Actualités

Objectif Réunion relance l’opposition au développement de La Réunion

Motion sur la révision constitutionnelle

Témoignages.re / 26 juin 2018

Trois jours après le dépôt d’un amendement porté par 4 députés de La Réunion représentant un large spectre politique, et alignant les responsabilités des élus réunionnais sur celles des autres départements d’outre-mer, Objectif Réunion a présenté une motion s’opposant à cette démarche afin que les Réunionnais ne puissent avoir la responsabilité de développer leur pays.

.

JPEG - 133 ko
Photo Toniox.

Le projet initial de révision constitutionnelle du gouvernement maintient les élus réunionnais dans un état d’irresponsabilité par rapport à leurs homologues des autres départements d’outre-mer. En effet, le droit d’adaptation de la loi par les élus de La Réunion est limité aux seules compétences relevant des compétences de leurs collectivités, alors que ce droit est bien plus large partout ailleurs. C’est pour remédier à cette discrimination que 4 députés de La Réunion, issus de 4 groupes parlementaires différents, ont déposé un amendement constitutionnel. Il vise à aligner les responsabilités des élus réunionnais sur celles des autres départements d’outre-mer.
C’est de trop pour une frange de la classe politique. C’est ce qu’a montré le dépôt d’une motion par Objectif Réunion. Elle fustige la démarche des députés, et demande au Conseil départemental de soutenir la proposition initiale du gouvernement.

Cette motion a surpris. Daniel Gonthier a rappelé que la Commission permanente a déjà pris acte du projet du gouvernement, et a laissé la liberté de parole à chacun.
Maurice Gironcel estime que cette motion complique encore les choses au lieu de les clarifier. Cette motion propose de ne pas donner aux Réunionnais les moyens de dire ce qui est bon pour eux. L’élu communiste rappelle que notre île est hors norme. « Le réforme concernant La Réunion risque d’accoucher d’une souris, sans apporter les changements nécessaires à La Réunion », précise-t-il avant d’ajouter : « nous n’allons pas voter cette motion, le PCR est pour une assemblée unique élue à la proportionnelle intégrale avec des compétences élargies, un fonds de développement et un projet partagé par une large majorité. La motion ne prend pas ce chemin ».

Philippe Le Constant souligne : « nous sommes pour l’adaptation quand nos réalités ne sont pas prises en compte ». Il dénonce le procès d’intention à ceux qui défendent l’adaptation qui seraient pour l’indépendance. « Trop de lois en France sont votées sans tenir compte de la situation locale. Nous souhaitons juste que les Réunionnais aient un pouvoir d’adaptation ».
Alain Armand indique que « cette motion n’est pas acceptable en l’état », car elle laisse entendre que des députés veulent changer le statut de La Réunion. « Où a-t-on vu un large consensus contre l’assemblée unique ? Pourquoi pas dire d’abord ce que l’on veut, et adapter les institutions à lui ? ». Michèle Caniguy explique que l’on aura du mal à avoir du consensus à ce sujet.

Le Groupe de concertation pour le développement de La Réunion, celui de la « Gauche unie » et Alain Armand ont voté contre, les deux élus du LPA se sont abstenus. Les autres conseillers ont voté pour, permettant l’adoption de cette motion