Actualités

Large rassemblement à Saint-Benoît

Elections municipales

Manuel Marchal / 18 novembre 2019

Ce dimanche à Saint-Benoît en présence de nombreux militants, Philippe Le Constant (PS) a présenté sa candidature aux municipales aux côtés de ses partenaires : PCR, France Insoumise, PLR et Europe écologie les Verts. Ce large rassemblement souligne une dynamique qui s’installe à quelques mois des municipales à La Réunion.

JPEG - 85.4 ko

Philippe Le Constant rappelle tout d’abord qu’il a fait vœu de candidature pour les prochaines municipales depuis 2017. Sa candidature fut validée par son parti, le PS, et reçut le soutien de Jean-Claude Fruteau, maire sortant qui ne se représente pas.
Philippe Le Constant relate ensuite ses différents engagements. Ce fut d’abord dans des associations puis en politique depuis 1982 où il adhéra au PS. Elu en 1983, il a enchaîné 5 mandats municipaux consécutifs à Saint-Benoît dont il est un des deux conseillers départemental. Il fut également Premier secrétaire de la Fédération socialiste de La Réunion pendant 6 ans.
Il salue le soutien de son parti, du maire et de la population.

JPEG - 93.4 ko

« L’union retrouvée »

Philippe Le Constant souligne l’importance du rassemblement qui s’est opéré à Saint-Benoît. « La division conduit à la défaite, c’est l’union retrouvée, cela faisait longtemps à Saint-Benoît » et « en face c’est la dispersion ».
Ce rassemblement, « première condition de la victoire », se traduit par la présence aux côtés de Philippe Le Constant d’Yvan Dejean, secrétaire général du PCR, de Jean-Hugues Ratenon, député de la France Insoumise, de Philippe Naillet, Premier secrétaire de la Fédération socialiste, de Jean-Pierre Marchau, secrétaire régional d’Europe écologie les Verts. Philippe Le Constant annonce également le soutien de PLR, et de sa présidente Huguette Bello.
« Le rassemblement n’est pas terminé, le socle sera élargi à des citoyens et acteurs de Saint-Benoît, notamment des jeunes qui veulent s’investir, ils auront leur place dans notre équipe ».
Le projet, « seconde condition de la victoire », sera présenté d’ici un mois après une validation par l’ensemble de l’équipe, sur la base des valeurs de respect, intégrité, fidélité, courage, solidarité, et tolérance. Quant aux candidats, « troisième condition de la victoire », leur présentation aura lieu après celle du projet.

JPEG - 97.9 ko

« Chercher le rassemblement »

Philippe Naillet souligne que « dans la période actuelle, il faut être à la hauteur du moment et chercher le rassemblement. Les Réunionnais nous regardent et sont très critiques vis à vis de la classe politique ». Pour le Premier secrétaire de la Fédération socialiste, le rassemblement des Réunionais passe d’abord par celui des forces progressistes comme à Saint-Benoît, mais aussi à Bras-Panon, à Saint-Denis et à Saint-Paul. Il met en garde contre ceux qui font des promesses intenables, « une insulte à la population », et contre les transfuges.
Jean-Hugues Ratenon salue « un engagement réunionnais » et souhaite un bon anniversaire aux gilets jaunes. Pour le député, cette élection s’inscrit dans la « bataille pour la CIREST », afin que la région Est ne soit plus la région abandonnée de La Réunion. Enfin, il rappelle le soutien de Philippe Le Constant lors du second tour des législatives 2017, à l’origine de son engagement à le soutenir aux muncicipales. Enfin, Jean-Hugues Ratenon conclut en ces termes : « je n’oublie pas d’où je viens, il faut toujours une base ».

JPEG - 60.4 ko
Yvan Dejean, secrétaire général du PCR.

Soutien sans faille du PCR

Yvan Dejean annonce la présence du PCR sur la liste commune, avec Martial Vitry. Il rend tout d’abord hommage à tous ceux qui ont fait le PCR durant ses 60 ans d’existence, notamment dans l’Est, « région revendicative ».
Le secrétaire général du PCR appelle à « dépasser les vicissitudes d’une histoire commune », ce qui se traduit dans les rassemblements à Saint-Denis, Saint-Benoît et Saint-Paul. Il demande de « continuer en responsabilité pour l’avenir et l’unité du peuple réunionnais ».
Yvan Dejean revient sur une situation sociale très tendue. « Depuis 73 ans, le gouvernement fait la sourde oreille. Les manifestations des gilets jaunes étaient prévisibles ». Un mois avant, le PCR avait remis une note à un conseiller de la ministre des Outre-mer, puis tenu une conférence de presse où Yvan Dejean avait déclaré que « La Réunion va droit dans le mur, sans casque ». « Pour redresser La Réunion, nous proposons une assemblée décisionnaire avec de larges compétences, et d’un fonds de développement pour financer les projets ». « Nous avons besoin d’une société responsable face aux enjeux, plus nous serons rassemblés, plus nous serons entendu ». Yvan Dejean conclut en soulignant « le soutien sans faille du PCR ».

L’enjeu des régionales

Jean-Pierre Marchau constate que « Saint-Benoît est la ville où l’union de la gauche est la plus large ». « L’enjeu de l’élection sera aussi les régionales un an plus tard », affirme-t-il, « l’Est est toujours sacrifié, les grands chantiers sont ailleurs ». Il souligne que pour désenclaver l’Est, le meilleur projet reste toujours celui qui était porté par Paul Vergès, le tram-train démarrant de Saint-Benoît. Le secrétaire régional d’EELV plaide d’ailleurs pour un rapprochement entre la CINOR et la CIREST.
En conclusion, Philippe Le Constant déclare que la rencontre de ce jour « est une démonstration que l’intérêt général doit primer ».

M.M.