Actualités

Merci à Laurent Rousse

Hommage à Eugène Rousse

Témoignages.re / 3 décembre 2020

Notre histoire à la merci de l’évanescence des électrons
Merci Laurent Rousse pour avoir pensé à faire publier l’autobiographie de son grand-père, Eugène. Elle est emplie d’informations essentielles sur son parcours.

Eugène, avec concision y décrit les conditions de la vie aux différentes périodes de son existence de témoin vigilant et soucieux d’exactitude.
Ce qui nous marque également, c’est la modestie dont Eugène fait preuve dans ce résumé d’une vie marquée par le dévouement et le devoir de transmission à ses élèves, à ses contemporains, et bien au-delà de sa vie, à tous les habitants de La Réunion.

Une suggestion : Eugène a — sans cesse — écrit pour témoigner, Laurent Rousse pourrait-il (peut-être l’a-t-il déjà envisagé ?) entreprendre la recension de toutes les brochures, tous les articles parus dans la presse, tous les courriers de lecteurs, tous les ouvrages, et toutes les initiatives documentaires sur support vidéo et numériques. Tous documents qui sont d’une grande importance pour comprendre l’évolution d’une société.

Nous pensons notamment à ses dernières initiatives visant, par exemple, à donner à Bruny Payet — en le filmant — la possibilité d’expliquer ce qui a marqué l’histoire des combats de toute une vie entièrement consacrée aux autres.

Sans jamais se mettre en scène, Eugène nous laisse un vrai trésor : celui amassé — année après année — par un Réunionnais pénétré de l’originalité de l’histoire de La Réunion, réductible à nulle autre. Son mérite est d’autant plus grand qu’il fut un temps — pas si éloigné — où les autorités aimaient à dire que La Réunion n’avait pas d’histoire.

Merci Eugène,
Merci Laurent de ranimer ainsi la flamme.
Claudette et Jean



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • L’ Œuvre de Rousse .
    Je partage complètement le point de vue des Saint-Marc.
    Je pense que ce serait un travail très utile mais qui demanderait peut-être d’être mené en plusieurs , d’ abord les sources écrites , puis audio-visuelles et orales.
    Sur un plan pratique on pourrait, par exemple, commencer par ses écrits dans la presse , au moins depuis les années 1950.
    Rechercher ses textes dans les différents titres , à commencer par Témoignages , puis les rassembler n’est pas d’ une grande complication, numérisation aidant par ailleurs.
    Après viendra le format éditorial à retenir mais là aussi ce n’est pas très compliqué.
    Amorcé ce travail , on pourra ensuite explorer la presse syndicale , là l’ accès sera plus difficile , sauf du côté des propres archives de l’ auteur, peut-être.

    Article
    Un message, un commentaire ?