Actualités

Julie Pontalba (PCR) : « Voter et faire voter pour la liste Saint-Denis pour tous conduite par Ericka Bareigts »

Succès de la présentation de la liste Saint-Denis pour tous conduite par Ericka Bareigts : près de 3000 personnes rassemblées au Petit Stade de l’Est

Manuel Marchal / 3 février 2020

Un programme, une équipe et un leader : près de 3000 personnes ont participé samedi au Petit Stade de l’Est à la présentation de la liste Saint-Denis pour tous conduite par Ericka Bareigts. Cette liste compte 4 candidats du PCR. Lors du prochain mandat dans cette équipe, le Parti communiste réunionnais animera la lutte contre la grande pauvreté à Saint-Denis.

JPEG - 103.9 ko
Stéphane Persée, Gilbert Annette, Ericka Bareigts, Julie Pontalba et Gérard Françoise.

Ce samedi, la salle du Petit Stade de l’Est était bien remplie à l’occasion de la présentation de la liste Saint-Denis pour tous conduite par Ericka Bareigts. Après la prestation d’un groupe de maloya et un battle de jeunes, place au meeting. Les co-listiers ont été appelé chacun leur tour pour venir à la tribune, dans une ambiance survoltée. Le maire sortant, Gilbert Annette, avait en effet entamé quelques pas de danse qui ont électrisé l’auditoire.
La parole a d’abord été donnée à des représentants de la société civile. Ce fut tout d’abord l’avocate Fernande Anilha. Elle a insisté sur le transport gratuit pour les jeunes jusqu’à 25 ans, et le projet de banque sociale pour soutenir les projets des jeunes.

JPEG - 71.4 ko
Julie Pontalba (PCR)

Julie Pontalba pour une ville fraternelle

Stéphane Persée, gilet jaune du Chaudron engagé en politique, a déclaré que « personne ne sera oublié dans l’application du programme, 10 millions d’euros pour le budget participatif, record de la République ».
C’est ensuite Julie Pontalba qui est intervenue au nom du PCR, qui compte 4 candidats sur la liste. La responsabilité des communistes, c’est la lutte contre la grande pauvreté. Julie Pontalba fait le pari d’une ville fraternelle. Elle évoque la création d’une banque sociale pour familiariser les pauvres avec le système financier et pour les aider à épargner et à réaliser leurs projets. Elle indique la création de 20 structures d’hyper proximité dans les quartiers, avec accès aux services publics, à la compagnie qui gère l’eau, et à EDF. La solidarité avec les personnes victimes de violences ou porteuses de handicap sera aussi concrète. Et Julie Pontalba de conclure : « Voter et faire voter pour la liste Saint-Denis pour tous conduite par Ericka Bareigts ».
Benjamin Thomas, un des trois co-listiers PLR, note qu’en face ils n’ont pas commencé à détailler leur programme. « Nous avons réuni toutes les forces de gauche », dit-il au sujet du rassemblement.

JPEG - 49 ko

Large rassemblement

Aurélie Medea, assistante sociale formée en France, rappelle qu’Ericka Bareigts a voulu construire son programme avec la jeunesse réunionnaise. Nou na 2-3 mots pour dire ici nout tour. Les jeunes ont organisé le meeting de A à Z. Cantine gratuite, transport gratuit pour les jeunes, Pass Permis de conduire, autant de mesures pour les jeunes qui seront déclinés après les élections de mars.
Jean Pierre Marchau (EELV) rappelle que « le président de la région vient pour prendre Saint-Denis ». La liste conduite par Ericka Bareigts a de grands projets pour les transports car trop de voitures empêchent de se déplacer correctement à Saint-Denis. C’est le programme de téléphériques urbains à Bois de Nefles et la Montagne. C’est celui d’un tramway car le bus est saturé. « Or le président de Région a vidé les caisses du Tampon, de la Région, il a supprimé le tram train et a fait perdre 70 millions. S’il vient à Saint-Denis, il supprimera aussi le tramway ». Après un intermède assuré par Didier Mangaye, les interventions ont ensuite repris.

