Actualités

Priorité à l’emploi des Réunionnais à La Réunion

Gilles Leperlier et Nicole Virapinmodely présentent leur programme

Témoignages.re / 1er juin 2017

« Croire en La Réunion, c’est croire en nos compétences, nos richesses », résume le candidat soutenu par le Parti communiste réunionnais dans la 6e circonscription. Gilles Leperlier a présenté hier un programme où le respect du droit à l’emploi des Réunionnais à La Réunion tient une place importante. C’était à l’occasion d’une conférence de presse tenue à sa permanence de Cambuston en présence de militants dont Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR, et Johnny Lagrange Backary, membre du secrétariat.



JPEG - 40.5 ko
Nicole Virapinmodely, Gilles Leperlier et Maurice Gironcel.

« Nous sommes sur le terrain à fond la caisse, nous ne lâchons rien. L’objectif est de qualifier Gilles Leperlier et Nicole Virapinmodely pour le second tour », c’est en ces termes que Maurice Gironcel décrit la campagne en train de se dérouler dans la 6e circonscription, qui regroupe les quartiers du Chaudron et de la Bretagne à Saint-Denis, les communes de Sainte-Marie et Sainte-Suzanne, ainsi que le quartier de Cambuston à Saint-André. « 40.000 exemplaires du programme seront distribués dans la circonscription. À ce jour se sont tenues des dizaines de réunions, de porte à porte. La candidature très bien accueillie », indique le secrétaire général du PCR, « le programme de Gilles Leperlier rejoint celui du PCR ». Maurice Gironcel note que la problématique de priorité à l’embauche des Réunionnais reçoit l’adhésion « de l’immense majorité » et « ne peut laisser personne indifférent ».

Gilles Leperlier mettra tout en œuvre pour une proposition de loi pour aller dans ce sens, cela se fait déjà « en Auvergne, en Corse, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie ».

Pour des propositions sociales

Nicole Virapinmodely, suppléante de Gilles Leperlier, revient sur les motivations de sa candidature. Aide soignante, elle est confrontée à la situation difficile de familles réunionnaises, à des personnes démunies en manque de solution. Elle veut donc faire avancer la cause de la création d’emplois dans un grand service d’aide à la personne. Elle s’engage également dans le combat contre la pauvreté des personnes âgées, avec la proposition de relever les retraites au-dessus du seuil de pauvreté. Elle souhaite le développement des espaces de santé et d’accueil permanent pour les personnes handicapées par des maladies. Elle se prononce aussi pour le relèvement du plafond de la CMU. Hausse du plafond de 25 % des logements sociaux dans le parc immobilier

Les écoles primaires se terminent trop tôt, indique-t-elle, d’où la volonté de revenir à la semaine de 4 jours. Nicole Virapinmodely veut défendre des propositions sociales, pour une politique qui prend en compte les difficultés.

Gilles Leperlier décline un programme dont le point fort est la priorité à l’emploi des Réunionnais. Il est pour un moratoire dans la fonction publique pendant 15 ans, pour réserver les postes aux personnes qui ont eu le concours à La Réunion et ceux qui attendent de revenir. Dans cette perspective, il souligne l’importance de critères gradués et bonifiés dans les CIMM afin que les Réunionnais aient des points supplémentaires (1000 ou 2000 points) pour une priorité sur les mutations.

Un seul service public de l’emploi

Il compte regrouper tous les acteurs de l’emploi dans un seul service public de l’emploi et de l’insertion. Les employeurs devront déposer leurs offres d’emploi dans ce service. Cela garantira l’égalité des chances face aux offres d’emploi.

Ces mesures ne demanderont pas un budget supplémentaire, uniquement le courage politique de mettre en place des lois.

Il est également pour une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences sur un horizon d’au moins 10 ans, afin d’adapter les formations. Par exemple, 45.000 personnes âgées auront besoin d’accompagnement, « mettons en place tout de suite formations et infrastructures ».

Il propose une allocation autonomie de 900 euros pour les jeunes en formation quel que soit le revenu des parents. Cette mesure est financée par le rassemblement de toutes les aides qui existent et leur redistribution à toutes les personnes concernées.

Contre la loi travail, ce sera la mobilisation à l’Assemblée et dans la rue, affirme le candidat soutenu par le PCR.

Gilles Leperlier apporte son soutien total à la filière canne-sucre. Il demande de réunir d’urgence une conférence pour faire toute la transparence et voir qui gagne quoi. 18.000 emplois directs et indirects sont en jeu et « c’est le pivot de l’agriculture réunionnais et le pivot de la diversification pour tendre vers l’autosuffisance alimentaire ».

Soutien à la filière canne-sucre

Le candidat souhaite valoriser des plantes médicinales afin de créer des emplois en s’appuyant sur la reconnaissance de 19 plantes dans la pharmacopée française.

Il se battra pour la revalorisation des retraites agricoles à hauteur du SMIC, afin de garantir un pouvoir d’achat et de favoriser les reprises d’exploitation.

Au sujet du pouvoir d’achat, l’État ne peut pas définir un seuil de pauvreté et attribuer des revenus en dessous. « La prime COSPAR de 150 euros doit être remise en place, car la situation est plus grave qu’en 2009 ». Gilles Leperlier demande que les bénéficiaires du RSI soient transférés vers le régime général, car l’employeur ne doit pas avoir une couverture inférieure à celle du salarié.

Pour répondre à l’urgence sociale, il souhaite la création de deux grands services d’intérêt public dans l’aide à la personne avec des emplois durables.

Il fixe comme objectif l’autonomie énergétique, à l’image de ce qui s’est fait à Sainte-Suzanne, « c’est possible à La Réunion à condition de mettre le cadre nécessaire ».

Le programme propose de « continuer les efforts pour enseigner l’histoire de La Réunion à l’école, apprendre le créole, défendre notre identité et culture, de faire du 1er octobre la journée célébrée du maloya dans les écoles et les administrations. Il est favorable à la suppression de la réforme des rythmes scolaires qui a créé des inégalités, donc pour la semaine de 4 jours.

« Une personne, un mandat, une indemnité »

Concernant la moralisation de la vie politique : « une personne, un mandat, une indemnité », souligne Gilles Leperlier qui est pour la fin de l’immunité parlementaire et pour obliger les parlementaires à produire un bilan annuel de tous les travaux et de le distribuer à la population. La réserve parlementaire sera gérée dans la transparence, en mettant en place un comité chargé de cet argent public.

Gilles Leperlier se prononce pour la suppression de l’alinéa 5 de l’article 73 de la Constitution car « les lois doivent pouvoir s’adapter à la situation de La Réunion ». Ceci permettra de construire « un projet réunionnais pour les Réunionnais ».

Sur le terrain, Gilles Leperlier souligne une adhésion de la population aux idées du PCR et à ce qu’elles représentent. « L’objectif est d’avoir des députés réunionnais qui défendent cela, et on se rappelle du travail des députés du PCR pour La Réunion ».

M.M.