Actualités

« Le PCR appelle les Réunionnais à se rassembler » pour les candidats de la responsabilité

Succès du rassemblement de lancement de la campagne des législatives

Manuel Marchal / 22 mai 2017

Plusieurs centaines de militants venus de toute l’île ont assuré hier le succès du rassemblement du Parti communiste réunionnais hier à Sainte-Suzanne. Ce premier rendez-vous de la campagne des législatives fut marqué par la présentation des trois candidats et trois suppléants qui porteront le programme du PCR, en présence notamment d’Elie Hoarau, président du PCR et de la sénatrice de La Réunion, Gélita Hoarau. À trois semaines du scrutin, c’est la mobilisation générale pour assurer l’élection de députés de La Réunion qui seront les défenseurs des intérêts des Réunionnais.



JPEG - 73.7 ko

Le rassemblement de Sainte-Suzanne a commencé par l’évocation du combat mené par les Chagossiens pour retourner dans leur pays. À la fin des années 1960, ils ont été déportés par la Grande-Bretagne lors de la construction de la base militaire américaine située sur l’île de Diego Garcia. La semaine dernière, une délégation chagossienne a été reçue au Vatican par le Pape.

Cette rencontre donne une portée supplémentaire au combat des Chagossiens.

Hier, une urne était mise à disposition des participants au meeting pour qu’ils puissent apporter leur solidarité au combat des Chagossiens.

Martial Turpin, secrétaire de la Section communiste de Sainte-Suzanne, est ensuite intervenu pour faire une mise au point au sujet d’une candidature d’une conseillère municipale de la ville aux législatives. Il a rappelé que dans la Section, la proposition de candidature reposait sur deux principes : pas de candidat issu du Conseil municipal, une personne un mandat. Cela rendait donc impossible la désignation d’un élu de la commune. C’est pourquoi la candidature de Gilles Leperlier a été proposée et validée par un vote du Comité central du PCR.

Le PCR en ordre de bataille

Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR, est ensuite intervenu pour présenter les candidats du PCR aux législatives. Il a également situé leurs responsabilités : « Le rôle d’un député est de s’occuper de tout un pays, pas seulement de la circonscription. Les députés seront des députés de toute La Réunion ». « Le rôle des militants communistes est de soutenir les candidats et d’agir partout pour assurer leur soutien », a-t-il poursuivi. Toutes les sections communistes de La Réunion sont donc mobilisées pour assurer le succès des trois candidatures du PCR. Les militants de Saint-Louis à Saint-Philippe vont donc s’impliquer dans la campagne autour de Max Banon, candidat dans la 4e circonscription. De Trois-Bassins à Saint-Denis en passant par La Possession, les communistes sont en campagne pour Julie Pontalba, candidate dans la 1ere circonscription. Enfin, de Saint-Denis à Sainte-Rose, les militants sont sur le front pour soutenir à Gilles Leperlier. Les candidats et suppléant ont été ensuite invités à prendre la parole.

« Donn kréol travay »

Maurice Gironcel conclut le meeting, saluant les candidats capables de défendre notre pays.

La Réunion traverse une grave crise, c’est un département hors-norme. 138.000 chômeurs de catégorie A, plus de 180.000 Réunionnais inscrits à Pôle emploi, le danger de la casse social avec le contrat zéro, les difficultés des travailleurs à temps partiel, 60 % des moins de 25 ans sont sans emploi au chômage, sont autant d’occasion de se mobiliser car « la pauvreté s’accroît. Près de 400.000 Réunionnais sont sous le seuil de pauvreté. 25.000 familles vivent dans des conditions d’habitat indigne. 25.000 familles attendent un logement. 71 ans après la loi d’égalité sociale, 116.000 personnes sont illettrées et 18.000 personnes travaillant dans la filière canne-sucre sont menacées par la crise ».

« Il nous faut un véritable changement », dit-il avec force, « nos candidats vont porter la volonté de changement au plus haut niveau de l’État. Car la loi de 1946 est arrivée à bout de souffle ».

« Notre priorité, c’est l’emploi aux Réunionnais. Les syndicats disent « Donn kréol travay », ils ont raison », ajouta le secrétaire général du PCR.

Plus de responsabilité

Le programme du Parti communiste réunionnais veut donner plus de responsabilité aux Réunionnais pour qu’ils soient maîtres de leur destin et gèrent leurs affaires. Il faut donc une nouvelle gouvernance avec une collectivité unique, un fonds de développement. « Cette collectivité devra faire un plan de développement durable, social, écologique respectant notre identité réunionnaise, et pour un co-développement avec nos voisins ».

Lutte contre les inégalités est toute aussi importante pour le PCR, car « la vie est chère pour tout le monde ». Cela amène à revoir la politique des salaires et des revenus.

« Dans le logement c’est la régression. Au lieu des 9.000 par an promis, c’est à peine 2.000, c’est un retard inadmissible ».

Face aux problèmes de déplacement, le PCR propose un chemin de fer. « Ceux qui ont remis en cause ce projet en 2010 portent une lourde responsabilité. Celui qui a sabordé le projet d’autonomie énergétique en 2025 aussi », a-t-il rappelé.

Pour sauver la filière canne, des mesures d’urgence s’imposent, impliquant la responsabilité de l’État.

« En avant vers la victoire »

Le secrétaire général du PCR a lancé un appel aux militants à « aller sur le terrain, le moment est venu d’envoyer une majorité de parlementaires qui défendra les intérêts de notre pays. Les Guyanais ont montré le chemin de la lutte ».

Et de conclure : « le PCR appelle les Réunionnais à se rassembler et à se mobiliser pour assumer leurs responsabilités. Après l’ère de la liberté en 1848, de l’égalité en 1946, arrive l’heure de la responsabilité. C’est le moment d’imposer ce débat et la nécessité d’un changement pour notre pays grâce à un vote massif le 11 juin pour nos camarades. En avant pour le combat, En avant vers la victoire ».