Actualités

Régionales : Guillaume Robert décide de participer au projet porté par Ericka Bareigts

Nouveau soutien à la liste de rassemblement soutenue par le PCR

Témoignages.re / 3 avril 2021

Président de l’association Roulé mon z’avirons aux Avirons et participant de la « Convention citoyenne pour le climat », Guillaume Robert a décidé de participer au projet porté par Ericka Bareigts lors des prochaines élections régionales. Voici les raisons de son ralliement à la liste de rassemblement soutenue par le PCR.

JPEG - 106.9 ko
La lutte contre le chômage des jeunes est une préoccupation de Guillaume Robert.

Je suis Guillaume Robert, jeune des Avirons. Je me suis depuis longtemps investi pour le développement de ma ville, de mon territoire. Je suis notamment président de l’association Roulé mon z’avirons, association créée le 1er mars 2018.
La découverte du monde associatif m’a permis d’acquérir des compétences et des connaissances dans le domaine de l’environnement et de celui de l’économie sociale et solidaire.
Cette expérience de terrain au sein de l’association et aux côtés des adhérents s’est articulée en parallèle de mon cursus, en qualité d’étudiant dans le domaine de l’éducation. L’éducation a toujours raisonné en moi en premier lieu, la jeunesse porte et portera toujours plus haut, un nouveau modèle de la société pour que les Réunionnaises et les Réunionnais deviennent des consomm’acteurs.

Le 4 octobre 2019, j’ai eu la chance de participer pour la première fois à un exercice démocratique inédit : “La Convention Citoyenne pour le Climat”. Aux côtés de mes camarades ultramarins tout au long de cette convention, j’ai ressenti le besoin de mettre en lumière les spécificités des Outre-mer et notamment celles qui sont à prendre en considération en termes de problématiques environnementales au cœur de La Réunion. Ce travail de proximité avait pour objectif de recueillir l’avis des citoyens sur le territoire, dans un rôle d’ambassadeur. Ces précieuses informations m’ont permis par la suite de décliner les différents points et les partager avec la Convention Citoyenne pour le Climat. Ce travail de proximité avec les citoyens a été une mission de longue haleine due aux aléas de la crise sanitaire.

En l’occurrence, la Covid-19 a agi sur une grande partie de la population réunionnaise ; comme une prise de conscience générale, une intelligence collective a opéré. Une grosse vague de changement est en cours ; tant dans les perceptions que dans les mentalités de chacun, qui à ce jour, nous renforce, nous lie, et nous permet de saisir cette opportunité de réunir nos idées. Agir dès maintenant de manière positive face au contexte, et passer à la vitesse supérieure, sur le plan environnemental et social de notre territoire. Aujourd’hui, l’impact de nos actes est fondamental et nous devons absolument faire face à la nécessité de préserver l’environnement de toute urgence.

C’est dans ce contexte que les travaux de la convention se sont poursuivis, les propositions ont été restituées à l’ensemble de la population en juin 2020, après un an de travaux. J’ai eu l’opportunité de questionner le président de la République à l’Élysée sur le devenir des mesures prises concernant La Réunion, particulièrement sur la méthodologie d’adaptation et d’application dans les territoires ultramarins.
Le président a souligné l’importance de prise de décision à l’échelon régional, pour mettre en œuvre une véritable protection de l’environnement.

Cependant, la loi Climat et Résilience présentée en février par le Gouvernement n’est pas satisfaisante tant les ambitions sont réduites comparées à nos propositions et bien plus encore s’agissant des ambitions données aux territoires ultramarins.
À la Réunion, nous pouvons aller plus vite dans certains domaines mais aussi plus progressivement dans d’autres. Nos ambitions doivent être impulsées et guidées par une participation citoyenne forte. Les citoyens doivent s’impliquer, se retrouver dans les politiques publiques et non être spectateurs hors période électorale.

Les prochaines échéances électorales devront ainsi être marquées par un profond changement de méthode de gestion. Nous nous devons tous d’être les acteurs privilégiés des politiques publiques.
Cette place accordée aux citoyens doit permettre à la société d’aujourd’hui d’œuvrer ensemble et mettre en valeur un autre modèle sociétal et social en faveur des Réunionnaises et des Réunionnais de demain.
Construire une société nouvelle dans laquelle nos jeunes devront se préparer face aux changements environnementaux et socio-économiques.
En ma qualité de jeune militant, j’espère sensibiliser et mobiliser l’ensemble de la population, et notamment inviter les plus jeunes à s’investir à nos côtés, pour montrer qu’un changement positif est possible.
Un nouveau tournant, une nouvelle porte s’offre à nous pour la reconstruction du territoire réunionnais.
C’est en ce sens que je suis heureux de vous annoncer, ici, aujourd’hui, mon engagement pour un projet pour les prochaines élections régionales.

J’ai pris la décision de participer au projet porté par d’Éricka Bareigts.

