les bonnes volontés, unis autour d’un projet commun pour le développement durable et solidaire ».

« L’emploi est une priorité. Que les emplois à La Réunion soient disponibles prioritairement dans cette bataille. Ma proposition de loi est prête. Gilles Leperlier veut obliger la publication de toutes les offres d’emploi à Pôle emploi, fusionner l’ensemble des acteurs dans un service unique pour l’emploi et l’insertion. Il demande un moratoire sur les recrutements dans la fonction publique pour que les postes ne soient pas mis au mouvement national pendant 15 ans. L’objectif est que les Réunionnais reçus aux concours de la fonction publique puissent être nommés à La Réunion. Il préconise également de dresser les besoins en emploi sur plusieurs années pour adapter les formations.

À quelques semaines de la suppression du quota sucrier. Gilles Leperlier propose une conférence extraordinaire pour trouver des solutions. Il se démarque du « silence de la députée sortante sur ce sujet ». Il souhaite aussi valoriser les plantes médicinales et aromatiques, soutenir l’autonomie énergétique pour 2030 à La Réunion et créer les conditions pour qu’aucun revenu ne soit sous le seuil de pauvreté.

Gilles Leperlier défendra un projet réunionnais à l’Assemblée. Les orientations du prochain président appellent à mener la lutte pour défendre les intérêts de La Réunion. Cela signifie créer la rupture avec le système actuel. C’est pourquoi il adhère à la plate-forme qui sera présentée par le PCR pour les législatives.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • La Réunion doit créer les conditions de son développement et cela passe inévitablement par la lutte solidaire, responsable et cela interpelle chacune et chacun d’entre nous, plus particulièrement lors des échéances électorales.

    Le chemin à prendre n’est pas un télescopage à l’intérieur de la gauche mais la capacité de remettre en cause les profits, meme si cela n’arrange pas tout le monde, une économie ou les memes tirent toujours les ficelles, oui il faut le dire. Des propositions à faire aussi dans le domaine de la santé, de la culture, du logement .

    Pour arriver nous avons besoin de toutes les bonnes volontés, sincères dans la démarche ; attaquant de front aussi de façon démocratique, les profits injustifiées . Nous ne pouvons sous aucun prétexte etre sélectif dans nos remarques car la pauvreté, la misère n’pargne point surtout les plus fragiles de notre société.

    Article
    Un message, un commentaire ?