Actualités

Gilles Leperlier : « Emploi : Non à la précarité, oui à l’emploi durable ! »

Législative partielle dans la 7e circonscription : 3 questions à Gilles Leperlier

Témoignages.re / 20 septembre 2018

Président-fondateur de l’AJFER – Nou lé Kapab, Gilles Leperlier se bat depuis des années pour l’emploi local. Candidat à l’élection législative partielle dans la 7e circonscription, il annonce les grands axes de son projet pour La Réunion.

JPEG - 113.4 ko
Gilles Leperlier.

Gilles Leperlier, le taux de chômage n’a jamais été aussi élevé à La Réunion, que proposez-vous pour créer de l’emploi ?
Il faut aujourd’hui créer de l’emploi durable et cesser la réflexion à court terme. Les précédents gouvernements n’ont fait que générer de la précarité. C’est pour cela que je propose la création de deux grands services d’intérêt public, dans l’aide à la personne et l’environnement – deux secteurs en développement qui pourront créer des postes stables et durables. Nos personnes âgées sont de plus en plus nombreuses, notre patrimoine mondial est à préserver, misons sur l’avenir ! Je propose également d’anticiper les besoins en emploi sur 5, 10, 15 ans et d’adapter la formation locale. Enfin, il est plus qu’urgent de mieux accompagner les demandeurs d’emploi, et le Pôle Emploi dans sa forme actuelle n’y parvient pas.

Vous vous battez depuis des années pour la priorité à l’embauche des Réunionnais, en quoi cela est-il important ?
La situation du chômage et de la précarité des travailleurs est catastrophique, et La Réunion est l’un des départements les plus impactés. Sur cette question, il est urgent de mettre en place des mesures adaptées à la situation. C’est pour cette raison que je me suis toujours battu pour prioriser l’embauche locale, à compétences requises. Trop de postes échappent aujourd’hui aux Réunionnais. Je défends également le projet d’un moratoire dans la fonction publique, pour geler les mutations et faire en sorte que tous les lauréats d’un concours à La Réunion puisse exercer chez eux, sur 15 ans.

Et dans le privé, que peut-on mettre en place ?
Les petites et moyennes entreprises sont aujourd’hui en difficulté. Je propose de refondre les aides économiques en favorisant les TPE-TME et en valorisant leur engagement à créer de l’emploi et mettre en place des formations. Enfin, faire de La Réunion une Zone Franche Globale serait un vrai moteur économique et permettrait de créer de nouvelles activités, et donc de l’emploi.