Actualités

Le peuple réunionnais a transformé les funérailles de Paul Vergès en un événement historique

La force des idées et d’un homme capable de les partager

Manuel Marchal / 17 novembre 2016

Ce 15 novembre à l’occasion des funérailles de Paul Vergès, tout un peuple a montré sa solidarité avec une famille en deuil, et un parti qui a perdu son fondateur. Cette journée historique a rappelé le lien qui unit le PCR au peuple réunionnais. Ce qui souligne qu’à La Réunion, ce n’est pas l’addition du nombre d’élus qui mesure l’influence d’un parti. Les idées et les hommes dépassent tout.

JPEG - 87.2 ko

Jusqu’au bout, Paul Vergès a été sur le front de la bataille pour faire avancer les idées pour lesquelles il s’est battu toute sa vie. Malgré toutes les difficultés et la répression contre sa famille et ses camarades, il n’a jamais cédé. Ce combat a porté des fruits qu’à l’occasion de sa mort, personne n’a contesté, quelle que soit sa tendance politique.

Le jugement du peuple a d’ailleurs été très clair. Il a transformé les funérailles du fondateur du PCR en une journée qui sera inscrite dans l’histoire de La Réunion.

C’est en effet une grande ferveur populaire qui a suivi le cortège de Sainte-Suzanne au Port, en passant par Sainte-Marie et Saint-Denis. Elle a réveillé des sentiments que certains croyaient à jamais enfouis, et qui ont pris de court les observateurs. Ils étaient des milliers à chanter l’Internationale, à crier « Vive Vergès », ou à brandir des drapeaux rouges.

Le jugement du peuple

Paul Vergès n’était pourtant pas une star dans les médias. Ainsi, il était président depuis plus de 10 ans de l’ONERC, Observatoire national sur les effets du changement climatique. Cette institution est une création issue de la loi proposée par Paul Vergès et adoptée à l’unanimité par le Sénat et l’Assemblée nationale dans les mêmes termes. L’ONERC est un outil d’anticipation créé par l’initiative d’un Réunionnais et qui rend d’importants services aux collectivités de la République. Mais lors des débats de la COP21 à Paris, et encore récemment à l’occasion de la COP22 qui s’est ouverte à Marrakech, Paul Vergès n’a jamais été invité à la télévision pour pouvoir s’exprimer sur le sujet du changement climatique.

Cette méthode est plus subtile que celle que le PCR et Paul Vergès ont subi pendant plus de 20 ans. Ils ne sont plus interdits d’antenne, mais les sujets qu’ils abordent sont constamment passés au second plan, noyés dans un flot de nouvelles au profit de sujets superficiels qui détournent l’attention des problèmes quotidiens vécus par la majorité de la population et qui se nomment chômage, mal-logement, illettrisme ou vie chère. Ainsi, si les Réunionnais veulent s’informer sur la démographie, la mondialisation ou le changement climatique, ils sont obligés d’aller chercher le savoir en dehors des canaux officiels. Or, ces dynamiques mondiales ont des répercussions sur La Réunion, et seront des données incontournables pour son avenir.

Le lien construit dans la lutte

Lors du 6e Congrès du PCR en 2009, Paul Vergès avait rappelé que le lien entre le PCR et le peuple réunionnais s’était considérablement renforcé pendant la période de la répression la plus dure. Alors que le droit de vote et le pluralisme des opinions n’étaient pas respectés, les communistes étaient les défenseurs des libertés. Ils n’avaient pas d’élu, ils étaient censurés à la radio, emprisonnés, mais l’influence du PCR ne cessait de se renforcer.

Mardi, les Réunionnais par milliers ont montré qu’ils n’ont pas oublié tout ce qu’ils doivent à Paul Vergès et à ses combats. C’est le coeur qui a parlé en toute liberté, et sans doute nombreux parmi eux sont des Réunionnais faisant partie de la moitié de la population survivant sous le seuil de pauvreté, abandonnés par un système incapable de régler le problème des inégalités. Le monde économique également s’est senti très affecté, car ses opérateurs ont une grande estime des actions et de la vision d’avenir de Paul Vergès. Tout un peuple a ainsi montré tout le respect qu’il éprouve envers un dirigeant politique qui a fait avancer leurs causes. Ce 15 novembre, les communistes se sont engagés à les poursuivre.

M.M.