Actualités

L’Assemblée nationale adopte une série de mesures pour la condition animale

Des avancées pour les animaux

Témoignages.re / 3 février 2021

Les députés ont adopté en première lecture l’interdiction des orques et des dauphins dans les parcs aquatiques, ainsi que des animaux sauvages dans les cirques.

Il ne s’agit pas d’une loi révolutionnaire pour le droit des animaux qu’attendaient de nombreux défenseurs de la cause animais, mais cela change un certains nombre de dispositif.

En effet, l’Assemblée nationale a voté, vendredi 29 janvier, par 79 voix contre 2, la proposition de loi relative à la lutte contre la maltraitance animale.

Fini les animaux sauvages dans les cirques, des cétacés dans les delphinariums, des élevages de visons pour leur fourrure, désormais il y aura un encadrement plus strict des achats d’animaux de compagnie et un renforcement des peines en cas de maltraitance.

Le texte comporte plusieurs mesures réclamées depuis de très nombreuses années par les associations de protection animale et par une majorité de Français, de plus en plus sensibles au sort des animaux.

Bémole le texte ne prend pas en compte les chasses cruelles, l’élevage en cage ou encore la corrida. De fait, tous les amendements portant sur ces pratiques ont été déclarés irrecevables par la commission des affaires économiques.

En effet, les dispositions qui ont été retenues et qui, si elles sont adoptées par la seconde chambre parlementaire, apporteront une avancée majeure pour les animaux victimes de maltraitance, dont ceux qui sont exploités dans les cirques, les parcs marins et les élevages producteurs de fourrure, a écrit PETA France sur son site internet.

Les grandes avancées pour les animaux sauvages :

  • la fin de tous les animaux sauvages dans les cirques
  • la fin de la captivité des cétacés
  • élargissement de l’interdiction des élevages de fourrure à tous les animaux sauvages
  • la fin des montreurs d’ours et des animaux sauvages sur les plateaux TV
  • renforcement de la protection des animaux de compagnie

D’ailleurs, plus de 100 000 chiens et chats sont abandonnés chaque année en France, faisant de notre pays le champion européen. A La Réunion est d’autant plus alarmante.

"En stérilisant nos animaux de compagnie et en choisissant de toujours avoir recours à l’adoption et à ne jamais acheter d’animaux dans les animaleries ou chez des éleveurs, chacun d’entre nous peut œuvrer pour un monde où chaque animal aura un foyer aimant et stable", a écrit PETA France.