Actualités

Pour Macron, les français n’ont pas le "sens de l’effort"

Témoignages.re / 12 janvier 2019

Lors de la présentation de la traditionnelle galette de l’Elysée, vendredi 11 janvier, le chef de l’Etat Emmanuel Macron en a profité pour lancer plusieurs piques à l’encontre de ses concitoyens.

Devant les maîtres boulangers réunis à l’Élysée pour la traditionnelle galette des rois, il a balancé : « Notre jeunesse a besoin qu’on lui enseigne un métier et le sens de cet engagement qui fait qu’on n’a rien dans la vie si on n’a pas cet effort ».

Après les jeunes, il a assuré que « les troubles que notre société traverse sont aussi parfois liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu’on peut tout obtenir sans que cet effort soit apporté. Parfois on a trop souvent oublié qu’à côté des droits de chacun dans la République - et notre République n’a rien à envier à beaucoup d’autres - il y a des devoirs. Et s’il n’y a pas ce sens de l’effort, le fait que chaque citoyen apporte sa pierre à l’édifice par son engagement au travail, notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion, ce qui fait son histoire, son présent et son avenir ».

A la veille de l’Acte IX de ce 12 janvier des Gilets jaunes, l’opposition a fustigé. Le député Insoumis Alexis Corbière a indiqué qu’« il y a la galette des rois, là c’est la boulette du roi » sur BFMTV.

« Quels efforts ont fait ces actionnaires qui touchent ces 57 milliards [d’euros] ? », a-t-il interrogé. « Est-ce qu’Emmanuel Macron [leur] dit qu’ils ne font pas d’effort et qu’ils touchent pourtant de l’argent ? », s’est offusqué Alexis Corbière, ajoutant que « cette richesse a été produite par le travail de gens qui se sont levés le matin ! »

Pour le Président des Républicains, Laurent Wauquiez, « en cette période où la priorité est le retour à la sérénité, le président doit lui avoir le sens des responsabilités et ne pas provoquer davantage de tensions ».

Le candidat du Parti communiste pour les européennes et adjoint à la mairie de Paris, Ian Brossat : « J’imagine qu’il parle des actionnaires des entreprises du CAC 40 qui ont empoché 57 milliards d’euros en 2018 sans lever le petit doigt. »