Éricka Bareigts sera amplement à la hauteur lorsqu’il s’agira de faire entendre notre voix, la voix des Réunionnaises et des Réunionnais, et d’arbitrer toutes les spécificités locales qui seront probablement à adapter au plan national. Son parcours de député, de ministre, de maire et certainement aussi sur bien d’autres enjeux politiques majeurs que nous ignorons, révèle le profil idéal et attendu pour les prochaines élections régionales.
Au-delà de ses compétences d’élue, c’est une femme intègre et sincère qui sera en mesure de répondre aux attentes des réunionnais, et de nous représenter.
C’est donc en toute confiance et en toute conviction que je vous invite à nous rejoindre, avec Éricka Bareigts, à croire en notre équipe, en notre programme à venir, en notre mode de fonctionnement, ainsi qu’à notre attachement pour le développement de La Réunion. Je peux vous assurer que nous serons dignes et à la hauteur des attentes de la population réunionnaise.
Nous restons à votre écoute et vous attendons tous afin d’œuvrer et de porter ensemble la Réunion de demain.

Je m’engage dans ce projet notamment afin de mener à bien l’ensemble des projets votés, particulièrement ceux qui viendront par essence même des Réunionnais. La démocratie participative telle que je la conçois se retrouve dans la politique que souhaite mener Éricka Bareigts. Cette démocratie participative doit être présente dans les politiques publiques comme un maillon essentiel et source de propositions pour le développement de La Réunion. La prochaine mandature doit être à l’hauteur des enjeux qui attendent La Réunion, des enjeux économiques avec des entreprises fragilisées par la crise, des enjeux sociaux avec des écarts toujours plus grands entre les différentes catégories sociales et des enjeux environnementaux qui doivent dès maintenant être pris en compte dans l’ensemble des décisions politiques. La Réunion doit se montrer à la hauteur de ses enjeux pour notre jeunesse qui fait rayonner La Réunion partout dans le monde mais qui doit aussi trouver des solutions de formation et d’emploi ici à La Réunion.

La crise sanitaire qui va de pair avec la crise économique, sociale et environnementale doit être un électrochoc pour l’ensemble de la société et en priorité de nos élus. Nous avons une chance de reconstruire un tissu économique plus viable, une société plus équitable et un environnement vivable dans l’objectif même de faire de La Réunion une société durable. Ces élections régionales doivent être un moment d’action et non de figuration. C’est pourquoi je souhaite être acteur de ce projet que nous allons porter.

Cet engagement engendre des changements et comme je me suis engagé je démissionnerais de mon poste de président d’association pour ses élections. J’ai toujours voulu séparer l’associatif et la politique et j’irai jusqu’au bout de mon raisonnement. Je ne peux entraîner l’association dans la campagne que je vais mener. Ainsi, je souhaite mettre de côté pour le moment la fonction de président d’association pour ne pas impacter la vie de l’association et de ses bénéficiaires.
Je suis entouré ici aujourd’hui des personnes qui me soutiennent dans cette démarche et j’invite l’ensemble les personnes partageant cette vision pour la Réunion de demain de nous rejoindre et de soutenir le projet porté par Éricka Bareigts. Cette “Réunion de demain” doit être construite avec les Réunionnais au-delà de toute opinion politique.

Une Réunion de demain PLUS ÉQUITABLE, PLUS VIABLE, PLUS VIVABLE en un mot DURABLE pour et avec les Réunionnais.

Guillaume Robert



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • A quand le TER péi Ste Rose - St Joseph, à hydrogène pour enfin, changer de paradigme, montrer qu’on veut vraiment changer, progresser et penser aux futures générations à venir, sinon, la Réunion, comme d’autres aussi hélas, c’est vrai, sera encore plus inégalitaire pour les transports, polluants pour le moment et en augmentation. J’aime expliquer autour de moi qu’à Madagascar, pourtant 130 fois plus grand environ, possède moins de voitures, camions que la Réunion, qui osera dire que c’est normal ? Moi pas. C’est comme quand on voit des gaspillages sans honte se faire,un ex, j’ai vu à plusieurs reprises, à la déchetterie, des béquilles, des fauteuils roulants, et même des lits de repos d’hôpital, avec commande électrique qui auraient bien pu servir à Madagascar. A ce sujet, la belle et sérieuse chaîne de TV Arte France-Allemande vient de diffuser un superbe reportage sur ce pays devenu pauvre, où les pillards s’attaquent à tout, et où la misère est quotidienne, corruption, magouilles à tout les étages, passe-droits, mafia, que sais-je encore, injuste par nature, quel avenir dans ces conditions ? Plutôt de la résignation, du système D pour survivre. Que Pâques soit syn de la fête, de l’espoir, de la justice, prise de conscience que l’on vit dans un monde injuste où à la fois,il n’y a jamais eu autant de riches que de pauvres, Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?