Actualités

La Région Réunion contre la conférence Paris Climat 2015

Des décisions régionales contradictoires

Céline Tabou / 18 mars 2015

Au cours de sa conférence de presse du 16 mars, le conseiller régional de L’Alliance, Paul Vergès, a mis en exergue les contradictions entre la politique environnementale du gouvernement, engagée sur la scène internationale, et les décisions du Conseil Régional.

JPEG - 55.4 ko
Travaux de préparation d’un chantier de route en mer dans une île sur la trajectoire des cyclones.

Paul Vergès a souligné les contradictions des engagements de la Région en matière environnementale avec la volonté affichée du gouvernement.
En effet, à neuf mois de la Conférence internationales des Nations Unies sur le Climat à Paris, le gouvernement et notamment la ministre de l’environnement, Ségolène Royal, mettent en place plusieurs mesures visant à réduire les gaz à effet de serre et la consommation d’énergie fossile.

Cependant, la décision de Didier Robert, président de la Région Réunion, de « participer au financement d’un port pétrolier, alors qu’il faut diminuer les énergies fossiles » est pointée du doigt par Paul Vergès. Pour ce dernier, le Conseil régional va alors créer spécialement un nouveau pôle pétrolier à Saint-André, a contrario de tout le travail réalisé pour le développement des énergies renouvelables au cours des précédentes mandatures.

Une aberration pour Paul Vergès, car « on est dans des contradictions et des comédies », « au moment même où va se dérouler la Conférence de Paris, on prend des mesures pour augmenter le rôle des carburants, tout cela financé par des fonds publics ».

« On va où dans la sauvegarde des énergies renouvelables », a interrogé ce dernier. D’autant plus que les effets du changement climatique se font de plus en plus ressentir à La Réunion, où la queue du cyclone Haliba a eu des répercussions économiques et routières considérables. Celles-ci devraient perdurer sur le long terme, comme les dégâts sur la route de Cilaos, dont les fissures mettent en danger les automobilistes.

Ainsi, la croissance démographique, la surrémunération – entrainant des inégalités de revenus – et la suppression du chemin de fer – créant un monopole automobile – « jouent à long terme sur l’avenir des Réunionnais. Mais les décisions qui vont être prises cette année joueront également », particulièrement avec les impacts économiques et sociaux des phénomènes naturels qui s’intensifient.