Actualités

PCR : « Le moment est venu de rassembler »

Réaction du Parti communiste réunionnais sur la réforme institutionnelle

Parti Communiste Réunionnais / 20 avril 2018

Le Parti communiste réunionnais a donné hier son point de vue sur le débat sur la réforme institutionnelle dans un communiqué diffusé hier. Le PCR représente également ses propositions et réitère son appel à un rassemblement de tous les Réunionnais pour construire ensemble un projet.

JPEG - 81.1 ko

Le débat sur la réforme institutionnelle est une occasion importante pour poser les vrais problèmes que rencontrent les Réunionnaises et les Réunionnais. Il en va de la responsabilité des élus, de s’en saisir et de porter une vision globale et cohérente pour le développement de leur pays. Ce débat qui ne fait que commencer, ne doit pas faire l’objet de règlements de compte sur la base de vieilles querelles politiciennes.

Au Parti Communiste Réunionnais, notre position est claire concernant l’alinéa 5 de l’article 73 de la Constitution. Cet alinéa qui ne concerne que La Réunion est discriminatoire pour le peuple Réunionnais et doit être retiré.
Pour nous, la solution c’est de donner aux Réunionnaises et aux Réunionnais plus de responsabilités et d’aller vers plus d’autonomie par l’instauration d’une collectivité territoriale dotée de moyens financiers et législatifs très larges, avec des pouvoirs accrus et un fonds de développement, dans le cadre de la République actuelle.

Cette assemblée devant élaborer un projet global et cohérent de développement durable, solidaire et d’insertion de La Réunion dans sa zone géographique, avec celles et ceux qui veulent co-construire ce projet.
Le moment est donc venu de rassembler toutes celles et tous ceux qui considèrent qu’il faut désormais un nouveau cadre.
Ce nouveau cadre passe par la responsabilité des Réunionnaises et des Réunionnais.

C’est la raison pour laquelle il faut donner la possibilité aux Réunionnaises et au Réunionnais de décider de leur destin.
Notre responsabilité collective est engagée et il en va de la responsabilité de chacun d’agir pour sortir La Réunion de son impasse actuelle.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Pour les réunionnais l’essentiel de cette réforme institutionnelles c’est la suppression de l’interdiction qui leur est faite d’adapter les lois de la république selon leurs besoins spécifiques et leur positionnement géographique .

    S’ils veulent que ça change il faut qu’ils proposent eux mêmes au président de la république ceux qu’ils veulent pour la Réunion .

    Pour cela il n’y a pas cinquante façons de procéder , il faut soit organiser un référendum local préalablement à la présentation du projet de loi par le président de la république , soit que les élus locaux , conseillers municipaux , départementaux et régionaux se soient prononcés sur ce qu’ils souhaitent réformer et sur le contenu de la réforme qui leur conviendrait le mieux . Si non on risque de faire voter par les commissions du sénat et de l’assemblée nationale , vers 4 heures du matin au moment où il ne reste plus que quelques parlementaires ensommeillés au travail , des dispositions qui ne correspondraient pas du tout à ce qu’il souhaitent .

    C’est dans ces conditions qu’a été voté le fameux amendement de monsieur Virapoulé Jean Paul sur l’article 73 de la constitution actuellement en vigueur , et ce dernier pourrait bien nous renouveler son coup de Jarnac si on le laisse faire .

    La constitution qui est la loi fondamentale de la république ne peut violer les principes d’égalité de tous les citoyens écrit dans la déclaration des droits de l’homme de 1789 . En se prononçant préalablement sur le contenu de la réforme avant qu’elle ne soit soumise au parlementaires réunis en congrès ou soumis à un référendum , les réunionnais obligeront les institutions de l’ETAT à se conformer à leur souhaits pour apporter une solution à leur situation spécifique .

    Après tout la véritable démocratie c’est l’expression de la volonté populaire et quoi de plus démocratique que de demander au principaux intéressés leur avis sur ce le contenu des lois qui les concernent . Dans certains pays les électeurs votent eux mêmes leurs lois , il ne faut peut être pas en arriver là en France , mais dans le cas de certaines dispositions constitutionnelles concernant exclusivement certaines parties du territoire national , cela devrait être la règle .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • En Nouvelle-Calédonie, qui va devoir choisir son avenir avec ou sans la République en Novembre prochain, le président va y aller en Mai Quelque soit le résultat, il y eu les transferts de compétences de l’Etat vers le Territoire, c’est acté, fait. Là bas, point d’Euro mais encore des francs, les CFP comme aussi à Wallis et Futuna et Polynésie française. 1 Euro= 120 CFP . On espère que les différentes communautés seront assez intelligentes pour ne pas s’affronter comme durant les évènements des années 80. On utilise là bas l’expression "destin commun", ou "on est sur le même caillou", pourquoi pas ici la même remarque ?

    Article
    Un message, un commentaire ?