Actualités

Ordonnance Debré : le PCR effacé de l’histoire ?

Dans le "Journal de l’ile" d’hier

Témoignages.re / 14 septembre 2018

Dans un article consacré hier à l’Ordonnance Debré, le "JIR" réalise le tour de force de ne pas citer le PCR alors que toutes les victimes de l’application de cette "ordonnance scélérate" à La Réunion étaient des communistes ou des proches du PCR.

JPEG - 69.9 ko
Tous les Réunionnais victimes de l’Ordonnance Debré étaient des communistes ou des proches du PCR.

Dans son édition d’hier, le "Journal de l’île" présente un ouvrage bientôt disponible à La Réunion ainsi qu’un cycle de conférence de l’auteure du livre dont le thème est l’application de l’Ordonnance du 15 octobre 1960, dite "Ordonnance Debré". Cette mesure permettait à l’administration de muter d’office en France un fonctionnaire en poste dans une ancienne colonie française s’il est suspecté de participer à des activités qui ne correspondent pas à l’opinion du gouvernement.

Cet article procède par questionnement, afin de pousser la curiosité des lecteurs à acheter le livre ou à aller aux conférences pour avoir des réponses. Cette technique amène à s’interroger.

En effet, force est de constater que pas une fois le PCR ou le mot "communiste" n’est cité dans l’article. Or, toutes les personnes victimes de l’"Ordonnances Debré" à La Réunion étaient des communistes membres du PCR, ou des proches du PCR. Dans notre île, ce texte a été utilisé uniquement pour combattre le PCR et la CGT. C’est d’ailleurs à partir de là que le poids de la CGT dans la fonction publique à La Réunion a commencé à reculer.

Quel est donc le but de cette omerta ? Est-ce une nouvelle tentative d’effacer le PCR ?