Actualités

Saint-André : l’échangeur de la Cressonnière ne doit pas être enterré

Lettre de Jacky The Seng à Jean-Paul Virapoullé

Témoignages.re / 2 juin 2018

Le conseiller municipal communiste de Saint-André a adressé hier une lettre ouverte au maire de la commune au sujet du projet d’échangeur à la Cressonnière. Jacky The Seng rappelle que ce projet doit rester une priorité, en raison des importantes difficultés de circulation dans ce secteur à cause d’un réseau routier saturé. Voici le contenu de cette lettre.

JPEG - 77.7 ko
Jacky The Seng.

« J’ai pris connaissance dans la presse du vendredi 25 mai de votre déclaration selon laquelle la bretelle de la Cressonnière - dont la livraison prévue courant 2016 avait été repoussée- ne serait plus aujourd’hui une priorité de la Région. Cette annonce m’interpelle ainsi que la population de Saint-André.

En effet, elle a de quoi surprendre dans la mesure où ce projet – et vous l’aviez vous-même confirmé - revêt un caractère d’urgence, compte tenu des éternels bouchons au Rond-Point de la Balance et des embouteillages dans le centre-ville générés par le flux important de véhicules empruntant la Rue de la Cressonnière et la Pente Sassy. Je vous rappelle, Monsieur le Maire que l’aménagement de cet échangeur s’inscrivait avec celui du Chemin Lagourgue dans le nouveau plan global de circulation de Saint-André élaboré par vos services. Ce dispositif se voit aujourd’hui remis en question. Vouloir renoncer à ce projet relève d’un non sens total.

Par ailleurs, cette annonce soulève légitimement la question de la crédibilité des élus. En effet, comment peut-on revenir sur un projet jugé prioritaire promis aux administrés, décidé en conseil municipal et qui a fait l’objet déjà d’une large communication ? Est-il besoin de rappeler que pour le besoin de sa réalisation à l’emplacement prévu, une famille a été expropriée, leur maison rasée ? Je ne peux pas croire que tout cela a été fait pour rien.

Et si tel était le cas, il s’agirait là d’un manque flagrant de considération envers cette famille, les riverains, les usagers de la route et la population en général, et une posture qui ne peut que renforcer le discrédit qui frappe déjà fortement l’ensemble des élus.

Se posent enfin les véritables raisons de l’abandon annoncé du projet. Sans doute, ne sont-elles pas étrangères au contentieux politique qui vous opposerait au Président Didier Robert. Quoiqu’il en soit, les usagers de la route victimes des embouteillages permanents dans le secteur et la population en général ont besoin de savoir. Ils veulent des réponses. »