JPEG - 148.3 ko

« Didier Robert veut fuir la Région »

Gilbert Annette appelle à écrire une nouvelle page de l’histoire de Saint-Denis. « Vous êtes engagés pour l’avenir, de vos enfants et petits enfants », a-t-il dit.
Saint-Denis pour tous fait partie des 3 listes principales. L’une d’entre elle est conduite par une sénatrice : « Nassimah Dindar considère que pour être présente aux départementales, elle doit l’être aux municipales, c’est son choix », dit en en substance Gilbert Annette qui évoque ensuite la liste conduite par Didier Robert, président de Région.
« Nous avons eu la surprise de voir débarquer un Tamponnais s’inscrire sur la liste électorale à Saint-Denis. Les Tamponnais l’ont chassé car il a coulé la mairie du Tampon, il a vidé les caisses. En 2014 aux municipales, il a été éliminé dès le 1er tour. De plus, pour la 1ere fois, le budget de la région a baissé de 24%, il a plongé la Région dans le désespoir, il a sacrifié la culture, tous les budgets ont baissé, Didier Robert est un danger d’incompétence. Et la NRL est en panne faute de matériaux, il a voulu faire un rougail saucisse sans les saucisses, mais c’est la faute des autres comme pour le budget où il accuse la ministre Son surnom à l’école militaire du Tampon : « c’est pas moi mon adjudant ». Il gaspille l’argent. Si on veut être candidat à Saint-Denis, passe-t-on 3 semaines aux USA en janvier ? Saint-Denis n’a pas besoin d’irresponsabilité à la tête de la mairie. Didier Robert veut fuir la Région, il abandonne le navire ». Et de conclure en appelant à la mobilisation pour faire gagner la liste conduite par Ericka Bareigts, et faire barrage à Didier Robert.

JPEG - 90.5 ko
Jean-Pierre Marchau (EELV), Julie Pontalba (PCR) et Benjamin Thomas (PLR) aux côtés d’Ericka Bareigts.

10 millions de budget participatif

Ericka Bareigts a détaillé son parcours. Elle est née à Saint-Denis et à grandi dans cette ville qu’elle aime, son cœur à Saint-Denis depuis 52 ans. Elle insiste sur sa proximité avec les Dionysiens. Elle déclare sa fidélité à Saint-Denis.
Elle rappelle que c’est depuis Saint-Denis qu’elle a porté dans la mémoire de la France les enfants de la Creuse. Elle croit que l’on peut trouver une solution aux problèmes avec la considération dans l’humain.
La liberté d’expression, de pensée sont d’autres valeurs qui lui tiennent à coeur.
Elle annonce la création du jour de l’unité dionysienne pour porter l’étendard de la diversité. Elle met aussi en avant une carrière politique exempte d’affaires, une élue irréprochable. Les élus signeront une charte faite par la haute autorité de la vie publique et politique pour que Saint-Denis donne l’exemple de l’exemplarité.
« Le projet résume ce qui est entendu depuis des années, ce qui nous intéresse , c’est la ville citoyenne, où chacun s’exprime ».
10 millions d’euros pour le budget participatif, c’est une ligne de crédit destinée aux conseils de quartier. La parole sera donnée aux citoyens pour transformer les quartiers à réhabiliter. Saint Denis compte déjà 20 élus dans 20 mairies annexes. A partir du mois de mars, ce seront 44 élus pour les quartiers au lieu de 20. « Ceci découle de la considération ».
Ericka Bareigts détaille des mesures pour les jeunes, notamment 100 emplois et 100 stages, l’ambition est synonyme de rêve. Pour faciliter l’installation des jeunes dans l’emploi, un partenariat avec les bailleurs sociaux pour ouvrir des commerces en pied d’immeuble sera recherché. Allié au crédit municipal, cela donnera les moyens de travailler aux jeunes porteurs de projet.

JPEG - 89.9 ko

Reconstituer la vie dans les quartiers

Ericka Bareigts insiste sur la culture. « Nous allons défendre la culture malgré la baisse de 73% des subventions régionales à la culture ».
Dans la lutte contre la pauvreté, « les restaurants scolaires deviendront des restaurants solidaires où pourront manger ceux qui ne le peuvent pas ».
Elle annonce la création de résidences pour les séniors pour anticiper le vieillissement de la population, ainsi qu’une ville adaptée pour accueillir les personnes porteuses de handicap. Un budget important est prévu pour les associations. Et de conclure sur la ville durable, pour que chacun soit bien chez soi ce qui n’est pas possible aujourd’hui à cause du manque de respect. « Nous allons faire respecter les locataires de bailleurs sociaux. On va planter, faire des jardins familiaux partout, ce sera un permis de planter pour les Dionysiens, 12000 arbres sont prévus. Cette activité sera un lieu de socialisation. « Nous allons reconstituer la vie dans les quartiers, la violence va descendre, la santé va s’améliorer ».
Faisant le bilan du meeting, Philippe Naillet, co-listier et premier secrétaire de la Fédération socialiste, souligne que ce soir, chacun a pu constater trois choses essentielles : un programme, une équipe et un leader. Désormais, place au travail pour assurer la victoire aux municipales du 15 mars prochain.

M.M.