Actualités

La responsabilité des Réunionnais : nécessité confirmée

Après le « Grand débat national » à l’Élysée

Témoignages.re / 4 février 2019

Le « Grand débat national » organisé vendredi à l’Élysée avec la participation d’élus d’outre-mer a souligné que les dirigeants politiques de ces pays sont face à leurs responsabilités. Le président de la République leur a en effet demandé de faire part de leurs propositions pour sortir de la crise, notamment dans l’organisation des institutions et dans la politique des prix et des revenus. Ceci rappelle l’échec programmé de toute tentative de s’en remettre à Paris pour régler les problèmes de La Réunion. Cette ligne de la responsabilité, c’est celle que suit le PCR depuis sa création en 1959. Elle est illustrée dans le document qu’avait remis une délégation du PCR le 27 octobre dernier à Annick Girardin, ministre des Outre-mer, deux semaines avant le début du mouvement social qui a provoqué le « Grand débat national ». Voici le contenu de ce document :

JPEG - 79.8 ko

« Le Parti Communiste Réunionnais aura 60 ans l’année prochaine. Durant la période écoulée, nous avons été un important contributeur aux réflexions sur l’avenir de La Réunion. Par exemple, en insistant sur le contexte global, nous avons alerté sur le changement climatique dès 1996 ; la loi faisant du réchauffement climatique et ses effets une cause nationale relève d’une initiative de Paul Vergès, fondateur du PCR. Notre dernière contribution concerne les Assises.

Un an après, notre analyse sur le fond n’a pas changé : c’est l’impasse.
Tous les voyants sont au rouge et la tendance n’est pas au fléchissement. Il est toujours possible d’apporter quelques améliorations ici et là. Mais, selon nous, la solution doit être globale pour un traitement à long terme, durable et sécurisé pour plusieurs générations.

Le Traité sur le Climat nous offre une opportunité car il s’agit de tout mettre à plat. Saisissons-là. Car, nous devons déposer nos “instruments de ratification” du Traité d’ici 2020. Il ne reste qu’une année. La situation de La Réunion, située en zone intertropicale, est spécifique à notre territoire qui, de surcroît, doit accueillir un million d’habitants vers 2030, soit une augmentation de 20 % de la population actuelle. Tout cela dans le contexte global de guerre commerciale sans précédent lancée par le Président des États Unis, du Brexit et de l’émergence des pays de notre zone géographique.

Il appartient aux Réunionnais et Réunionnaises de débattre des conditions de sortie de cette crise qui dure et s’aggrave, dont souffre particulièrement 43 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté ainsi que 29 % de chômeurs. Aux Réunionnais et Réunionnaises d’élaborer un plan qui n’occulte aucun aspect. Aux Réunionnais et Réunionnaises de définir les conditions tant matérielles que réglementaires pour réaliser ce plan. Aux Réunionnaises et Réunionnais d’assumer leur responsabilité. Ce serait irresponsable de leur part de tout envoyer sur le gouvernement en attendant que ce dernier décide à leur place.

La Conférence Territoriale de l’Action Publique (CTAP) prévue par la loi N.O.T. Re est un cadre adéquat pour organiser les débats que nous préconisons, à condition qu’elle soit ouverte aux forces vives de la société, syndicats, acteurs associatifs et culturels… N’ayons pas peur de débattre. Rejetons les préjugés. Soyons des Réunionnais et Réunionnaises responsables.

Les conclusions de cette CTAP élargie seront remises au gouvernement afin d’étudier conjointement les conditions de leur faisabilité et de leur mise en œuvre. La synthèse fera l’objet d’une application sur une génération ou deux.

Pour le Parti Communiste Réunionnais, le gouvernement doit entendre le besoin de responsabilité que réclament de plus en plus de Réunionnais et Réunionnaises, face à la dégradation de la situation économique, sociale et environnementale.
Fait à Saint Denis, le 27 octobre 2018 »



Un message, un commentaire ?



Messages






  • L’heure de la responsabilité a sonné ! La responsabilité des Réunionnais:nécessité confirmée ! Deux titres qui me font penser à feu Ary Payet qui n’avait eu cesse en son temps déjà de nous dire et répéter : " Fyé pa toultan si baton gran Papa , pou travèrs la rivir".La question que l’on peut toujours se poser : Est-ce-que nos l’ensemble de nos élus et la majorité des Réunionnais sont-ils réellement décidés à traverser la rivière sans le bâton de Grand Papa ?

    Article
    Un message, un commentaire ?