Actualités

Maurice Gironcel : « L’histoire nous donne raison »

Rassemblement Zarboutan nout parti ce 19 mai à Sainte-Suzanne

Témoignages.re / 19 mai 2018

Ce 19 mai, le PCR a lancé l’année préparatoire de son 60e anniversaire à l’occasion d’un rassemblement organisé à Sainte-Suzanne en l’honneur de ses plus anciens militants : Zarboutan nout parti. Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR, a rappelé les proposition du Parti communiste réunionnais pour un nouveau cadre ainsi que sa ligne de conduite : l’appel à un rassemblement sans exclusive pour la responsabilité du peuple réunionnais.

JPEG - 145.1 ko
Maurice Gironcel.

Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR, souligne qu’en rendant hommage aux anciens, c’est pour dire que « grâce à leur combat, leur lutte que nous avons arraché avec d’autres forces progressistes, avec les organisations syndicales. Avec les militants du PCR et de la CGTR, nous avons fait signer des pétitions pour l’égalité sociale ». Le dirigeant communiste rend hommage à Paul Vergès, fondateur du PCR, sur la base notamment du combat pour l’affirmation de l’existence du peuple réunionnais. Il rappelle aussi la mémoire de Lucet Langenier, élu maire de Sainte-Suzanne en 1980, prédécesseur de Maurice Gironcel à cette fonction.

« Tout changer pour sauver La Réunion »

« À la famille et aux enfants des militants, les zarboutan resteront à jamais gravés dans nos mémoires et nos cœurs. Plus que jamais, le combat doit continuer dans la lignée des luttes du PCR depuis bientôt 60 ans », ajoute le dirigeant communiste.
« Toutes les politiques de droite comme de gauche ont montré leurs limites. Il faut faire autre chose », rappelle le secrétaire général du PCR, « la politique du gouvernement n’est pas faite pour les pauvres, pour le pouvoir d’achat des Réunionnais, pour l’épanouissement de la jeunesse ».
« Nous devons tout changer pour sauver La Réunion et son peuple », poursuit-il, « c’est un moment décisif de l’histoire de La Réunion ». Et de rappeler le mot d’ordre du 9e congrès : responsabilité pour plus d’autonomie.

Un contenu progressiste à l’autonomie

« L’histoire nous donne raison car la crise montre tous les jours que notre modèle dit d’intégration a fait son temps. Des personnalités réunionnaises disent qu’il faut changer de logiciel, qu’il faut l’autonomie fiscale et énergétique. Et récemment, c’est Bernard Pons qui a déclaré : « il faut une large autonomie, c’est la solution la plus intelligente ». Cela vient d’un « baron du gaullisme » », précise Maurice Gironcel.
Pour le dirigeant du PCR, « il faut donner au mot d’ordre d’autonomie un contenu progressiste, fait par des Réunionnais et pour les Réunionnais. Un programme de justice sociale est nécessaire. Il doit aussi avoir un volet économique, respectant la nature, l’environnement et la biodiversité. Ce programme doit permettre d’avoir un projet de co-développement avec les pays voisins. Cela passe par la possibilité pour les Réunionnais de gérer eux-mêmes les affaires de leur pays ».

Echec de l’intégration

La démonstration a été faite qu’il n’est pas possible d’intégrer à la France des pays situés à plus de 10.000 kilomètres. D’où la proposition du PCR d’aller vers la double insertion dans l’Europe et dans notre zone géopolitique : « c’est sauver les acquis historiques de l’intégration et développer notre pays dans son environnement géographique ».
Le PCR réclame une collectivité dotée de larges compétences, avec un fonds de développement pour soutenir un projet de développement durable et solidaire. L’essentiel repose sur le projet. Cela passe par le développement des énergies renouvelables pour l’autonomie énergétique, comme à Sainte-Suzanne. Par l’autonomie alimentaire avec les pays de la région, par une fiscalité propre à La Réunion ainsi que par la création de deux grands services d’intérêt public dans l’aide à la personne et l’environnement.

Continuer la lutte

Le pouvoir d’achat figure aussi dans le programme : si la vie est chère, elle l’est pour tout le monde. Pour le PCR, il ne faut pas toucher aux avantages acquis, imposer la concertation la plus large et s’interdire d’opposer les Réunionnais entre eux. Tout le monde doit bénéficier du différentiel de coût de la vie.
« Le gouvernement va-t-il maintenir le lien néocolonial ? Les projets retenus par les Assises évoqués dans la presse du jour ne sont pas à la hauteur des défis à relever », constate le responsable communiste. Il souligne que « le PCR a toujours été un parti d’avant-garde et un parti moderne. La lutte contre les inégalités, pour le respect de la planète, pour les énergies renouvelables est moderne. Les jeunes prennent ce combat à bras le corps ».
Et de conclure en affirmant que « la meilleure façon d’honorer le combat de nos anciens, c’est de continuer la lutte ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • TB tout ça, ça donne de l’espoir, mais aucune info, résolution sur le projet TER-PEI de St Benoît à St Joseph. Electrique, donc propre, pourvoyeur d’emplois durables, un modèle justement pour la région aussi, en grand manque de train digne de ce nom. Je pense à Madagascar, Mayotte et Maurice qui en avait un elle aussi jadis, comme aussi la Nouvelle-Calédonie-Kanaky bientôt indépendante peut-être ?
    Dire qu’en métropole, du matériel roulant a été mis au rebus alors qu’il pourrait encore servir ailleur ; rénové il y a pas longtemps de ça, comparé à celui qui roule encore dans les pays pauvres : locomotives électriques et diésels de maneuvre ou pour trains de voyageurs ou de fret, des wagons marchandises, des voitures passagers, dont certaines même climatisées, comme celles des TGV ! Non, c’est pas possible, il y a vraiment quelque chose de pas raisonnable dans tout ça, non ? Voir sur You Tube des vidéos sur le dépôt de Sotteville les Rouen en Normandie. Et un des sites de ferraillage. Une honte.

    Article
    Un message, un commentaire ?