Actualités

PCR : « Aux Réunionnais d’avoir le droit de gérer nos affaires pour l’avenir de notre pays »

Succès du premier meeting régional de soutien à Jean-Luc Mélenchon

Manuel Marchal / 10 avril 2017

Samedi soir, le PCR tenait son premier meeting régional pour l’élection présidentielle à Saint-Pierre. Le PCR a rappelé les raisons de son soutien à Jean-Luc Mélenchon ainsi que ses principales propositions qui s’inscrivent dans un nouveau cadre pour La Réunion.

JPEG - 53.8 ko

Le meeting était placé sous la présidence de Gélita Hoarau, membre de la section PCR de Saint-Pierre et sénatrice de La Réunion. Dans son mot de bienvenue, elle a fait état d’une campagne électorale bien démarrée dans le Sud, avec en particulier le succès des distributions de tracts et des premières réunions de quartier.

Représentant du monde du travail, le syndicaliste Max Banon était le premier intervenant. Il a fustigé les socialistes, responsables de la catastrophe sociale car ils ont poursuivi la politique qui mène à la crise actuelle : 30 % de chômage, plus de la moitié des jeunes sans emploi, la moitié de la population en dessous du seuil de pauvreté.

Le syndicaliste a aussi rappelé qu’en 2009, la lutte avait permis d’obtenir le RSTA et la prime COSPAR, soit un bonus de 150 euros pour des travailleurs ayant un salaire en dessous de 1,4 SMIC. C’était 60 millions d’euros pour l’économie de La Réunion. « Les socialistes ont supprimé cette prime, ils veulent nous enfumer avec l’égalité réelle dans 20 ans alors que dans 15 jours ils ne seront plus au pouvoir ».

En finir avec le système néocolonial

Face à cette crise, « il nous faut un nouveau cadre législatif, Jean-Luc Mélenchon ouvre la voie ». Cela permettra de décliner des propositions telles que le moratoire sur l’emploi, afin que toutes les offres passent par Pôle emploi pour que les postes bénéficient en priorité aux Réunionnais. C’est déjà appliqué à Lille et en Alsace, a fait remarquer le syndicaliste.

Après avoir salué la lutte des Guyanais, Max Banon a conclu en mettant en garde contre le danger du vote Le Pen. « Cela ne mène nulle part, c’est un danger pour notre vivre ensemble et la République ».

Appel « à l’ère de la responsabilité »

Seconde intervenante, Julie Pontalba a apporté un éclairage historique. Le PCR a célébré récemment le 71e anniversaire du 19 mars 1946, date de promulgation de la loi abolissant le régime colonial. Cette loi a permis d’importants progrès dans les domaines de la santé, de l’éducation. Elle a ouvert la bataille de l’égalité qui a vu les luttes permettre d’obtenir l’égalité des prestations sociales et du SMIC. Mais aujourd’hui, cette loi ne permet plus d’avancer, a souligne Julie Pontalba, « le PCR appelle à l’ère de la responsabilité ». Et le PCR n’est pas le seul à le dire, que cela soit à La Réunion ou ailleurs. Une des revendications des Guyanais, c’est notamment d’avoir plus de responsabilités.

Rassembler les progressistes

Pour Yvan Dejean, porte-parole du PCR, « l’avenir de notre pays se joue maintenant ». Il a constaté une adhésion de nombreux Réunionnais au choix de soutenir Jean-Luc Mélenchon. Il rappelle que l’objectif du PCR pour la présidentielle est que son candidat ait le meilleur score possible. Il s’agit de rassembler tous les progressistes qui se battent pour l’avenir de leur pays.

« La fierté du combat communiste »

Le but est de changer de cadre, sur la base d’une ligne définie en 1959 avec Paul Vergès : la responsabilité. « Aux Réunionnais d’avoir le droit de gérer nos affaires pour l’avenir de notre pays ». Pour ce nouveau cadre, le PCR propose une assemblée territoriale qui fera des lois. Comme moyen, elle disposera d’un fonds de développement.

« Le seul qui propose un changement radical, c’est Jean-Luc Mélenchon avec son projet de 6e République et d’assemblée constituante », poursuit-il, « le 23 avril, le message devra être extrêmement clair ».

« Nous portons la fierté du combat communiste, qui a mis fin au régime colonial, qui a ouvert les victoires de l’égalité. Alon dire partout : nou lé pas plis, nou lé pas mwin, respèkt anou ». Autrement dit : « Allons poursuivre le combat de Paul Vergès, d’Elie Hoarau, et de tous ceux qui se sont mis au service de la lutte sans jamais rien demander ».

Enfin, concernant les élections législatives, Yvan Dejean a rappelé que « le parti sera présent dans les 7 circonscriptions, directement ou en soutien, sur la ligne de la responsabilité ».

« La meilleure façon d’être entendu »

Elie Hoarau a conclu le meeting en insistant sur le moment décisif de cette élection : « le deux grands partis qui ont dirigé la France ces dernières décennies sont en train d’exploser ». Cela débouchera sur une recomposition des forces de progrès, en France et à La Réunion. Dans notre île, ces forces « doivent se reconstituer et travailler à un projet ». La contribution du PCR est de donner une perspective. « Pour le coup d’après verra se rassembler les forces de progrès ». Pour préparer ce « coup d’après », « la meilleure façon d’être entendu, c’est le vote massif le 23 avril pour Jean-Luc Mélenchon ».

M.M.