Actualités

Pannes à Bois-Rouge : la CGPER interpelle l’État et Albioma

Filière canne

Manuel Marchal / 16 septembre 2019

Face aux pertes chez les planteurs par les pannes de l’usine de Bois-Rouge, la CGPER demande à l’État d’anticiper le versement d’une aide, et interpelle Albioma, propriétaire de la centrale trop souvent défaillante qui alimente en vapeur la sucrerie de Bois-Rouge.

Cette conférence de presse se tenait sur la plate-forme de livraison des Casernes. La CGPER a alerté sur les conséquences des pannes à Bois-Rouge sur la trésorerie des planteurs. En effet, en cumulé, cela fait deux semaines d’arrêt de la centrale thermique qui fournit l’énergie à l’usine sucrière qui traite les cannes du Nord et de l’Est. En conséquence, les planteurs retardent leurs livraisons, ce qui a des répercussions financières. Jean-Bernard Maratcha, président de la CGPER, explique que les cannes coupées devant être livrées perdent en tonnage et en richesse, ce qui pénalise le planteur. Rappelons que ces interruptions ne donnent lieu à aucune indemnisation des planteurs lésés venant de l’usinier Tereos ou d’Albioma, propriétaire de la centrale sujette aux pannes.

Face à l’urgence, la CGPER demande donc à l’État d’anticiper dès maintenant le versement de l’acompte de l’aide à la production prévu entre le 1er et le 15 octobre.

La CGPER s’interroge également sur l’origine de ces pannes et interpelle Albioma, propriétaire de la centrale de Bois-Rouge. C’est en effet la deuxième année consécutive qu’elle est touchée par ces pannes. Des machines seraient-elles arrivées en fin de vie sans être remplacées ? Les investissements nécessaires sont-ils retardés dans l’espoir d’obtenir une subvention de l’État ?

Enfin, sur la condamnation du président de la FDSEA à 12 mois de prison ferme, la CGPER ne souhaite pas commenter une décision de justice. Néanmoins, elle n’oublie pas que Dominique Gigan est avant tout un agriculteur, planteur de canne, ce qui explique que des liens professionnels se soient tissés.

Manuel Marchal