Actualités

Réunionnais pas assez compétents pour être cadres à La Réunion ?

Est-ce bien le message des entreprises qui vont recruter à Paris pour leurs filiales à La Réunion ?

Manuel Marchal / 9 octobre 2018

Avant d’aller au Salon de l’emploi à Paris pour y recruter des cadres en vue de les faire travailler à La Réunion, les entreprises Randstad, Leader Price, Thiriet, Naturalia, Groupe Bernard Hayot, et Leclerc ont-elles bien exploré toutes les capacités des demandeurs d’emploi réunionnais sur les postes ouverts au recrutement ? Cela pose en tout cas le problème de la politique de l’emploi à La Réunion, car dans le système actuel, rien n’oblige un employeur du secteur privé à faire la preuve qu’aucun demandeur d’emploi à La Réunion n’est capable d’occuper le poste proposé. Tout tourne donc autour du problème de la responsabilité, afin que les Réunionnais puissent avoir le droit de gérer eux-mêmes cette question en décidant de règles adaptées.

JPEG - 43.5 ko

L’article publié hier dans Témoignages sous le titre « Un salon à Paris pour recruter des cadres pour La Réunion » a légitimement suscité une vive émotion chez des lecteurs. En effet, des entreprises implantées à La Réunion montrent combien est difficile le respect d’un principe : le droit des Réunionnais de travailler à La Réunion.

Comme l’ont rappelé beaucoup de réactions, les Réunionnais sont très sollicités via le CNARM pour aller chercher un emploi mal payé au fin fond de la France. Dans ce sens, ce que le BUMIDOM a commencé continue d’exister sous une certaine forme : l’envoi en France de travailleurs réunionnais pour occuper des postes peu qualifiés et donc peu payés plutôt que de créer les conditions du développement de La Réunion pour que ces Réunionnais puissent y travailler.

Système inscrit dans les mentalités

Au sujet de la présence d’entreprises implantées à La Réunion venues recruter en France via leurs stands au Salon de l’emploi à Paris, certains ont même cru à une infox avant de se rendre compte que ce fait est bien une réalité.
Parmi les témoignages de lecteurs, plusieurs ont retenu l’attention. Ainsi, une personne qui a travaillé 6 ans dans une société présente au Salon de Paris indique qu’elle a changé trois fois de responsable, et qu’à chaque fois la société faisait venir quelqu’un de France alors que les compétences existaient déjà dans l’entreprise.
Un autre témoignage révélateur est celui d’un travailleur inscrit à Pôle emploi. Interrogeant son conseiller sur le fait que des sociétés implantées à La Réunion recrutent en France, ce dernier lui a répondu : « pour les cadres (…) les personnes qui postulent pour ces postes ne sont pas assez qualifiées et de ce fait, les recruteurs recherchent des personnes hautement qualifiées en métropole (prioritairement des Réunionnais) qui correspondent aux postes proposés ».
Autrement dit, cela équivaut à prétendre que les Réunionnais formés à La Réunion ne sont pas suffisamment compétents.

Pour rappel, voici la liste des postes proposés par ces entreprises à Paris en vue d’un emploi à La Réunion : acheteur adjoint, responsable de magasin, aide déclarant, analyste prix, approvisionneur, assistant transit, chargé de recrutement, chef de projet e-commerce, chef de projet ERP, chef de projet MOA retail, comptable, contrôleur de gestion, cost-killer, déclarant en douane, directeur commercial, directeur logistique, responsable de magasin, responsable exploitation sec, responsable exploitation transit, responsable supply chain, secrétaire générale, superviseur.

Réunionnais pas capables ?

Voici aussi la liste des entreprises venues à Paris pour recruter pour l’outre-mer et notamment à La Réunion, avec le soutien de la FEDOM, pour ces métiers : Randstad, Leader Price, Thiriet, Naturalia, Groupe Bernard Hayot, Leclerc.
Peuvent-elles clairement démontrer qu’à La Réunion, aucun demandeur d’emploi n’est capable d’être acheteur adjoint, responsable de magasin, aide déclarant, analyste prix, approvisionneur, assistant transit, chargé de recrutement, chef de projet e-commerce, chef de projet ERP, chef de projet MOA retail, comptable, contrôleur de gestion, cost-killer, déclarant en douane, directeur commercial, directeur logistique, responsable de magasin, responsable exploitation sec, responsable exploitation transit, responsable supply chain, secrétaire générale, ou superviseur ?

Tant qu’elles ne seront pas obligées de le faire, ce type de pratique continuera à exister. Tout tourne donc autour du problème de la responsabilité, afin que les Réunionnais puisse avoir le droit de gérer eux-mêmes cette question en décidant de règles adaptées.

M.M.