Actualités

Le PCR appelle au rassemblement pour un front réunionnais

Succès de la rentrée politique du Parti communiste réunionnais

Manuel Marchal / 5 septembre 2016

Le PCR tenait ce dimanche 4 septembre une assemblée à Sainte-Suzanne pour marquer sa rentrée politique. Le Parti communiste réunionnais constate que le projet de loi sur l’égalité réelle n’analyse pas les raisons qui ont mené La Réunion dans sa crise actuelle. Il note également que ce texte ne prend pas en compte les grands changements qui auront lieu dans l’environnement de notre île au cours des 20 prochaines années. Le PCR expose ses propositions dont l’assemblée unique, le fonds de développement réunionnais et la liberté du commerce. Il lance un appel à un rassemblement pour un front réunionnais.

JPEG - 95.2 ko
Le PCR a adopté hier une motion de solidarité avec Madagascar.

Après la tenue de trois réunions régionales d’information en début de semaine, le Parti communiste réunionnais faisait sa rentrée politique ce 4 septembre à Sainte-Suzanne. Rendez-vous était donné à Quartier Français, dans la cour de la permanence de la section du PCR. Plusieurs centaines de militants venus de toute l’île étaient présents.

C’est la troupe Rézistans des Lagarrigue qui a lancé la réunion par deux maloya. Puis les trois co-secrétaires généraux du PCR se sont exprimés. Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne, a prononcé le mot de bienvenue, revenant sur la dimension symbolique de tenir un rassemblement à Quartier-Français, lieu des luttes impliquant les communistes aux côtés des planteurs, des travailleurs, des usiniers. Il a ensuite rendu hommage aux militants qui nous ont quittés cette année, et notamment Jean-Hugues Tian-Van-Kaï de Sainte-Suzanne. Une minute de silence a été observée pour saluer leur mémoire. Maurice Gironcel a également donné sa position suite à sa relaxe dans le procès que lui a intenté son opposant Daniel Alamélou. L’embauche de l’accusatrice de Maurice Gironcel par la Cité des Arts ajoute une dimension nouvelle au « traquenard » qui a été monté pour espérer l’éloigner de la prochaine élection municipale.

Le projet de loi d’égalité réelle est un projet d’intégration

Ary Yée Chong Tchi Kan a ensuite donné le point de vue du PCR sur le projet de loi égalité réelle présenté le 3 août dernier par le gouvernement. La Réunion compte près de 180.000 demandeurs d’emploi, le taux de chômage est proche de 30 %, près de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, la liste des demandeurs de logement social compte 30.000 inscrits, et près de 120.000 Réunionnais sont touchés par l’illettrisme. Pourquoi 70 ans après le vote de la loi du 19 mars 1946 en est-on arrivé à cette situation ? « Cette analyse n’est pas dans le projet de loi égalité réelle, le risque est de reproduire la même politique dans une nouvelle loi ». Pour le PCR, la crise actuelle est le « résultat d’une politique d’intégration », accentuée par trois décisions : division de la société en donnant à une seule catégorie de travailleurs un salaire pour faire face à la vie chère, suppression du chemin de fer et arrivée de grands monopoles qui ont mis la main sur l’économie. Le projet de loi sur l’égalité réelle est ne dit rien sur le changement climatique, la démographie et la mondialisation. Il est également silencieux sur les inégalités actuelles.

JPEG - 86.1 ko
Parmi les participants, des alliés du PCR dont Michèle Caniguy.

Propositions du PCR

Yvan Dejean a présenté les propositions du PCR. Elles s’articulent autour de trois grands axes : une assemblée unique capable de voter des lois et règlement pour adapter les lois à la réalité sociale et économique, un fonds réunionnais de développement pour financer les propositions et la liberté de commerce pour faire baisser les prix et créer des emplois à La Réunion.

Pour le PCR, la question de la vie chère doit se régler par la création d’un organisme chargé de faire la transparence sur la formation des prix et capable d’intervenir en cas d’abus. L’écart des prix entre La Réunion et la France doit être précisément mesurée et servir de base à un bonus salarial versé à tous les travailleurs. Les fonctionnaires actuels ne seront pas concernés par cette mesure, ils doivent conserver leur sur-rémunération, car elle est inscrite dans le contrat qu’ils ont signé avec l’État. Pour favoriser « l’emploi aux Réunionnais », le PCR rappelle sa proposition de deux grands services dans l’aide à la personne et à l’environnement pour faire face aux besoins nouveaux issus de la croissance démographique, du vieillissement de la population et du changement climatique.

Le Parti communiste réunionnais insiste également sur l’importance de la coopération régionale. Il demande un moratoire de 20 ans destiné à laisser La Réunion en dehors du champ d’application de l’APE entre les 600 millions d’habitants de notre région et l’Union européenne, le temps que notre île puisse s’intégrer dans son environnement régional.

Il appelle à un rassemblement dans un front réunionnais pour dire à Paris : « voilà nos propositions ». Le PCR annonce la présence de candidats communistes dans toutes les circonscriptions pour les prochaines législatives. Il fera connaître sa position pour la présidentielle quand les candidats définitifs auront fait connaître leur réponse à ses propositions.

Solidarité avec Madagascar

Après les discours, Simone Yée Chong Tchi a ensuite lu une motion à destination des collectivités de La Réunion afin qu’elles agissent concrètement pour que la solidarité s’exprime à l’égard des victimes de la malnutrition causée par la sécheresse à Madagascar. Cette motion a été adoptée à l’unanimité.

Maurice Gironcel a conclu le rassemblement en saluant la mobilisation des militants qui ont fait de cette assemblée un succès. Il a également souligné l’importance de la ratification de l’Accord de Paris par la Chine et les États-Unis. Ce fait rappelle la justesse d’un combat mené depuis de nombreuses années par le PCR pour faire prendre conscience de l’importance de la lutte contre le changement climatique, et des mesures à prendre pour s’y adapter.

M.M.