Actualités

La Réunion à l’écart d’une dynamique mondiale

Les objectifs de l’Accord de Paris réaffirmés à Marrakech

Manuel Marchal / 22 novembre 2016

La conférence sur le climat de Marrakech s’est terminée vendredi. Elle a confirmé les engagements pris l’année précédente à Paris lors de la COP21. Au cours des 12 derniers mois, la crise environnementale s’est confirmée, et les dégâts des catastrophes naturelles pèsent toujours plus sur les pauvres. Les orientations prises à Marrakech soulignent l’importance de changer de système. L’exploitation de l’homme par l’homme et la chasse aux matières premières mènent à une impasse.

JPEG - 71.7 ko
Appliquer l’Accord de Paris, cela signifie développer les transports collectifs propres comme le train. La Région Réunion fait le contraire.

La conférence de Marrakech s’est terminée vendredi. Elle a débouché sur un bilan contrasté. Les engagements de l’Accord de Paris ont été confirmés. Adopté l’an passé lors de la COP21, ce traité international sur le climat est entré en vigueur quelques jours avant la COP22 de Marrakech. Désormais, il fixe des engagements qui doivent s’imposer à tous les pays, collectivités et entreprises. Pour les Nations-Unies, il est clair que la conférence de Marrakech confirme que l’application de l’Accord de Paris est irréversible.

La grande rencontre annuelle sur le climat a donc confirmé que la barre est placée très haut. Les pays les plus vulnérables au changement climatique s’organisent. Pour eux, une hausse de 1,5 degré de la température moyenne est une limite à ne pas dépasser, c’est une question de survie. Mais les marges de manœuvre se réduisent. Nous en sommes déjà à 1 degré, alors que les records de chaleur se succèdent. Dans ce domaine, 2015 avait été un sommet que 2016 s’apprête à dépasser.

L’exploitation des hommes et de l’environnement en cause

Il ne reste donc que peu de temps pour agir alors que la population mondiale ne cesse d’augmenter. Cette croissance s’accompagne de la diffusion dans le monde du mode d’exploitation capitaliste qui fait supporter une pression considérable sur les plus pauvres et les ressources naturelles. Les efforts des pays en développement pour promouvoir les énergies renouvelables sont menacés par les incertitudes liées à l’arrivée d’un nouveau président aux États-Unis. Donald Trump a fait notamment campagne sur la négation du changement climatique. Son prédécesseur, Barack Obama, a eu beau ratifier l’Accord de Paris, il n’a pas mis fin à l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste qui sont des énergies fossiles. Tout cela n’est guère rassurant.

C’est le système économique dominant depuis le 19e siècle qui est en cause. Il a besoin de matières premières et repose sur l’exploitation de l’homme par l’homme. Ce sont autant de principes qui entrent en contradiction avec les buts que se fixe l’Accord de Paris. Comment en effet arriver à basculer vers les énergies renouvelables si le pétrole et le charbon restent d’importantes sources de profit ?

Régression à La Réunion

La Réunion est directement concernée par cette question. En 2010, la Région Réunion a amorcé un retour en arrière. Son objectif est de concentrer les investissements sur une route en mer au détriment du transport collectif. Le choix d’utiliser les crédits obtenus pour le financement d’un train électrique afin de payer une partie de ce chantier est symbolique de cette régression. Cela maintient les Réunionnais dans la dépendance d’un mode de transport cher, le tout-automobile, qui est à l’origine d’une importante pollution.

Les dizaines de milliers de Réunionnais qui perdent chaque jour des heures dans les embouteillages de la route du littoral sont les victimes de cette politique. En effet, si le contrat signé entre la Région et l’État avait été respecté, le tram-train serait déjà construit. L’alternative serait donc déjà en service, et tout le monde pourrait constater son efficacité.

Avec le projet de route en mer, la Région entretient un système que l’Accord de Paris impose de remettre en cause. À l’échelle du monde, des gouvernements ont réussi à concilier des intérêts bien divergents pour arriver à traduire dans l’Accord de Paris une prise de conscience. À Marrakech, ils ont confirmé cette orientation. Les Réunionnais ne peuvent rester à l’écart de ce rassemblement.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Notre président régional n’est pas venu aux funérailles de Paul Vergès pour cause de déplacement à la COP 22 au Maroc. On ignore qui a payé son billet AR, s’il était seul ou accompagné, ce qu’il a dit, expliqué, appris, réalisé lorsqu’on a sans doute rappelé là bas ce que l’on risque à la Réunion et ailleurs. Aucune image, commentaire, rien, nada ?!

    Car tout est lié si on continue a seulement, conscienceusement, méthodiquement exploiter les richesses de notre unique planète mer-Terre-bleue, enfin si j’ose écrire car en réalité, de plus en plus sale, polluée pour le profit d’une poignée de privilégiés qui ne voit pas le long terme hélas. Les spationautes émerveillés sont loin de nous mais sans doute sensibilés.
    On aurait bien aimé le voir, comment il a du raconter sa volonté d’aller à contre-sens de ce qu’il aurait du faire, à savoir ;

    - poursuivre les projets de train péi, crétaurs d’emplois durables locaux.
    - faire l’autonomie énergétique, un magnifique exemple pour la région, la France, l’Europe, le Monde, comme va le faire le Costa-Rica. Prouver que ce n’est pas utopique et que les réunionnais sont des citoyens sensibles, soucieux de l’avenir de leur enfants, de leur santé menacée à cause de l’alimentation, le trop de sucre, de gras, de sel, les micros particules cancérigènes des moteurs diésel majoritaires sur l’île que l’on doit absorber dans nos poumons, le tau croissant et déjà énorme du chômage local, 35% voire même 65 chez les "18-25 ans", soit, les plus jeunes des citoyens, en principe électeurs aussi.

    Voilà, on verra bien la suite de cette histoire, dans l’actualité locale, vos lignes de Témoignages, la radio, le cinéma....
    Arthur.
    __________________________________________________________________________

    Article
    Un message, un commentaire ?