Actualités

L’économie de La Réunion n’est pas au service des Réunionnais

3,2 % de croissance et taux de chômage record

Manuel Marchal / 16 juillet 2018

L’INSEE a publié le résultat de deux études sur l’économie de La Réunion. La première indique un taux de croissance l’an dernier de 3,2 %. La seconde souligne que le nombre de salariés était de 256.000 personnes au premier trimestre 2018. Pendant ce temps, La Réunion compte plus de 180.000 demandeurs d’emploi. C’est la nouvelle illustration d’un système qui crée de la richesse tout en contribuant à aggraver la situation sociale.

JPEG - 71.5 ko

L’an dernier, le taux de croissance de La Réunion était de 3,2 %. C’est bien plus que la France. La consommation et les dépenses des administrations sont les moteurs de cette croissance. Le tourisme a aussi contribué à ce résultat. La hausse de la fréquentation soulignée par l’INSEE est la conséquence de l’arrivée de French Bee, qui a poussé les prix à la baisse ce qui a fait augmenter le trafic.

Cette croissance n’est donc pas le résultat de la production de richesse sur place. Elle découle surtout de transferts publics. La Réunion n’est plus à l’époque où le BTP était le moteur de l’activité économique.

Dans le même temps, le nombre d’emplois salariés se situait à près de 257.000 à la fin de l’année dernière, secteurs public et privé confondus. Parmi eux, plus de 100.000 se situent dans le secteur non-marchand, c’est-à-dire les administrations, la santé ou l’action sociale. Cela fait donc moins de 160.000 salariés dans le secteur de production de marchandises et de biens dans le secteur concurrentiel.

Tous ces nombres doivent s’apprécier en fonction de celui des Réunionnais inscrits à Pôle emploi : il a dépassé l’an dernier 180.000, valeur au-dessus de laquelle il est stabilisé. Cela signifie que le nombre de salariés dans le secteur privé est inférieur à celui des demandeurs d’emploi. Cela montre aussi qu’avec un taux de croissance de 3,2 %, le nombre de demandeurs d’emploi ne diminue pas à La Réunion.

Toutes ces données confirment que le système en place dans notre île peut créer des richesses, mais il n’a pas pour but d’améliorer la situation sociale. Les richesses créées ne vont donc pas servir en priorité à régler les principaux problèmes de La Réunion qui sont le chômage, le manque de logement et la pauvreté. Laisser à Paris la direction des affaires à La Réunion a produit ce résultat. C’est bien une autre politique qui est nécessaire. Aux Réunionnais de prendre leurs responsabilités pour construire une autre société.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Voir pour la Nouvelle-Calédonie-Kanaky ce qui est proposé aux gens, référendum en Novembre prochain, en bonne intelligence et respect des communautés, voir si cela vous intéresse, les accords de Nouméa, le site du parti travailliste et celui du syndicat USTKE pour Union Syndicale de Travailleurs Kanaks Exploités, celui du seul journal local "les nouvelles calédoniennes" pour avoir une opinion. Là bas, on dit qu’il y a plus de 25 000 réunionnais qui sont installés, parfois depuis longtemps, très même comme ceux qui ont importé, la canne, le café, les flamboyants, les letchis et les achards ! Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?